• Accueil
  • Focus
  • Interview
  • Pranab Mukherjee (Président indien): “L’Inde est engagée à demeurer un partenaire fidèle de la Côte d’Ivoire”

Pranab Mukherjee (Président indien): “L’Inde est engagée à demeurer un partenaire fidèle de la Côte d’Ivoire”

mercredi, 15 juin 2016 15:06

Président de la République de l’Inde depuis le 25 juillet 2012, Pranab Mukherjee entame une visite d’État de 48 heures, à partir de ce mardi 14 juin 2016,  en Côte d’Ivoire. La première du genre pour un Président indien qui en exclusivité, a accordé également une interview à Fraternité Matin.

 

 

 

Pranab Mukherjee (Président indien): L’Inde est engagée à demeurer un partenaire fidèle de la Côte d’Ivoire

Président de la République de l’Inde depuis le 25 juillet 2012, Pranab Mukherjee entame une visite d’État de 48 heures, à partir de ce mardi 14 juin 2016,  en Côte d’Ivoire. La première du genre pour un Président indien qui en exclusivité, a accordé également une interview à Fraternité Matin.

M. le Président, tout en vous souhaitant la bienvenue, pouvez-vous nous parler de l’État des relations bilatérales entre la Côte d’Ivoire et l’Inde?

Avant tout propos, permettez-moi de transmettre les salutations les plus chaleureuses du peuple indien à la population de Côte d’Ivoire. Je suis très impatient de visiter la Côte d’Ivoire à l’invitation du Président Alassane Ouattara, étant donné que cette visite est la première effectuée par un Président indien sur le sol ivoirien. C’est aussi la première fois que je me rends dans votre beau pays.

Cela dit, l’Inde valorise son amitié et sa coopération de longue date avec la Côte d’Ivoire. Nos relations bilatérales n’ont cessé de croître et reposent aujourd’hui sur une vision partagée de la démocratie et du développement.

L’Inde souhaite renforcer son amitié et ses liens, en profitant de la bonne volonté des deux pays.


En termes plus concrets, comment peut-on évaluer cela ?

Le troisième sommet du Forum Inde-Afrique a été organisé avec succès à New Delhi, l’année dernière, du 26 au 29 octobre. Plusieurs décisions importantes ont été prises lors de ce sommet. Je suis en Côte d’Ivoire après une visite d’État au Ghana, ensuite je me rendrai en Namibie. Dans la même lancée, une série de visites de haut niveau en Afrique est entreprise par les dirigeants indiens cette année. Notre vice-président, Hamid Ansari, a récemment visité le Maroc et la Tunisie. Ainsi, mes différentes visites sur le continent visent à renforcer et renouveler l’engagement de l’Inde vis-à-vis de l’Afrique.

Le Président Ouattara a déclaré que l’Inde est un pays clé. Il a également souligné l’importance d’élargir la coopération avec mon pays dans les domaines des Tic, de l’agriculture, de l’exploitation minière et des infrastructures. Je me réjouis de cette approche proactive prise par le Président Ouattara.

Vous savez, le commerce bilatéral entre nos deux pays a connu une croissance impressionnante au cours des cinq dernières années. Le volume des échanges commerciaux a augmenté de plus de 40% entre 2014 et 2015. Plus précisément, il a atteint 841.850.000 US $ (1 dollar US = environ 575 FCfa, Ndlr) faisant de l’Inde le 5e plus grand partenaire commercial de la Côte d’Ivoire.

Courant 2014-2015, les exportations de l’Inde vers la Côte d’Ivoire ont été évaluées à 309.750.000 $ et les importations, quant à elles, à 532,10 millions de dollars américains.

Pour les années 2015-2016, des données, disponibles à partir d’avril 2015 à février 2016, font état des exportations indiennes qui se sont élevées à 359,74 millions de dollars américains et l’importation évaluée à 562,30 millions de dollars américains. La Côte d’Ivoire est le deuxième plus grand exportateur de noix de cajou dans le monde et l’Inde importe environ 80% des exportations ivoiriennes de noix de cajou.

 

N’y a-t-il pas lieu d’améliorer davantage ce partenariat gagnant-gagnant ?

Il y a un grand potentiel à améliorer davantage le commerce. Avec le Président Ouattara, nous allons échanger sur les stratégies pour augmenter notre chiffre d’affaires en matière d’échanges commerciaux à partir du niveau actuel sur une période de temps donnée.

Un forum d’affaires conjoint est prévu au cours de ma visite en vue de renforcer les liens commerciaux et financiers et d’identifier de nouveaux domaines de coopération mutuelle.

L’ouverture d’un bureau de représentation d’Eximbank of India à Abidjan va également faciliter une plus grande interaction entre les communautés d’affaires des deux pays.

Un certain nombre d’entreprises indiennes se sont installées en Côte d’Ivoire au cours des dernières années qui font de l’Inde une des plus grandes sources d’investissements directs dans le pays. De nombreuses entreprises indiennes opèrent dans le secteur des mines et des minéraux. Il y a également plusieurs sociétés indiennes - petites et moyennes entreprises – impliquées dans le commerce, la fabrication, les Tic, l’agro-traitement, etc. De grandes entreprises pharmaceutiques indiennes ont également des succursales en Côte d’Ivoire.

