• Accueil
  • Focus
  • Interview
  • Marie-Josèphe Koutouan: "L'art de vivre fait éviter le désordre et élimine les mauvaises odeurs"

Marie-Josèphe Koutouan: "L'art de vivre fait éviter le désordre et élimine les mauvaises odeurs"

mardi, 05 novembre 2013 14:09

Par ignorance, certaines femmes sont passées à côté d’un emploi ou ont même raté l’opportunité d’aguicher l’homme de leur vie.

Depuis ses premières années passées en Angleterre et aux États-Unis, elle a développé un intérêt pour tout ce qui est relatif à l'art de vivre avec élégance. Pour la titulaire d’un bac plus quatre en gestion hôtelière à l'Université d'Island (Angleterre), les femmes ivoiriennes doivent être initiées aux vertus de l’art de vivre pour parfaire leur rôle de maîtresse de maison. Où pourquoi pas, augmenter leurs chances de décrocher un emploi ou d’aguicher un homme… Aujourd'hui, initiatrice de MJ Signature, Marie-Josèphe Koutouan veut mettre sa riche expérience en matière de bonnes manières au service de la femme ivoirienne.

En quoi consiste l’art de vivre ?

C’est un choix qu’on fait de vivre d’une certaine manière en respectant l’autre. Les bonnes manières sont les gestes que l’on pose en prenant en compte les attentes de l’autre et en voulant lui faire plaisir. C’est  en somme, l’assemblage d’un savoir-vivre, un savoir-être, un savoir-faire c'est-à-dire l’art de vivre de façon élégante. Et ce, en respectant l’environnement, les modes d’hygiène et de santé…C’est vraiment un genre de vie qu’on s’impose. Par ignorance, certaines femmes sont passées à côté d’un emploi ou ont même raté l’opportunité d’aguicher l’homme de leur vie.

Les Ivoiriens sont-ils sensibles à l’art de vivre ?

Pas vraiment. Car, l’aspect environnemental dévoile des coins de rue mal entretenus. Sans peine, on jette facilement les peaux de banane douce sur le trottoir, les bouts de papier dans la rue. Il y a un laisser-aller. Je n’accuse pas la population. On ne naît pas avec les notions de civisme et de protocole. Cela s’apprend. Le parent formé l’inculque à ses enfants. Tout est une question de volonté politique, d’accompagnement et de sensibilisation.

Combien de temps dispose-t-on pour s’approprier les règles de l’art de vivre ?

Il n’y a pas vraiment de temps. Il y a déjà cette première étape à vouloir être disposé, à vouloir apporter un air nouveau à sa maisonnée. Il y a beaucoup de choses à explorer. Mais citons trois points clés. L'on peut d’abord parler de l’hygiène. Comment prendre soin de sa maison ? En entretenant sa maison, on prend également soin de soi-même. Ensuite, il y a la décoration intérieure et enfin le côté vestimentaire ou la beauté physique de la maîtresse de maison.

Quelles sont les difficultés que rencontre une maîtresse de maison ?

Le désordre et les odeurs. Une maison doit être aérée. Ici, même avec des parents, on a du mal à se débarrasser des vieilles choses. Or, ce sont ces vieux objets qui entraînent les mauvaises odeurs.

Quelques astuces pour tenir une maison propre

L’on doit apprendre à se contenter du peu. Quand l'on achète deux ou trois casseroles, il faut les utiliser à fond. Quand elles seront usées, l'on pourra les offrir à d’autres personnes qui en ont plus besoin. Et l'on s’achète de nouvelles casseroles. Il faut apprendre à faire un nettoyage de printemps de temps en temps.  Or souvent, l'on entasse les vêtements des enfants qui sont majeurs à ce jour. Cette habitude réduit  non seulement l’espace, mais aussi la lumière.

La portée des formations sur l’art de vivre

Il y a eu des améliorations dans l’apparence et la façon de se comporter des apprenantes. Et ce,au niveau vestimentaire et physique. Certaines femmes ont évité les tissages à la tigresse avec des couleurs chaudes… Ces apprenantes ont réussi à porter des vêtements de chez nous (du pagne). Cela évite de voir des femmes en tenues dévalorisantes, laissant apparaître le surpoids. Elles ont gagné en assurance. Grâce aux conseils d’une consultante esthéticienne, nos élèves ont reçu des astuces à base de citron, de beurre de karité… Des choses simples et moins chères pour se nettoyer le corps et chasser les odeurs…

Les modules de formation

Nous débutons avec quelques modules qui seront diversifiés progressivement. Notamment, la femme et sa beauté (1). Ce module consiste à trouver son style selon sa morphologie, pouvoir mettre sa beauté en valeur, savoir se maquiller… Parfois,  il y a  des femmes qui n’ont pas confiance en elle parce qu’elles ne se trouvent pas belles. Aussi refusent-elles de se maquiller. On n’a pas dit de mettre beaucoup de peinture sur soi, mais juste de petits gestes pour faire ressortir ce qu’on a de meilleur. Ensuite, comment entretenir son corps ? L’art de la table et l’art floral, respectivement  module  2 et 3.

L’art de vivre exclut-il les hommes ?

Non pas forcément. Les notions de galanterie, de gentleman sont ignorées par certains hommes. Aujourd’hui,nous sommes confrontés à plusieurs situations où les hommes luttent les escaliers avec les femmes au lieu de leur céder le passage. Vous rentrez avec les bagages, monsieur ne cherche même pas à vous décharger. Au cours du repas, la femme est la seule à faire le service à table. L’homme ignore qu’il peut servir le vin… Ace niveau, dans nos ateliers sur l’art de la table, nous expliquons aux hommes que le service de la boisson leur est réservé.

Les ateliers d’entreprises sont initiés pour les hommes. Parce qu'il y a un certain comportement à adopter quand on est en face d’un client qui doit vous signer un contrat. Par un manque de savoir-vivre, vous pouvez perdre un contrat. L’accent est beaucoup mis sur la femme parce qu’elle est au centre de tout. Si la femme est équilibrée, la famille l'est également.

Isabelle Somian
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Read 2944 times Last modified on dimanche, 12 novembre 2017 12:44