Mgr Antoine Koné: Portrait d’un évêque engagé

mercredi, 08 mai 2019 20:33
Mgr Antoine Koné: Portrait d’un évêque engagé Crédits: DR

Mgr Antoine Koné, décédé le 8 mai 2019, était une forte personnalité et une figure singulière du clergé catholique ivoirien. Sénoufo né en 1963 à Ferkessédougou dans le Nord du pays, élevé dans un environnement pluriconfessionnel, ordonné prêtre en 1991, titulaire d’une thèse en théologie dogmatique et longtemps enseignant au Grand Séminaire d’Anyama, il avait été nommé évêque du diocèse d’Odienné en 2009: il était alors le plus jeune prélat de Côte d’Ivoire et le seul originaire du Nord.

Son principal canal d’expression publique a été l’homélie: un commentaire de circonstance de passages bibliques lus au cours de la messe, commentaire qui relève de la liberté du prêtre et engage sa seule responsabilité. Pour Mgr Koné : « [L]e salut de Dieu n’est pas abstrait et l’on doit se garder des belles homélies, des envolées lyriques sans lendemain ni impact durable sur les esprits et les mentalités, ces belles paroles souvent creuses dont se gargarisent certains prédicateurs éloignés de la vie concrète des gens ».

Il soutient que l’« Église catholique doit comprendre (…) que sa mission ici en Afrique est d’être la voix des sans voix. Elle doit courageusement dénoncer tout pouvoir politique, économique et spirituel qui, malheureusement comme ici et là dans notre sous-région, cherche habilement ses intérêts matériels ou tend à confisquer les libertés, à imposer la pensée unique et à ethniciser l’armée et la police afin de se maintenir au sommet de l’État pour la suite des temps ».

Prises de parole libres et sans fard, souvent reproduites dans la presse — lui valant une réputation d’évêque « rebelle » —, les homélies de Mgr Koné ont critiqué les travers tout autant du régime Gbagbo que du régime Ouattara et jusqu’à certaines dérives de l’Église et de fidèles chrétiens.

Dans Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres, le philosophe Michel Foucault dit de la parrêsia — en grec, « liberté de parole », que pratique la figure antique puis apostolique du parrèsiaste — qu’elle est « le courage de la vérité chez celui qui parle et prend le risque de dire, en dépit de tout, toute la vérité qu’il pense, mais c’est aussi le courage de l’interlocuteur qui accepte de recevoir comme vraie la vérité blessante qu’il entend ».

Dans ce sens, Mgr Koné fait sans doute figure d’évêque parrèsiaste, dans une Côte d’Ivoire où la parole est souvent déguisée. Que la terre lui soit légère !

Marie Miran-Guyon,
Maître de conférences, École des Hautes Études en Sciences Sociales-Paris

1-En 2010, il fit paraître à compte d’auteur un recueil de ses homélies, intitulé Le zèle de ta maison. « Une bénédiction qui vient du Nord ».
2-Le Nouveau Réveil, 31 mai 2016 (homélie prononcée pour la fête des mères).
3-Le Nouveau Réveil, 24 novembre 2009 (homélie prononcée au noviciat d’Anyama).
4-Plus de détails dans Miran-Guyon M., 2015, Guerres mystiques en Côte d’Ivoire. Religion, patriotisme, violence (2002-2013) : 151-154.