Le printemps

lundi, 23 novembre 2015 09:34
Le printemps Crédits: DR

Quand Daesh a frappé Paris de plein fouet, faisant 130 morts et plus de 350 blessés, certains esprits étroits ont pu se réjouir publiquement de ces atrocités indignes du genre humain.  Ils ont glosé sur l’esclavage et le colonialisme perpétrés par la France.

Le printemps

Pour tout le monde ou presque, c’est la fin d’automne et déjà, l’hiver s’installe dans certains pays.  Pour Daesh et tous les groupes terroristes se réclamant de l’islam, c’est le printemps!  On frappe à tout-va, en France, au Mali, au Nigeria.  À qui le tour prochain?              


Quand Daesh a frappé Paris de plein fouet, faisant 130 morts et plus de 350 blessés, certains esprits étroits ont pu se réjouir publiquement de ces atrocités indignes du genre humain.  Ils ont glosé sur l’esclavage et le colonialisme perpétrés par la France. Ils ont qualifié ce pays de ‘’pays chrétien’’, qui a semé la zizanie partout ailleurs, y compris dans le monde arabo-musulman.  En conséquence, disaient-ils, la France a récolté ce qu’elle a semé, puisque des musulmans sont venus sur son sol la frapper en plein cœur, en Île de France, au nez et à la barbe de la Dst, de Vigipirate, de l’armée et de la police françaises.


Cet argumentaire est des plus biaisés car, primo, la France est tout sauf un État chrétien.  Sa laïcité est multiséculaire et elle la revendique avec fierté, aussi bien au détriment des catholiques - la plus importante confession religieuse du pays - que des musulmans - qui sont au moins 6 millions en France.  Secundo, si la France mène des guerres dans le monde arabo-musulman, ce n’est point pour des raisons religieuses.  Tertio, si l’État français mène des guerres en Lybie, en Afghanistan, en Syrie et ailleurs, ce ne sont pas les civils français et étrangers vivant ou séjournant sur le territoire français qui en sont responsables.  Ce ne sont pas eux qui devraient donc payer la note salée que les terroristes tendent à la France aujourd’hui.  En quoi étaient responsables des malheurs syriens tous ces hommes et femmes qui sont morts au Bataclan le 13 novembre?


Les terroristes de Daesh ont tout loisir d’affronter l’armée française à armes égales en Syrie, mais aucun droit de procéder à une substitution de cibles en menant des attentats contre des civils un peu partout en France.  D’un autre côté, si on jette l’anathème sur la France dite chrétienne, esclavagiste et colonialiste, que dira-t-on pour justifier le terrorisme violent qui a secoué Bamako le vendredi 20 novembre?  Depuis quand le Mali a-t-il colonisé d’autres pays?  Depuis quand le Mali a-t-il pratiqué l’esclavage?  Dans quel pays au monde l’armée malienne mène-t-elle une guerre impérialiste?  Quelle nation arabe ou musulmane subit-elle les attaques de l’armée malienne?  D’ailleurs, le Mali n’est-il pas un pays musulman à 90 % au moins?  Quel est donc le justificatif de la barbarie qui a secoué le Mali cette fois-ci, ou en 2012, quand Aqmi, Ançar Dine, Ançar al-Shariah et Al-Mourabitoune se sont ligués contre lui pour en annexer tout le nord désertique?


En vérité, aucune nation n’est à l’abri du terrorisme djihadiste actuel. Pas même notre chère Côte d’Ivoire. 

Prévenir plutôt que de guérir, telle doit être la devise.  Il faut redoubler de vigilance pour éteindre tout foyer terroriste à l’état embryonnaire.  Surtout ne pas se réjouir des attentats terroristes qui frappent des pays tiers, quels qu’ils soient!

Par le Dr FAMAHAN SAMAKÉ

Read 4115 times Last modified on lundi, 23 novembre 2015 10:02