Je suis convaincu que ma présente visite permettra de renforcer les relations bilatérales et donner un nouvel élan à l’accroissement du commerce et des relations économiques sur la base de nos complémentarités.

La réputation de l’Inde est bien établie dans le domaine des logiciels et de l’informatique. Comment votre pays pourrait- il apporter son appui aux étudiants de Côted’Ivoire et même d’Afrique pour développer des compétences dans ce domaine?

L’Inde a fait des progrès considérables dans le domaine des Technologies de l’information et de la communication. Les entreprises et professionnels indiens de logiciels sont bien connus partout dans le monde.

L’Inde est prête à fournir toute l’aide possible à la Côte d’Ivoire et à l’Afrique en vue du développement des compétences dans les logiciels et l’informatique.

D’ailleurs, l’Inde et l’Afrique ont déjà une histoire de partenariat dans ce domaine. Mon pays a aidé les Etats africains dont la Côte d’Ivoire à combler

le fossé numérique. Le Pan- Africa e-Network financé par le gouvernement indien a été lancé en 2009 dans le but de réduire la fracture numérique en Afrique et en exploitant les avantages socio-économiques des Tic. Dans le cadre de ce projet, l’Inde a mis en place un réseau de fibres optiques pour fournir une connectivité par satellite. La télémédecine et la télé-éducation aux pays africains font aussi partie de ce projet.

Nous avons aussi, via le crédit concessionnel Mahatma Gandhi IT, aidé à la mise en place de la Biotechnologie Parc en Côte d’Ivoire. Le gouvernement indien contribue également à renforcer les capacités dans le secteur des Tic en offrant des bourses d’études par l’entremise d’un programme piloté par Itec, une structure indienne de coopération technique et économique. Vous comprenez pourquoi l’Inde est

la destination privilégiée pour de nombreux étudiants ivoiriens qui veulent poursuivre leurs études en informatique et développement de logiciels. Le gouvernement indien poursuivra ses efforts pour aider l’Afrique et la Côte d’Ivoire dans ce domaine.

L’Inde a aidé le gouvernement ivoirien dans la création du Parc technologique Mahatma Gandhi de Côte d’Ivoire, à Abidjan. Comment pouvons- nous faire avancer ce projet?

Je suis heureux de constater que le Parc technologique et biotechnologique Mahatma Gandhi, à Grand-Bassam, fonctionne de manière satisfaisante.

J’ai été informé que Shapoorji Pallonji, une entreprise indienne leader, est prête à construire le premier bâtiment dans ce Parc. L’Inde est ouverte à toute proposition visant à en faire un pôle économique dynamique pour la croissance et le développement de la Côte d’Ivoire.

L’Afrique est aujourd’hui un moteur de croissance pour l’économie mondiale. Avec une croissance moyenne prévue d’environ 5% entre 2013-2025, elle talonne les économies émergentes de l’Asie. La Côte d’Ivoire a enregistré un taux de croissance annuel de 9 à 10% au cours des trois dernières années, ce qui en fait l’une des économies les plus dynamiques en Afrique.

Selon les prévisions du Fmi, la Côte d’Ivoire devrait connaître une progression, cette année, évaluée à 9,6%. Elle est considérée comme une destination de choix pour l’investissement en Afrique. L’Inde est prête à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement ivoirien afin de faire de ce parc technologique un succès.

Le gouvernement ivoirien entend développer les installations agro-industrielles pour la valorisation du cacao et de la noix de cajou en vue de générer des emplois. Quelle contribution l’Inde peut–elle apporter dans ce sens ?

Je comprends que les sociétés indiennes s’intéressent à la mise en place d’installations agroalimentaires en Côte d’Ivoire pour la transformation de produits agricoles, en particulier la noix de cajou. Le gouvernement indien est engagé à accompagner les efforts du gouvernement ivoirien à cet effet et serait heureux d’examiner toute proposition concrète du gouvernement ivoirien en vue d’une assistance de l’Inde dans ce domaine.

Votre présence ici, Excellence, vous l’avez dit, est la première visite d’un Chef d’État indien en Côte d’Ivoire. Un message aux Ivoiriens ?

Ma visite reflète la volonté et la détermination de l’Inde d’approfondir les liens avec la Côte d’Ivoire. L’Inde partage une relation cordiale et chaleureuse s’appuyant sur une base solide de confiance et de compréhension mutuelles. Notre coopération bilatérale est multiforme, dynamique et mutuellement bénéfique. C’est un honneur pour moi d’être le premier Chef d’État de l’Inde à visiter votre beau pays. L’Inde est engagée à demeurer un partenaire fidèle de la Côte d’Ivoire dans son développement et sa croissance économique.

PROPOS RECUEILLIS PAR

OUMOU DOSSO

Read 2160 times Last modified on mercredi, 15 juin 2016 15:48