• Accueil
  • Focus
  • Interview
  • Jocelyn Adjobi (Président du comité de pilotage de l’African digital week 2018): ‘’Nous voulons préparer les systèmes d’informations des entreprises africaines pour soutenir leur transformation digitale’’

Jocelyn Adjobi (Président du comité de pilotage de l’African digital week 2018): ‘’Nous voulons préparer les systèmes d’informations des entreprises africaines pour soutenir leur transformation digitale’’

mercredi, 17 janvier 2018 13:20
Jocelyn Adjobi, Président du comité de pilotage de l’African digital week 2018. Jocelyn Adjobi, Président du comité de pilotage de l’African digital week 2018. Crédits: African Digital Week

Pour cette première édition qui aura lieu du 17 au 19 janvier 2018, au Palais de la Culture à Treichville à Abidjan, le thème retenu est : « Quels modèles de transformation digitale pour réussir le développement économique et social de l’Afrique ? ».

Qu’est-ce que l’African Digital Week ?

L’African Digital Week est conçu pour être une plateforme privilégiée de réseautage, de partage d’expérience et de brassage des cultures numériques. Ce sera le lieu par excellence pour penser, discuter et envisager les réalités en Afrique à l’aune du numérique.

L’African Digital Week exposera toutes les clés indispensables en vue de préparer les systèmes d’informations des entreprises africaines pour soutenir leur transformation digitale.

Afin de répondre à cet enjeu, les acteurs du numérique aborderont la nécessaire cloudification, la virtualisation, le pouvoir des Api, le besoin de casser les silos et encore de digitaliser le marketing et le service client. Avec en maître-mots: agilité et performance.

Il faut noter que par le passé, les principaux acteurs de l’écosystème des Tic en Côte d’Ivoire organisaient séparément des évènements liés au numérique. Il s’agit notamment du Patronat qui en étroite collaboration avec le Groupement des Opérateurs du secteur des Tic (Gotic) organisait les Journées de l’entreprise numérique (Jen).

Egalement le club Dsi composé des Dsi d’entreprises de la place organisait régulièrement l’It Forum autour de thématiques liées à la fonction des Directeurs des Systèmes d’Information (Dsi) dans la transformation digitale des entreprises. Les Opérateurs télécoms à travers leur organisation l’Union des entreprises de télécommunications (Unetel) organisaient les Journées nationales des technologies de l’information et de la communication (Jntic).

En vue d'opérer des synergies de réflexion sur les thématiques d'actualité du secteur, doter la Côte d'Ivoire d'un évènement It aux standards internationaux et enfin, promouvoir ensemble l'expertise et le savoir-faire local, ces organisations ont décidé de fédérer leurs énergies pour créer ensemble l'African Digital Week.

Cette dénomination met en exergue le souhait des organisateurs de favoriser le brassage des expériences, intelligences et compétences à travers le monde pour élaborer des modèles de transformation digitale originaux et adaptés aux réalités africaines.

Ainsi, à cet évènement majeur, ont été invités des experts et des entreprises d'Afrique et d’Europe qui participeront aux travaux de l'Adw et à l'exposition des offres, services et solutions.

Pour cette première édition qui aura lieu du 17 au 19 janvier 2018, au Palais de la Culture à Treichville à Abidjan, le thème retenu est : « Quels modèles de transformation digitale pour réussir le développement économique et social de l’Afrique ? ».

Qu’est-ce que cette initiative peut apporter à un pays comme la Côte d’Ivoire ?

Comme mentionné auparavant, cette initiative est essentielle dans la mesure où elle permet de créer un cadre d’échanges et de discussions auquel prendront part des chefs d’entreprises, des décideurs et des autorités politiques. Plusieurs ministres africains ont été invités ainsi que les acteurs ivoiriens du numérique du secteur privé et public.

Cet évènement a également pour ambition de montrer le dynamisme et la richesse du secteur du numérique en Côte d'Ivoire.

Enfin, à terme, l'Adw compte se positionner comme un évènement de référence du digital en Afrique. Ce qui contribuera au rayonnement de la Côte d'Ivoire et à la promotion de son écosystème digital.

Quelles sont les délégations étrangères qui sont attendues ?

Bon nombre de délégations étrangères ont été invitées à cet événement majeur. Il s’agit de délégations venant du Maroc, de la Tunisie, du Sénégal, du Cameroun, de la France, de l’Allemagne et de bien d’autres Etats. Les acteurs du numérique en Côte d’Ivoire sont membres d’alliances digitales avec différents pays dont ceux cités, ce qui explique que lesdites délégations aient été invitées.

