C'est vous qui le dites: Il y a une banalisation trop visible du sexe dans notre pays

C'est vous qui le dites: Il y a une banalisation trop visible du sexe dans notre pays

mardi, 25 juin 2013 08:13
C'est vous qui le dites: Il y a une banalisation trop visible du sexe dans notre pays C'est vous qui le dites: Il y a une banalisation trop visible du sexe dans notre pays Crédits: DR

Ne cherchez pas. Ce mot n’existe pas dans les dictionnaires.

Il n’a pas encore été validé par les Immortels de l’Académie française mais a déjà une vie bien active. Les Femen, vous connaissez ?

 Elles vulgarisent le sextrémisme un peu partout dans le monde. Vous avez déjà vu les pubs débiles de potions magiques ayant la vertu de faire grossir les membres virils masculins, d’augmenter le volume des muscles fessiers et mettre du monde au balcon féminin ? Des disciples tardifs de Brobo II, fameux guérisseur ghanéen de la pandémie du siècle mort avant d’avoir livré sa recette, prétendre guérir du Sida en sept jours ? C’est un peu de tout cela le sextrémisme.

Les Femen sont une sorte de féministes radicales qui semblent porter le message suivant : « Vous nous minimisez parce que nous sommes des femmes ; nous allons nous servir de l’indice le plus visible de notre féminité, nos seins, pour vous obliger à nous considérer comme vos égaux. » Les Femen, dont le mouvement est né à Kiev en Ukraine(Kiev) en 2008 se font entendre par les poitrines. Nues ou mi-nues, leurs corps portent les annonces que leurs bouches sont fatiguées de proférer.

Leur action la plus récente a visé le président François Hollande au Bourget. Grâce à la promptitude de ses gardes, il a manqué, le vendredi 21 juin 2013, de se faire bousculer par ces sextrémistes qui protestaient contre l’emprisonnement de leurs consoeurs en Tunisie. Avant lui, Vladimir Poutine, Silvio Berlusconi, le Pape Benoît XVI ont pu prendre la mesure de l’ire très voyante des belles dans des lieux de culte, musées, ambassades, palais de justice, etc. Pour certains, c’est un appel à la révolte sans armes, par l’intelligence des corps ; pour d’autres, c’est un féminisme exhibitionniste. Ici, il y a un sextrémisme qui ne s’assume pas.

Des affiches pour le moins fantasques (avec quelquefois des croquis évocateurs), collées un peu partout sur des panneaux de signalisation, garde-fous, poteaux électriques louent la science de tel ou tel prestidigitateur capable de rendre les femmes très fessues, stéatopyges et leurs seins comme des Montgolfières. Pour les hommes, c’est le phallus qu’il serait possible de rendre comme celui du baudet. Ces annonces passent même à la télé, dans certains journaux et ne semblent pas déranger grand monde.

Après la démolition de la Sorbonne du Plateau réputée pour exposer toutes sortes de supports pornographiques, c’est la commune d’Abobo qui a pris le relais. A quelques petits mètres de la mairie, les gamins peuvent s’extasier devant les images de nus exposées. Après, très hypocritement, on feindra l’étonnement de voir des gosses filmer leurs ébats et avoir la générosité de les diffuser sur les réseaux sociaux.

Les guérisseurs de Sida sont légion dans ce pays. Pendant que le Ministère de la santé et les Ong s’échinent à sensibiliser à la gravité du fléau et que nos hôpitaux reçoivent chaque jour des malades, des charlatans disent pouvoir guérir le Sida … en une semaine. Et on s’étonnera encore d’apprendre qu’à Yopougon (nous n’avons pas les chiffres des autres communes), il y a environ 38% de femmes enceintes porteuses du virus.

Il y a une banalisation trop visible du sexe dans notre pays et c’est mauvais. Les fables sur les canons esthétiques qui veulent que la belle femme soit celle débordante en tissus adipeux, gagneraient à savoir qu’en toute chose l’excès nuit. Du reste, sous le couvert de faire la promotion de la beauté africaine, beaucoup d’obscénités passent pour des compliments. Et, des femmes elles-mêmes n’hésitent plus à recourir à des produits à la dangerosité afférée pour avoir des formes dites africaines.

Des substances non testées sont ingurgitées, des suppositoires pour que les muscles fessiers prennent de la surface se vendent bien. Le résultat de tout cela c’est la maladie, l’obésité, des bedaines de femmes enceintes alors qu’on ne l’est pas, l’hypertension, etc. C’est tout cela le sextrémisme. L’utilisation des atouts physiques à des fins pour le moins hasardeux.

Par Oumou D

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 2145 fois Dernière modification le dimanche, 24 septembre 2017 10:55