Le temps des brouteurs politiques

Le temps des brouteurs politiques

vendredi, 25 août 2017 21:56
Le temps des brouteurs politiques Le temps des brouteurs politiques Crédits: DR

IJe regarde le monde politique sous nos Tropiques et je vois une arène de simulateurs et de dissimulateurs. Un monde où on ment beaucoup. On nous ment en nous disant la vérité et on nous dit la vérité en nous mentant.

Le temps des brouteurs politiques

L’essentiel de ce que je dis dans cette chronique se trouve dans mon essai politique publié en 2012. Mais j’ai ouï dire que la meilleure manière de cacher une vérité à un Africain, c’est de la consigner dans un livre… Je vais donc le redire car, comme dit Alain, « Tout est dit et rien n’est compris. » C’est pourquoi il faut répéter encore et toujours, frapper sur les mots comme sur des cloches pour (se) réveiller et (se) rendre attentif à la vérité !

Je regarde le monde politique sous nos Tropiques et je vois une arène de simulateurs et de dissimulateurs. Un monde où on ment beaucoup. On nous ment en nous disant la vérité et on nous dit la vérité en nous mentant. Un monde de pharisiens. Or le pharisien, c’est l’hypocrite. Pensons à l’image christique du tombeau blanchi. Le mot hupocrisis signifie mimique. Nous sommes dans un décor théâtral. Si vous n’avez pas compris que l’homme politique habile est un parfait comédien, alors vous n’avez rien compris au jeu politique fait de roublardises, de palinodies, de volte-face spectaculaires et de nomadisme. L’homme politique africain, pour ce qu’il nous est donné de voir, est un démagogue. La démagogie est l’art de conduire le « demos », le peuple.

Mais comment conduire ce peuple sinon par la parole ? La parole du pharisien. La parole inique. La parole cynique. Capable de soulever la foule ou de l’apaiser. Capable de soutenir une thèse le matin et la thèse contraire le soir. La parole du sophiste qui conduit au broutage politique. Notre pays, la Côte d’Ivoire, a été épinglé il y a peu, comme le pays par excellence du phénomène du broutage. Cette forme d’escroquerie faisant gagner beaucoup d’argent à ces vendeurs d’illusions appelés brouteurs,qui arnaquent d’honnêtes gens trop crédules en se faisant passer pour ce qu’ils ne sont pas.

Adultère politique

Mais les brouteurs, il y en a dans le milieu politique. Les brouteurs politiques sont ces hommes politiques sans ligne directrice intérieure, sans conviction, sans encrage idéologique, sans culture politique solide qui changent de parti et de parole au gré de leurs intérêts financiers. Ils sont prêts à piétiner leur conscience politique, à mettre leur conscience morale à l’encan, tant qu’ils peuvent gagner des millions ou conserver un poste qu’ils n’ont pas forcément obtenu par le mérite. Avec ces gens-là, il est impossible d’inscrire quoi que ce soit dans du granit, c’est-à-dire dans la durée. Et quand on leur reproche leur propension à l’adultère politique, leur penchant quasi pathologique à se draper, sans gêne, dans les habits du caméléon politique, ils se justifient, l’air sérieux, en citant Houphouët-Boigny: « La politique, aurait-il dit, est la saine appréciation de la réalité du terrain… ».

A cause d’eux, je n’aime plus cette pensée parce qu’ils l’ont travestie et tronquée. Je doute fort que le vieux sage de Yamoussoukro ait fait l’apologie de l’immoralité en politique. C’est pourquoi, vouloir faire de sa pensée politique, certes réaliste et pragmatique, le principe cardinal du broutage politique est un sacrilège. A l’approche de l’élection présidentielle de 2015, vous les verrez à l’œuvre, ces nouveaux brouteurs politiques, ces chasseurs de postes et de primes, ces transporteurs de valises d’argent et de curriculum vitae. Très actifs à mentir, baratiner, couillonner leurs pauvres militants et suiveurs. Très habiles à encenser le Chef et à madoniser  son épouse. Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. Là où sont la valise de millions ou la promesse ferme de participer à la «soupe gouvernementale », là aussi iront les brouteurs politiques.

Dans ce contexte où des mouvements de soutien naissent ici et là, dans un désordre bien organisé, à l’initiative de gens d’une vénalité stupéfiante, on ne sait plus qui est sincère ou pas. Il n’y a pas si longtemps, on entretenait une certaine majorité présidentielle à coups de milliards. Pour quels résultats ? Où sont, aujourd’hui, ces brouteurs qui claironnaient leur soutien total et éternel à l’ex-Président ? Le brouteur politique ne pense qu’à lui et lui seul, comme le Renard face au Corbeau. Sommes-nous tous génétiquement condamnés à vouloir le plaisir sans conscience ? A rechercher la richesse sans travail ? A faire les affaires sans éthique ? Et à pratiquer la politique sans principes ni convictions ?

Par le DR YODÉ SIMPLICE DION

Lu 1061 fois Dernière modification le vendredi, 25 août 2017 21:58