• Accueil
  • Focus
  • Interview
  • Noëlle Delhomme: ‘’Blaise Pascal ouvre une classe préparatoire au cycle ingénieur ...’’

Noëlle Delhomme: ‘’Blaise Pascal ouvre une classe préparatoire au cycle ingénieur ...’’

vendredi, 10 avril 2015 11:10
Noëlle Delhomme, proviseur du lycée français Blaise Pascal. Noëlle Delhomme, proviseur du lycée français Blaise Pascal. Crédits: Abdoulaye Coulibaly

La scolarité est fixée à 10.300.000 Fcfa. Mais,  le plus important est combien paiera chacun. Au cas où certains élèves ayant  été retenus sont démunis, alors nous prendrons des mesures pour les scolariser. Les dossiers de chaque postulant sera analysé sans complaisance.

Le lycée français Blaise Pascal sis à la Riviera 3 (Cocody) innove à la rentrée prochaine avec l’ouverture d’une classe préparatoire au cycle ingénieur. Quelles en sont les raisons ?
Il s’agit d’une classe préparatoire intégrée à Grenoble-Inp, un groupe français de grandes écoles d’ingénieurs de renom qui aboutira sur l’admission dans un des six établissements dudit groupe ou à Polytech Grenoble. Soit au total sept établissements. Les énergies nouvelles et renouvelables, le système réseau, les ingénieurs de fabrication,  les métiers de la chimie font partie des filières de formation. En formant les apprenants à Abidjan, cela permet aux élèves qui sont très jeunes de garder le contact avec la Côte d’Ivoire durant ces deux ans. Et de se consacrer à leurs études. C’est aussi la proximité aux côtés de leurs parents. Aux élèves qui n’auront pas obtenu leur moyenne pour passer en deuxième année de cette classe préparatoire au cycle ingénieur, ils seront autorisés à s’inscrire en deuxième année à l’université de Grenoble en France.

Qui peut faire acte de candidature ?
Le test d’entrée concerne les élèves de terminale, de l’année scolaire 2014-2015, excellents en mathématiques et physique en classe de terminale C, D, E des lycées publics ou privés en Côte d’Ivoire. Ceux du Bac S de la filière française peuvent également  faire acte de candidature. Les candidatures sont ouvertes maintenant et prennent fin le 1er mai. Pour le faire, il faut se connecter sur le site du lycée: www. lycee-blaisepascal.com. Ainsi les élèves ou leurs parents auront toutes les informations de façon détaillée. Ils pourront télécharger les formulaires de candidature.

Les inscriptions se feront-elles alors en ligne ?
Non. Il s’agit pour les postulants d’imprimer le dossier de candidature et le déposer au lycée Blaise Pascal. Le dossier peut aussi être scanné et acheminé par e-mail à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Mais l’idéal est qu’il soit déposé au sein de l’établissement. Nous avons 25 places disponibles pour cette classe préparatoire permettant d’accéder aux grandes écoles. Le recrutement se fera en deux étapes. La première se fera sur analyse de dossiers et la seconde consistera à faire un entretien avec des enseignants qui viendront de Grenoble. Cette partie concerne uniquement ceux dont les dossiers seront validés.

Dites-nous brièvement comment seront formés les élèves ?
Pendant leur formation, ils seront évalués. Il y a un contrôle sur l’ensemble des deux semestres. Ici, on ne redouble pas. Les cours seront dispensés au lycée Blaise Pascal. Il y aura des devoirs communs à l’ensemble des classes préparatoires des Inp en France.  Ils pourront intégrer des écoles françaises publiques sans concours. Ce système permet aux élèves de s’intégrer dans le tissu socio-industriel. Car pendant leur formation, ils pourront bénéficier de stages dans les entreprises en Côte d’Ivoire ou en France.  Le cycle d’ingénieur s’étend sur une période de cinq ans. Soit deux ans en Côte d’Ivoire et trois ans en France.
La sélection se fait déjà à la fin de la première année. Pour passer en classe supérieure, une moyenne minimale de 12 sera exigée à cet effet. Les parents ne devront pas s’inquiéter. Nous avons des places garanties en France dans les  grandes écoles d’ingénieurs du groupe Grenoble-Inp et à Grenoble Polytech qui sont tous des établissements publics.


Tout cela a un coût. Peut-on avoir une idée ?
Effectivement. La scolarité est fixée à 10.300.000 Fcfa. Mais,  le plus important est combien paiera chacun. Au cas où certains élèves ayant  été retenus sont démunis, nous prendrons des mesures pour les scolariser. Le dossier de chaque postulant sera analysé sans complaisance. Les finances ne doivent pas être perçues comme un obstacle. En fonction de la situation financière du postulant, nous aviserons. C’est pourquoi, en remplissant les formulaires de candidature, tout cela devra être mentionné.
Après la classe préparatoire, une fois en France, la scolarité ne sera pas payante. Car ce sont des écoles publiques.  En revanche, les frais annexes seront payants. Car il faut se loger, payer son billet d’avion, se nourrir… Mais aussi, il existe une possibilité d’aider les élèves brillants démunis.


Pourquoi avoir décidé d’instaurer ce programme cette année ?
C’est un ancien  projet. C’est aussi une demande de la partie ivoirienne lors de la réouverture dudit lycée en septembre 2008. Ce projet s’inscrit dans un cadre de coopération éducative et est défini par une convention signée entre l’ambassade de France et l’Université Grenoble-Alpes dont font partie Grenoble-Inp et Polytech Grenoble.  Il s’agit  de diversifier l’offre de formation et de faciliter l’accès des élèves dans des écoles d’ingénieurs de qualité en France. Cette formation est ouverte à tous ceux qui passeront le baccalauréat C, D, E et S en Côte d’Ivoire à la session 2015 pour la première promotion. La nationalité des élèves ne fait pas partie des critères de sélection. Les cours débuteront le 1er septembre. Début juillet, les noms des postulants retenus seront connus.

Un mot sur l’insertion de ces ingénieurs. Pouvez-vous rassurer leurs parents  concernant les débouchés ?
Lors de la dernière année des études, les élèves font un long stage en entreprise.  En général, ils sont embauchés avant la fin de leur stage. Ce sont des diplômes reconnus. L’Inp est une école de référence. Ce groupe est classé deuxième parmi les 118 grandes écoles d’ingénieurs françaises par l’Usine nouvelle. Il forme un ingénieur sur sept en France. C’est donc une formation professionnalisante. Les ingénieurs ont une bonne rémunération, une fois en entreprise.

Interview réalisée par
CHRISTIAN DALLET

Read 4832 times Last modified on vendredi, 10 avril 2015 11:12