• Accueil
  • Focus
  • Interview
  • Journée internationale de l’identité (ID DAY)/Konaté Diakalidia: ‘’La Côte d’Ivoire est en voie de résoudre le problème de l’identité’’

Journée internationale de l’identité (ID DAY)/Konaté Diakalidia: ‘’La Côte d’Ivoire est en voie de résoudre le problème de l’identité’’

lundi, 16 septembre 2019 09:30
Konaté Diakalidia, directeur général de l’Office national de l’état civil et de l’identification (Oneci). Konaté Diakalidia, directeur général de l’Office national de l’état civil et de l’identification (Oneci). Crédits: DR

Le monde entier commémore, aujourd’hui, la Journée internationale de l’identité. A la faveur de cette commémoration, monsieur Konaté Diakalidia, Dg de l’Office national de l’état civil et de l’identification (Oneci), dans cet entretien, situe les enjeux liés à la maîtrise de l’identité en Afrique et spécifiquement en Côte d’Ivoire avec la mise en place en cours du Registre national des personnes physiques (Rnpp).

Pourquoi dédier une journée à la célébration de l’identité ?

Je voudrais tout d’abord souhaiter une bonne célébration à toutes et à tous. Pour revenir à votre question, il faut dire que la date du 16 septembre a été choisie pour commémorer l’Objectif de développement durable (Odd) en son point 16.9 qui appelle à une identité juridique pour tous, notamment l’enregistrement de toutes les naissances d’ici 2030. Cette commémoration fait suite à la campagne ‘’ID DAY’’ lancée par ID4AFRICA, une institution africaine spécialisée dans le domaine de l’identification, lors de la 4e réunion annuelle du mouvement éponyme, le 24 avril 2018 à Abuja au Nigeria. La campagne, entrée dans sa deuxième phase en août 2018, a créé une coalition en vue d’une plaidoirie politique des institutions et des gouvernants, dans l’optique d’aboutir à l’institution par les Nations unies de cette journée. Le dossier semble être bien avancé. Pour l’instant, pour appuyer la plaidoirie, les États ont commencé à manifester leur intérêt pour la journée. Le Nigeria l’a déjà instituée. En attendant que notre pays lui emboîte le pas, nous accompagnons le mouvement sur le plan international en prenant une part active à la promotion de cette journée.

Quel est le contenu de cette journée ?

Comme on le sait, les journées internationales d’observance sont des moyens efficaces et pratiques pour susciter une prise de conscience et une sensibilisation autour d’un sujet. La Journée internationale de l’identité n’échappe pas à cette règle. Le ID-DAY, comme on l’appelle en anglais, est principalement motivé par la volonté des spécialités des questions d’identité de sensibiliser l’opinion publique et particulièrement les décideurs politiques au rôle fondamental que joue l’identité pour rendre les personnes visibles et par ricochet leur permettre d’exercer leurs droits politiques ainsi que leur inclusion sociale et financière.

Quel est l’enjeu de l’identité juridique pour les États africains aujourd’hui ?

La problématique de l’identité juridique des personnes physiques continue de constituer un enjeu de premier ordre pour l’Afrique, tant pour le renforcement de l’Etat de droit que pour le développement socio-économique de tout pays. Comment l’État pourrait-il planifier le développement et garantir les transactions financières s’il n’a pas la possibilité de donner une identité précise et vérifiable à sa population ? Conscients de cette problématique, de nombreux État africains ont adopté plusieurs dispositions juridiques pour encadrer l’identification de leurs citoyens et des étrangers résidant ou de passage sur leur territoire. Mais, en dépit de toute la législation en la matière, des États africains ne maîtrisent pas encore la plénitude de l’identification de toutes les personnes physiques vivant sur leur territoire encore moins ne disposent pas d'une base de données nationale exhaustive et fiable concernant l’identification de leurs populations.

Qu’est-ce qui est fait en Côte d’Ivoire pour maîtriser la question de l’identité ?

La maîtrise de la question de l’identité passe nécessairement par la maîtrise des données d’état civil, des données biométriques et du flux migratoire. La Côte d’Ivoire est en voie de résoudre le problème avec la mise en œuvre en cours du Registre national des personnes physiques, le Rnpp. En effet, sa mise en place permettra de déterminer l’identité de toute personne ivoirienne, ou non ivoirienne résidant ou de passage en Côte d’Ivoire, de l’authentifier, et ainsi de favoriser un niveau de sécurité dans le pays. De fait, le Rnpp, avec l’attribution d’un Numéro national d’identité (Nni) à toute personne ivoirienne et non ivoirienne présente sur le territoire national, permet de disposer de données statistiques fiables pour les politiques de planification socio-économique et une meilleure traçabilité des individus pour les stratégies de sécurité. En plus, le Nni est une opportunité d’une meilleure gouvernance administrative avec la possibilité d’avoir une pluralité de documents administratifs pour une unicité d’identité.

Parlant du Rnpp et du Nni, vous avez fait cas de « pluralité d’actes administratifs pour une unicité d’identité ». Pouvez-vous mieux l’expliquer à nos lecteurs ?

Actuellement, pour un même individu, les documents qu’il établit portent des numéros différents d’une administration à une autre. Or, le Nni est un numéro unique qui est associé à l’identité de l’individu. Il pourra donc l’utiliser pour accomplir aisément les actes de la vie civile et avoir tous les documents qu’il souhaite. En clair, le Rnpp est un système informatique bâti autour d’un écosystème robuste, fiable et sécurisé en vue de doter notre pays d’une base de données à caractère personnel, centrale, multifonctionnelle et interopérable c'est-à-dire utilisable par toute autre base nationale et internationale. 

Entretien réalisé par
GERMAINE BONI