De quoi je me mêle ?

lundi, 22 février 2016 09:18
De quoi je me mêle ? Crédits: DR

Pour éviter le quiproquo, on remit sur la table l’idée du parti réunifié. Tandis que le Pdci, maison-mère de tous les partis du Rhdp, souhaite le retour de tous à la case bâtie par d’Houphouët-Boigny, certains au  Rdr crient à l’arrogance: « Nous ne nous fondrons point dans le Pdci ».

De quoi je me mêle ?

Depuis quelque temps déjà, une querelle de clochers se déroule sous nos yeux: ‘’les enfants d’Houphouët-Boigny’’ ne se supportent plus.  Certains crient à l’arrogance à l’endroit des autres, quand ces derniers dénoncent l’ingratitude des premiers. De quoi je me mêle donc ?  

Au départ de cette aventure, M. Alassane Ouattara, ancien Premier ministre, rend visite au président Henri Konan Bédié, courant mai 2010, à Paris, et l’urge de rassembler les enfants d’Houphouët-Boigny au sein d’une grande coalition de partis politiques se réclamant de ‘’l’apôtre de la paix’’.  L’objectif premier était de partir en rang serré contre Laurent Gbagbo au second tour de la présidentielle de 2010.  Ce dernier, il est vrai, conduisait alors le pays de façon chaotique.  Les Refondateurs avaient sapé en effet toutes les fondations de la République et il urgeait d’y remettre de l’ordre.

Quatre puis cinq partis se sont regroupés autour de cet objectif et très vite, tous les autres partis de sont rangés derrière le candidat Ouattara, qui était le mieux placé de tous au premier tour.  Élu au second tour de l’élection de novembre 2010 contre le Président sortant, M. Ouattara a sollicité et obtenu de son aîné, le soutien des partis du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) dès le premier tour de la présidentielle de 2015.

Malgré le remue-ménage que l’Appel de Daoukro a suscité au sein du Pdci-Rda, le président Bédié, à son corps défendant, a tenu tête aux cadres dits ‘’irréductibles’’, ainsi qu’aux jeunes loups de son parti, qui ne voulaient rien entendre sur cette question.  En contrepartie de cet appui décisif au candidat issu du Rdr, le Pdci réclamait d’abord l’alternance au pouvoir d’État en octobre 2020 au bénéfice d’un cadre issu de ses rangs. Aussitôt après la victoire de son poulain, le Rdr orienta le discours dans un autre sens : pas question de laisser le Pdci occuper la Présidence de la République de facto.  Il faut plutôt opter pour le cadre le plus compétent, peu importe son parti politique !

Pour éviter le quiproquo, on remit sur la table l’idée du parti réunifié. Tandis que le Pdci, maison-mère de tous les partis du Rhdp, souhaite le retour de tous à la case bâtie par d’Houphouët-Boigny, certains au  Rdr crient à l’arrogance: « Nous ne nous fondrons point dans le Pdci ».  Ils réclament que les noms Pdci et Rdr, Udpci, etc., disparaissent pour faire place au Rhdp tandis que les caciques du Pdci crient à la trahison : « On veut tuer d’Houphouët-Boigny deux fois.  Le Rdr est ingrat ».  Dans ce contexte malsain, les Présidents Ouattara et Bédié se sont rencontrés à Daoukro le lundi 15 février 2016 et ont produit un communiqué, tranchant la question en faveur de l’appellation Rhdp pour le futur parti réunifié.  Mais des jeunes du Pdci, cette génération perdue de notre jeunesse, qui a été allaitée à la mamelle de la violence estudiantine, a commencé par saccager son propre siège, en protestation contre une conférence de presse du ministre Adjoumani ce jeudi 18 février.

De quoi se mêlent-ils ?  Que le grand parti réunifié s’appelle Pdci ou Rhdp, en quoi cela est insupportable ?  Où est l’arrogance ?  Où est l’offense à d’Houphouët-Boigny?  Chaque camp devrait savoir raison garder et entendre qu’un parti politique, pour répondre à une exigence contextuelle ou conjoncturelle, peut changer de nom sans renier son idéologie.  Les gaullistes en France sont sans doute champions toutes catégories dans ces mutations.

Ce mouvement a porté successivement les noms de Rpr, Udf, Ump et aujourd’hui ‘’Les Républicains’’.  C’est toujours le parti gaulliste de droite.  Le nom Pdci n’est pas un fétiche, encore moins celui du Rdr.  On peut bien garder le Pdci-Rda et faire revenir tous les 4 autres partis à la maison, sans que personne ne soit pendu !  Si les leaders, pour sauvegarder la susceptibilité des uns et des autres, décident de l’appeler Rhdp, où est le problème ?  Que chacun ravale son petit ego et pense à l’avenir de la Côte d’Ivoire.  Y en a marre de ces querelles de clochers pour des questions d’ego surdimensionnés.  Plus de casse pour montrer qu’on est mécontent.  Et puis, de quoi je me mêle ?


Par le Dr FAMAHAN SAMAKÉ

Read 3081 times Last modified on lundi, 22 février 2016 09:58