Il faut se méfier des « sauveurs » de l’Afrique, tel le chanteur Bono

mardi, 02 juillet 2013 08:00

Il faut toujours se méfier de celles et ceux qui prétendent « sauver » l’Afrique et se font connaître grâce à cette noble ( ?) mission.

 C’est ce qu’on serait tenté de penser en lisant l’article choc intitulé « Bono, la fausse voix de l’Afrique », publié le 21 juin 2013, dans les colonnes du quotidien britannique The Guardian par le journaliste anglais George Monbiot, et traduit en français par Le Courrier International (*).

L’éditorialiste dénonce, en effet, le fait que Bono, star de rock irlandaise, loin de son image d’humanitaire désintéressé mobilisant la communauté internationale en faveur de l’Afrique, fait la promotion de la «Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition », lancée par le G8, aux Etats-Unis, en 2012, et à nouveau promue avec vigueur par ce même G8, réuni les 17 et 18 juin 2013, dans un hôtel 5 étoiles en Irlande du Nord. Mais quel est le problème, me direz-vous ? N’est-ce pas positif que de bonnes âmes se mobilisent pour que les Africains mangent à leur faim (étant entendu que vu d’Europe et d’Amérique, toute l’Afrique a faim matin, midi et soir) ? Hé bien non, car cette Alliance encourage de fait les Etats à signer des accords qui, au bout du compte, permettent à l’agrobusiness international de faire main basse sur les terres africaines, d’en chasser les familles de paysans qui y vivent, de breveter leurs semences  et de s’octroyer de véritables monopoles sur leurs marchés alimentaires.

« Restant sourds à la voix de leurs peuples, six gouvernements africains ont déjà signé des accords avec des entreprises comme Monsanto, Cargill, Dupont, Syngenta, Nestlé et Unilever, en échange de promesses d’aides de la part du Royaume-Uni et d’autres nations du G8 », précise George Monbiot dans son article. Fautil rappeler que le G8 réunit les nations les plus industrialisées du monde que sont les USA, le Royaume-Uni, le Canada, l’Allemagne, la France, l’Italie, le Japon et la Russie ; lesquelles sont l’objet d’un intense lobbying de la part de leurs grands groupes internationaux, pour la défense de leurs intérêts. Mais revenons au chanteur Bono qu’on voit régulièrement parler au nom des « pauvres » en Afrique au G8, au Forum économique mondial de Davos, aux côtés de Barack Obama, Bill Gates, Koffi Annan, Nicolas Sarkozy...

A tel point que désormais, dans de nombreuses rencontres internationales, on n’invite plus de représentants de l’Afrique, puisque Bono, lunettes fumées vissées sur le nez, parle en son nom… Dans une biographie qui vient de paraître au Royaume-Uni (The Frontman : Bono in the Name of Power, en français : Le chanteur Bono, au nom du pouvoir), son auteur, Harry Brown accuse Bono d’être devenu « le visage compatissant de la technocratie mondiale ». Un portrait peu flatteur, complété par l’éditorialiste du Guardian qui estime qu’il s’agit là d’« un homme qui, sans aucun mandat, s’est autoproclamé porte-parole de l’Afrique et a servi de couverture « humanitaire » aux responsables occidentaux ». La messe est dite…

Personnellement, j’ai toujours trouvé ridicule le cirque médiatique et politique organisé autour de «Bono l’Africain », qui n’hésite pas à poser avec sa femme pour les sacs de voyage de luxe Vuitton, sur fond de savane africaine au coucher du soleil. Il est d’ailleurs très ami avec Bob Geldof, autre grande figure de la philanthropie mondiale, ex-chanteur d’un groupe de rock anglais minable, qui s’est forgé une réputation (et une fortune) internationale en organisant des concerts pour lutter contre la faim en Ethiopie.

Bref, chacun se ‘’cherche’’, comme on dit à Abidjan, et on pourrait être tenté de se dire que ces musiciens anglosaxons essayent au moins de faire bouger les choses et de secouer les consciences. Certes. Mais lorsque ces mêmes saltimbanques commencent à « rouler » pour une initiative qui va générer une nouvelle vague d’accaparement des terres en Afrique, ils ne font plus rire du tout.

par Catherine Morand

Read 1684 times Last modified on dimanche, 03 septembre 2017 23:56