Le prix Atouuu pour la réconciliation nationale

vendredi, 27 décembre 2013 09:35

Cette cérémonie placée sous le haut patronage du Président Henri Konan Bédié a récompensé plusieurs récipiendaires qui se sont tous distingués dans le processus de la réconciliation nationale.

Le prix Atouuu pour la réconciliation nationale

À l’initiative de M. Zié Daouda Coulibaly, président de l’Ong Fondation Atouuu, il s’est tenu le dimanche 22 décembre 2013 à Abidjan, la deuxième édition du prix « Atouuu pour la réconciliation ».

Cette cérémonie placée sous le haut patronage du Président Henri Konan Bédié a récompensé plusieurs récipiendaires qui se sont tous distingués dans le processus de la réconciliation nationale. Parmi ceux-ci, de nombreux hauts dignitaires et figures emblématiques de l’ancienne majorité présidentielle, proche de Laurent Gbagbo.


L’Ong Fondation Atouuu tente d’apaiser le climat social

M. Zié Daouda Coulibaly qui est également le président du Groupe des communicateurs du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) a très vite compris l’importance de la communication dans le difficile processus de réconciliation nationale. Afin d’expliquer les raisons de la crise post-électorale de 2011, il a parcouru toute la Côte d’Ivoire pour présenter son film « Atouuu pour la réconciliation ». Avec pour objectif d’éclairer les populations rencontrées sur les violences post-électorales qui sont nées du refus de l’ex – président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à l’élection présidentielle. De manière pédagogique, ce documentaire montre pourquoi la Côte d’Ivoire a basculé inutilement dans le chaos. Ce drame qui est en réalité le point d’orgue de plus de vingt années de crises sociopolitiques a créé de profondes dissensions entre les populations. A travers ce prix « Atouuu pour la réconciliation », il s’agit de contribuer à l’apaisement du climat social, en mettant à l’honneur les femmes et les hommes qui se sont distingués en faveur de la réconciliation nationale, dans l’exercice de leurs activités respectives. La réconciliation nationale doit, avant toute chose, se matérialiser par une implication directe des principaux acteurs, à l’origine du drame ivoirien, et à travers le pardon.

Évariste Yaké et Laurent Dona-Fologo demandent pardon

Parmi les lauréats de ce prix, Evariste Yaké, un des principaux acteurs de la “ Galaxie patriotique ”, proche de l’ex-Président, a félicité Zié Daouda Coulibaly pour son engagement en faveur de la réconciliation nationale. Il a surtout demandé pardon à tous ceux qu’il a offensés, par son militantisme ou ses appels à la haine et au rejet de l’autre. M. Evariste Yaké s’est dit très reconnaissant et touché par le prix reçu, car, estime-t-il, il est encore en vie grâce au courage et à l’humanisme de ses amis du Rhdp. Au cœur de la crise post-électorale en 2011, c’est grâce à l’un de ses amis du Rdr qu’il a pu quitter le pays. Arrivé au Ghana, c’est également grâce à un autre ami du Pdci, qui l’a recueilli et hébergé qu’il a pu survivre. Aujourd’hui, selon lui, il a encore pu bénéficier de l’élan de fraternité prôné par le Président Ouattara qu’il a combattu pendant des années, pour revenir au pays dans des conditions d’accueil confortables.

Laurent Dona-Fologo, lui aussi lauréat de ce prix, souhaiterait que chacun assume ses responsabilités dans les différentes crises socio-politiques qui ont fragilisé le tissu social ivoirien, depuis la mort du Président Félix Houphouët-Boigny. Pour sa part, il reconnaît sa participation et sa responsabilité dans celles-ci, notamment en ce qui concerne le concept de l’ivoirité créé, selon lui, pour empêcher l’actuel chef de l’État d’accéder à cette fonction. Il a demandé à tous ceux qui ont une part de responsabilité dans le drame ivoirien de dire la vérité pour que naisse le pardon qui favorisera la réconciliation nationale. Sur un ton calme et mesuré, il a insisté sur le fait que les deux protagonistes d’hier, les Présidents Bédié et Ouattara, se sont aujourd’hui réconciliés et qu’il n’y a pas de raison que ceux qui les ont suivis, ne le fassent pas pour le retour de la paix dans le cœur et dans l’esprit des populations ivoiriennes.

Par MACAIRE DAGRY