Grain de sel: Eviter de tétaniser les populations !

mardi, 24 septembre 2019 10:05
Grain de sel: Eviter de tétaniser les populations ! Crédits: DR

La semaine écoulée a été marquée par plusieurs événements qui ont fait peur à la population. Entre autres, notons les échauffourées entre les hommes en armes, précisément entre des policiers et des militaires des forces spéciales. 

Ces deux corps, frères d’armes, chargés de protéger les populations ont plutôt perturbé leur quiétude. Les spéculations vont bon train. Les questionnements aussi. Et l’on a peur des crépitements des armes… Le hic, c’est que ces incidents sont intervenus les 19 (date anniversaire de la rébellion de 2002) et 21 septembre. Est-ce pour commémorer cet anniversaire ? Est-ce pour revivre le même événement ? Est-ce pour donner des signes avant-coureurs de ce qui se fomente dans l’ombre ? Autant d’interrogations que les populations murmurent, la peur au ventre.

L’armée, considérée comme la grande muette, ne l’est plus trop et cela fait peur. Et les populations sont tétanisées. Surtout lorsqu’on se souvient de ce que le pays a été secoué par des mutineries intempestives qui ont fini par dresser le lit de la guerre. Les conséquences, on les connaît : une Côte d’Ivoire défigurée, un pays déchiré. Le pouvoir actuel, dirigé par le Président Alassane Ouattara, a su relever ce pays pour le remettre en selle dans le concert des nations.

La Côte d’Ivoire a retrouvé son entrain et fait de grands pas vers son émergence. Dans cette dynamique, et surtout que nous sommes à un an de la présidentielle, les autorités devront prendre ces poussées de fièvre très au sérieux. C’est certainement ce qui justifie cette tournée des hauts responsables de la police, de la gendarmerie et de l’armée dans les casernes de l'armée et de la police pour « prôner la cohésion, la fraternité, la solidarité et la discipline entre frères d'armes ».

Les populations ont besoin de paix. La Côte d’Ivoire a besoin de paix pour continuer sa marche vers le développement. De grands chantiers sont annoncés et cela doit s’exécuter dans un environnement de paix et de cohésion, pour le bonheur des Ivoiriens.

GERMAINE BONI