Entente objective entre Pdci-Rdr : Dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire

mardi, 10 avril 2018 08:00
Entente objective entre Pdci-Rdr : Dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire Crédits: DR

On dirait que l’entente objective entre le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) et le Rassemblement des républicains (Rdr), en gestion commune du pouvoir depuis 2011, a pris du plomb dans l’aile. Les noms d'oiseaux, à visages découverts, fusent aussi sûr que les missiles balistiques dans chaque chapelle politique.

Quand l’éléphant barrit, on entend distinctement qu’il faut un appel de la Case et pourquoi pas un appel de Kong afin que le pachyderme s’installe confortablement dans le fauteuil présidentiel en 2020. Ce qui ne serait qu’un juste renvoi de l’ascenseur et une manifestation de reconnaissance pour service rendu depuis le second tour de la présidentielle de 2010.

Quand la Case grouille, les échos conduisent vers les grands et gros Éléphants par les postes qu’ils occupent dans la gestion commune du pouvoir depuis huit ans. Et on signale au passage qu’ils sont oublieux d’avoir pu ripoliner leur image grâce à l’alliance.

 Dans cette ambiance bac à sable, les durs des deux camps promettent de se pulvériser mutuellement dans un pays qui a bien en mémoire la décennie de feu et son décompte macabre estimé à 3000 morts officiels.

Cette stratégie de saturation de l'espace politique et social donne le tournis aux nombreux électeurs qui ont vu dans l’attelage du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) et plus particulièrement dans le duo Pdci-Rdr la solution pour repositionner durablement la Côte d’Ivoire dans le concert des nations. Face à une opposition fracassée, des syndicats divisés et une société civile qui en veut toujours plus, il ne restait qu’à consolider les acquis du renouveau du pays. Hélas, nous sommes aujourd’hui loin des effusions et mamours de (re)conquête du pouvoir et c’est bien dommage.  

Le président Bédié, lorsqu’il lança l’Appel dit de Daoukro  avait affirmé qu’il le faisait « dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire et de la paix ». Bien évidemment, il s’agissait d’un deal. Au-delà du bilan du premier quinquennat du Président Ouattara, Bédié lui apporta son soutien parce qu’il voulait  aussi remettre en l’état la maison Pdci qui hébergeait jadis les militants qui ont fondé le Rassemblement des républicains (Rdr). L’alternance, les deux chefs l’ont redit à l’envie, devrait se faire en 2020 dans le cadre d’un Pdci-Rdr qui aurait entretemps déjà vu le jour. Qu’en est-il à deux petites années de la présidentielle future ? Où en sont surtout les irréductibles des deux camps ? Ils en sont à s’étriper et à nous rejouer un air bien connu qui avait abouti d’antan à la création du Rdr. En l’absence  d'opposition crédible, les antagonistes sur le ring veulent coûte que coûte bander les biceps et donner des coups pour faire mouche. Mais ont-ils mesuré les conséquences de leur gourmandise  sur le moral des vrais faiseurs de rois que sont les électeurs ?

La démocratie, c’est connu, ne s’exerce bien que dans la pluralité des choix. Mais, pas dans la pluralité de n’importe quel choix. La convoitise suscitée par 2020 ne doit faire oublier 2010.

Par Oumou D.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Read 305 times Last modified on mardi, 10 avril 2018 08:03