Quelle analyse faite vous de la situation du numérique en Côte d’Ivoire ?

Le numérique en Côte d’Ivoire aujourd’hui, comparativement à qu’elle était il y a quelques années est en pleine mutation. Le secteur des TIC globalement est assez dynamique et cela est dû en grande partie au leadership de ses acteurs. Ceux-ci sont certes nombreux mais je commencerai par un focus sur les entreprises du secteur du numérique.

Les statistiques les concernant font état de plus de 300 entreprises parmi lesquelles on recense plus de 50 startups dont les activités gravitent autour des développements d’applications et d’agences web. Également il existe à Abidjan et dans sa périphérie, plusieurs espaces de coworking et incubateurs.

Enfin, il faut mentionner aux côtés de ses acteurs, le Village des technologies de l’information et de la biotechnologie (Vitib) qui crée un cadre favorable de développement d’entreprises numériques grâce aux divers avantages et exonérations fiscales.

Il est important de relever que l'offre locale porte prioritairement sur la satisfaction des besoins des entreprises, des administrations et des populations par la mise à disposition de produits, services ou solutions permettant de leur faciliter la vie.

Toutefois, cette volonté des entreprises It du secteur privé doit être soutenue, encouragée par une fiscalité adaptée pour assurer la viabilité et la pérennité de ces structures.

Dans la même veine, les conditions d’accès au crédit et plus généralement l’accompagnement dont pourrait bénéficier ces entreprises par les pouvoirs publics doivent être des chantiers prioritaires pour les pouvoirs publics. Ce sont là les conditions sine qua none pour que le secteur accroisse sa contribution au PIB par la création de richesses, plus de valeur et plus d'emplois.

Quelle est la contribution du numérique dans le développement économique d’un pays ?

Le numérique est devenu incontournable dans ce troisième millénaire. Il s’est rapidement imposé dans tous les compartiments de la vie économique, sociale, culturelle, etc. Son poids croissant dans l’économie nationale est aujourd'hui estimé pour le seul secteur It entre 12 et 14 % du produit intérieur brut. Cette estimation est bien entendu à confirmer par des études.

Par les gains qu'il apporte en termes d'amélioration de la productivité, de partage de connaissances, facilitation de la communication, etc. Le numérique n'est plus un luxe pour nos entreprises, nos organisations et nos administrations qui, si elles veulent survivre dans cet environnement où les consommateurs ou usagers sont de plus en plus exigeants et avertis, doivent opérer, sans plus attendre, leur transformation digitale.

Si dans la majorité des Etats développés, le numérique a une part prépondérante dans l’économie, il convient malheureusement de reconnaître que dans la plupart des pays africains, le numérique est en phase de démarrage. Le retard à combler est certes important mais l'espoir de le rattraper rapidement est permis dans la mesure où la vitesse d'adoption des Ntic est très élevée dans ces pays et l'engouement vis-à-vis des outils Tic est très fort.

Cette tendance est confirmée par la grande percée du commerce électronique, des services financiers et l'accroissement des prestations de services basées sur le numérique.

Les secteurs agricole et industriel sont encore un peu à la traîne comme le montre l’étude de maturité numérique des entreprises réalisée en 2016 par la Commission économie numérique de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci). D'où un effort d'information, de sensibilisation et d'accompagnement des entreprises de ce secteur pour favoriser leur entrée dans le monde digital.

Le patronat ivoirien, à travers sa Commission Économie numérique, veut changer la donne à ce niveau et permettre à l'économie ivoirienne, grâce à la transformation digitale des entreprises, d'être plus compétitive.

Quelles peuvent être les retombées de cet événement pour la Côte d’Ivoire ?

Elles sont importantes dans la mesure où Abidjan sera pendant trois jours le lieu privilégié d’échanges de haut niveau sur le digital. L’application des recommandations issues de ce évènement permettra d’améliorer le classement la Côte d’Ivoire sur tous les baromètres du numérique et donnera aux Pme et Pmi les fondamentaux pour ne pas rater le train de la transformation digitale.

Cet événement qui aura lieu chaque année et positionnera la Côte d’Ivoire comme un des hauts lieux de la réflexion sur la transformation digitale du continent, permettra de vendre le savoir-faire de nos entreprises et de poser les bases d’une Côte d’Ivoire numérique dans les prochaines années.

Propos recueillis par
PAULIN N. ZOBO

Read 555 times Last modified on mercredi, 17 janvier 2018 13:52