Le train sifflera trois fois

Le train sifflera trois fois

vendredi, 09 août 2013 01:55

Il y a quelques jours, en Suisse, 3000 trains ont sifflé simultanément dans tout le pays pour rendre hommage au conducteur de train tué lors de la collision survenue la semaine dernière à Granges-Marnand, dans le canton de Vaud, faisant plusieurs dizaines de blessés.

Cela faisait 25 ans qu’un tel scénario ne s’était pas produit. Les employés des chemins de fer ont ainsi voulu saluer la mémoire de leur collègue. Et le sifflement strident émis par tous ces trains au même moment a donné la chair de poule à ceux qui l’ont entendu.

Il faut dire que cela faisait la quatrième catastrophe ferroviaire meurtrière survenue en l’espace de trois semaines. La première avait eu lieu le 6 juillet au Québec, où un train comportant 72 wagons-citernes remplis de pétrole avait déraillé, explosé, et détruit des dizaines de bâtiments, tuant au passage une cinquantaine de personnes. Quelques jours plus tard, le 12 juillet, un train déraille à Brétigny-sur-Orge dans la banlieue parisienne. Bilan : 7 morts et des dizaines de blessés. Le 24 juillet, un troisième train déraille dans le nord-ouest de l’Espagne, près de Saint-Jacques-de-Compostelle, haut lieu de pèlerinage catholique. Le drame fait 79 morts. Le 29 juillet enfin, c’est la petite Suisse, pourtant réglée comme du papier à musique, qui voit deux trains se percuter frontalement à Granges-Marnand, causant la mort d’un des deux conducteurs.

C’était d’autant plus frappant, que le train a la réputation d’être le moyen de transport le plus sûr, avec l’avion.  Et pourtant… A y regarder de plus près, au niveau de l’Union européenne, ce sont plus de 1200 personnes par an qui meurent dans un accident dû à un train, pour un total de 2400 accidents. Reste que les drames survenus le mois dernier vont faire bondir les statistiques, tant des accidents ferroviaires aussi meurtriers sont rares.

Du coup,  la toile s’est embrasée, les internautes étant visiblement choqués face à une succession d’accidents de train aussi rapprochés. Un T-shirt portant l’inscription provocatrice « Survivor 213 Voyage en train » a fait un buzz sur internet. Des milliers de tweets ont commenté cette série noire, allant jusqu’à invoquer une forme de malédiction, de loi des séries, craignant d’autres catastrophes à venir. En 2005, on avait enregistré des réactions similaires dans la foulée du crash de cinq avions entre le 2 et le 25 août, faisant plus de 300 victimes en l’espace de trois semaines.

C’est que l’être humain, sous toutes les latitudes, est prompt à déceler des causes irrationnelles, voire mystiques, à des événements qui le choquent, et à leur donner du sens. Même lorsqu’ils n’en ont aucun.  De simples coïncidences sont ainsi rapidement transformées en une « loi des séries » à laquelle nous ne pouvons échapper, provoquée par une force qui nous dépasserait.

Concernant les drames ferroviaires survenus le mois dernier, difficile en tout cas d’établir un lien, tant les causes sont à chaque fois bien différentes. Au Québec, le conducteur du train a immobilisé le convoi dans un village et l’a quitté avant l’arrivée de son remplaçant. Le “train-fantôme” s’est remis à rouler et est arrivé en trombe dans la ville de 6 000 habitants où s’est produit l’accident. A Brétigny, l’éclisse est  très probablement à l’origine du drame. Cette pièce d’acier de dix kilos reliant deux rails aurait basculé. En Espagne, le conducteur est inculpé pour 79 faits d’homicide par imprudence. Il aurait circulé à  190 km/h, au lieu de 80 km/h dans un virage dangereux. Il aurait expliqué avoir été distrait. En Suisse enfin, un des conducteurs n’aurait pas respecté la signalisation.

Demeure en tout cas une certitude : se déplacer n’est jamais sans risques. Selon l’Organisation de coopération et de développement économique  (Ocde), on estime à 1,24 million le nombre de personnes qui, chaque année dans le monde, meurent dans un accident lié aux transports.  Parmi ces morts imputables aux transports, l’immense majorité concerne des accidents de la route. Ceux-ci arrivent même en tête des causes de décès, si l’on considère les personnes de 15 à 29 ans. L’Afrique demeure hélas le continent le plus dangereux en matière de transport, qu’il s’agisse d’accidents de la route, ou d’avion, puisque le continent connaît quatre fois plus de catastrophes aériennes que dans le reste du monde. Au cours de ces dernières années,  l’Afrique du Sud et le Congo Brazzaville ont par ailleurs connu des accidents ferroviaires aussi spectaculaires et meurtriers que ceux qui se sont produits le mois dernier dans plusieurs pays européens.

par  Catherine Morand

 

Lu 1560 fois Dernière modification le vendredi, 09 août 2013 16:39