Silence, je rêve !

Silence, je rêve !

jeudi, 10 novembre 2016 15:55
Silence, je rêve ! Silence, je rêve ! Crédits: DR

J’ai fait un rêve, celui de l’indépendance de mon pays.

Oui, j’ai rêvé qu’il était enfin libre au point de ne plus tendre la main à ceux qui donnent avec la droite pour reprendre avec la gauche. J’ai rêvé qu’il était si autonome et fier qu’il a refusé de signer les accords qui assujettissent des générations entières contre les broutilles de la paupérisation constante. J’ai rêvé qu’il a brisé les chaînes de la « colonisation insidieuse » et crié l’hymne de la Victoire sans regretter. J’ai rêvé qu’il a fait de la bonne gouvernance un credo sans complaisance dont le refrain fait fuir la corruption et le népotisme.

Dans mon rêve, le travail bien fait était reconnu et seuls ceux qui mouillaient le maillot soupaient à la table du roi. Les meilleurs étaient récompensés pour susciter des émules au sein de la meute des médiocres. Chaque place était à l’aune de l’homme qui l’occupait et les encombrants restaient dans le tamis de la compétition. Les choix de la République faisaient fi des liens de sang pour auréoler le méritant qui saigne, sans distinction de chapelle politique, d’ethnie ou de religion. Le décideur avait la carrure d’un père de famille rassembleur. Son discours était teinté de sagesse, au point que même ses détracteurs lui tiraient leurs chapeaux. Il avait le sens de l’écoute, malgré le tintamarre des cloches de l’entourage. Il savait s’élever au-dessus de la mêlée pour faire taire la cacophonie et ramener l’harmonie. Son intérêt était celui du grand nombre.

C’était un franc serviteur qui avait du cran face aux vagues des intérêts partisans.

Dans mon rêve, il n’y avait pas de très riches et de très pauvres. Les hommes n’avaient pas le même destin, mais ils avaient les mêmes opportunités et l’égalité des chances. Le handicapé n’était pas un fardeau social mais une force supplémentaire au mental de fer.

La femme n’était pas un « genre pitoyable », pusillanime et une excuse humaine. Elle n’était pas non plus le « sexe faible » qui se défend par le « bas » pour prendre de la hauteur. Elle n’avait pas besoin de faire partie d’un gotha de charme pour avoir droit à un quota. Elle n’avait même pas besoin de donner pour recevoir. Le droit des enfants n’était pas un baratin enfantin copié et collé pour les beaux yeux d’une génération de bambins gâtés. L’éducation ne se contentait pas de remplir les cerveaux vides. Elle forgeait le cœur pour affûter l’esprit. La jeunesse n’était pas une charge détestable mais un potentiel probant pour l’avenir. La relève n’était pas formée pour écumer les rues mais pour servir de grue au poids de la patrie qui se ploie. Le patriote n’était pas forcément décoré dans un cercueil au pied d’une tombe. Il recevait fièrement et vivant sa distinction, pour le combat mené à vie pour un pays reconnaissant.

Les martyrs n’étaient pas de simples victimes de tirs des sbires ; ils étaient les icônes immortelles d’une histoire vénérée.

Dans mon rêve, les forces de défense et de sécurité avaient de quoi se défendre face aux démons de l’insécurité. Elles étaient armées jusqu’aux dents et motivées à éradiquer le mal.

Après les échanges de tirs, elles n’enregistraient aucun blessé dans leurs rangs. Point d’égratignure ! Elles livraient combat sans faire profil bas, sans le moindre branle-bas. Seuls les assaillants saignaient et tombaient comme des mouches.

Dans mon rêve, j’ai entendu des coups de feu et des détonations d’armes lourdes. L’écho du drame a retenti au-delà du rêve. L’impact des balles a traversé mon rêve. Le sang des braves a entaché mon rêve. Et je me suis rendu compte que ce n’était qu’un rêve. Rien qu’un rêve ! Depuis, je cours vainement après ce rêve manqué qui a trahi mes espoirs.

Depuis, je cherche sans trêve les traces du rêve inachevé, interrompu, abattu par une balle perdue. Les rêves sont-ils en grève ? Finalement, le rêve n’est plus permis. La réalité donne le tournis, le rêve n’est qu’un abri sans bouclier, sans alibi. Les cartouchards ne rêvent pas, ils veillent. Il nous faut abattre un travail de fourmi pour ne plus être surpris par des malappris impunis.

Vive les héros qui tombent les armes à la main pour que nos rêves se poursuivent ! En attendant, je cours toujours derrière ce rêve qui m’a échappé et je rêve de le rattraper un jour.

Et au nom du « droit de rêver », je suis prêt à aller en grève pour réclamer le retour de tous mes rêves perturbés, confisqués ou brisés. Parce que c’est bon de rêver.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 1443 fois Dernière modification le jeudi, 10 novembre 2016 16:05