Imprimer cette page

Nouveau préfet d’Abidjan : Un jeune fonctionnaire déjà fort aguerri

mardi, 14 août 2018 15:15

Nommé dans le cadre du récent mouvement préfectoral, le tout nouveau préfet d’Abidjan séduit par sa jeunesse et sa longue expérience

Nouveau préfet d’Abidjan : Un jeune fonctionnaire déjà fort aguerri

C’est sur lui que repose désormais la gestion administrative de la grande ville d’Abidjan. 48 ans seulement, administrateur civil, Vincent Toh-Bi Irié a été promu préfet du département d’Abidjan à l’issue du Conseil des ministres du 6 août dernier.

Il remplace à ce poste Sidiki Diakité, aujourd’hui ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. Énarque, le successeur de Sidiki Diakité est le plus jeune préfet hors grade. C’est également le plus jeune préfet de région de la Côte d’Ivoire.

Surtout, il est le plus jeune préfet de l’histoire d’Abidjan. S’il fallait encore une preuve de la nouvelle politique du chef de l’État, Alassane Ouattara, de promouvoir les jeunes, Toh-Bi Irié en serait un exemple emblématique. La carrière du nouveau préfet commence au ministère de l’Intérieur, comme chargé d’études.

Puis, il travaillera à la Commission électorale avant d’être nommé sous-préfet de Tiémé, dans le département d’Odienné. La scène internationale lui ouvre ses parvis en 2003. L’Institution EISA (Electoral Institute of Southern Africa) le recrute dès l’année suivante. Il en est le Directeur-Résident pour la République Démocratique du Congo. Quelques années plus tard, il devient le directeur des Programmes de l’organisation. Avec, comme base, Johannesbourg, en Afrique du Sud.

Somalie, Rdc, Érythrée, Libye…

À ce titre, il participe à la conception, au suivi et à l’exécution de programmes de gouvernance ou de sorties de crise dans de nombreux pays d’Afrique et d’ailleurs. Vincent Toh-Bi Irié arpente la Somalie, le Puntland, le Somaliland, l’Érythrée, la Libye, la Rdc, la Centrafrique, le Sud-Soudan, etc. Longue est aussi la liste des pays africains qu’il a servi en temps de paix plus ou moins. Il y a l’Égypte, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, le Kenya, le Burundi, le Sénégal, le Mali, le Ghana, la Guinée, l’Afrique du Sud, l’Ile Maurice, le Zimbabwe, la Sierra Leone, Madagascar, le Botswana, la Zambie...

Les missions de Vincent Toh-Bi Irié le mèneront aussi en Suède, Norvège, Danemark, Belgique, Espagne, Grande Bretagne, États-Unis, Australie, Belgique, Mexique, Haïti et Canada. Aux âmes bien nées, l’expérience n’attend point le nombre des années ! Jeune, le nouveau préfet n’est pas moins un vieux routier aguerris des terrains difficiles. Globalement, Vincent Toh-Bi Irié a participé à tous les processus électoraux et politiques majeurs qui ont rythmé l’Afrique ces quinze dernières années.

Il a collaboré également avec de nombreux Chefs d’État et des grandes figures politiques africaines. Et il a conduit des missions de haut niveau sur l’échiquier international. Àla tête de programmes de formation, il a côtoyé aussi bien partis politiques, qu’organisations de la société civile sur le continent. Son poste actuel est loin de lui être inconnu.

Rentré en Côte d’Ivoire en juin 2014, le jeune fonctionnaire devient Conseiller d’Hamed Bakayoko, alors ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. Quelques mois plus tard, il est directeur de cabinet adjoint, chargé de l’administration du territoire. Il héritera du portefeuille de directeur de cabinet en novembre 2016, poste qu’il occupe jusqu’au 6 Août 2018.

« Efficace et proactif »

Directeur de cabinet, la gestion de dossiers de nature politique, sociale et sécuritaire lui sont familières. Ce qui enrichi son expérience et lui permet d’établir un réseau de relations solides dans l’administration publique, au sein de l’administration sécuritaire et dans la société civile.

Homme de réseaux donc, le nouveau préfet d’Abidjan est décrit comme « discret et réservé ». « Il s’est toujours montré efficace et proactif dans la gestion des dossiers. Tous ses collaborateurs lui reconnaissent cette capacité de travail hors norme, de jour comme de nuit, et un habilité à diriger avec peu de protocole », confie-t-on dans son entourage.

Les journalistes habitués à fréquenter les couloirs du ministère de l’Intérieur parlent volontiers d’un serviteur de l’État « toujours bienveillant » et « ouvert ». Un entregent dont le promu aura grandement besoin dans ses nouvelles charges hautement délicates. S’il écrit une nouvelle page de sa carrière, Vincent Toh-Bi Irié n’est pas un novice en littérature.

Titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en Lettres Modernes, il a publié des centaines d’articles, d’analyses et de recherches dans les colonnes de Fraternité Matin, dans d’autres journaux ivoiriens et dans des revues scientifiques internationales. Il paraît que l’écriture assure son armure, brise les murs et ouvre sur de belles aventures !

BENOIT HILI

Lu 1967 fois Dernière modification le mardi, 14 août 2018 15:23