• Accueil
  • Focus
  • Interview
  • Jean-André Ahipeaud (Ivoirien concepteur de tablettes): ‘’Je ferai tout pour le montage et l’assemblage en Côte d’Ivoire’’

Jean-André Ahipeaud (Ivoirien concepteur de tablettes): ‘’Je ferai tout pour le montage et l’assemblage en Côte d’Ivoire’’

lundi, 26 février 2018 14:36
Jean-André Ahipeaud Ahipeaud, l'ivoirien concepteur de tablettes. Jean-André Ahipeaud Ahipeaud, l'ivoirien concepteur de tablettes. Crédits: Sébastien Kouassi

Les smartphones et tablettes « haute performance » SATURN conçus par l’Ivoirien Jean-André Ahipeaud Ahipeaud sont en Côte d’Ivoire. Dans une interview exclusive accordée à Fratmat.info, le concepteur montre l’intérêt pour tous les Ivoiriens et son avantage concurrentiel. L’objectif pour lui, est qu’il « faut tout faire pour que la conception, le montage et l’assemblage des produits en Côte d’Ivoire soit une réalité ». Pour y parvenir, il envisage la création d’une université technologique en Côte d’Ivoire pour apprendre aux jeunes ivoiriens à concevoir et à assembler des produits électroniques, et une unité d’assemblage.

M. Jean-André Ahipeaud Ahipeaud, vous êtes le PDG de J3A Technologies, l’entreprise qui conçoit les smartphones et tablettes haute performance SATURN. Est-ce bien cela ?

Oui, mais il y a d’autres activités. L'entreprise J3A Technologies est constituée de 3 pôles qui sont : le pôle Conseils qui regroupe les activités de conseils en stratégie et celles de l’ingénierie des systèmes d’information, le pôle formation qui organise des séminaires de haut niveau pour les cadres supérieurs et les dirigeants et enfin le pôle électronique grand public qui concerne la conception et la distribution des smartphones et tablettes haute performance SATURN.

Depuis quand existe J3A Technologies ?

J3A Technologies a été créée en 2001 à Paris en France puis a déménagé à Londres au Royaume-Uni en 2011 suite à la montée en puissance des activités de conseil en stratégie. La division électronique grand public qui conçoit et distribue les smartphones haute performance de la marque SATURN a été créée en 2013.

En quoi consiste de façon spécifique la conception d’un smartphone?

La conception consiste à assembler et à tester une configuration optimale de tous les composants qui servent à fabriquer le smartphone et la tablette afin de garantir une expérience utilisateur supérieure au client final. C’est-à-dire que les différents composants étant  fabriqués par divers équipementiers électroniques on va par exemple prendre une carte mère d’un certain calibre y associer un écran fabriqué par  Samsung ou par LG y rajouter des capteurs photos Sony ou autre, une carte son,  ainsi de suite et enfin une batterie. Ensuite on fait les tests de compatibilité et de performance pour s’assurer que les composants mis ensemble produisent le meilleur résultat possible en termes de sécurité des utilisateurs, de performance et enfin de durabilité. Une fois qu’on a sorti notre configuration et qu’on trouve que nous pouvons assembler ces composants pour donner quelque chose de qualité, performant et durable, alors on met toutes ces informations dans un document appelé cahier des charges qu’on envoie à l’usine. Une fois le produit assemblé, nos ingénieurs qualité s’assurent que le smartphone ou la tablette assemblée par l’usine correspond à ce qui était dans notre cahier des charges. Si oui ils valident et ensuite on fait certifier le produit par les organismes de certification. Une fois le rapport de qualité obtenu, on achemine alors les produits vers nos différentes zones de vente.

En quelle année vous vous êtes implantés en Côte d’Ivoire ?

SATURN est vendu en Côte d’Ivoire depuis une semaine (mi-février 2018). Nous avons pénétré le marché avec les SATURN TAB 10.1 Pro 4G qui sont des tablettes hautes performances conçues pour les activités exigeantes en termes de consommation en ressources. Nos premiers clients sont donc des entreprises qui décident d’équiper leur comité de direction avec nos tablettes de par leur capacité à exécuter avec fluidité les logiciels de gestion collaborative entre salariés, aidant ainsi à optimiser la productivité des équipes de direction.

Quelques années après la création de J3A Technologies, en France, comment se porte-t-elle ? Comment les produits sont-ils aussi accueillis en Côte d’Ivoire ?

Certains des premiers produits qu’on a lancés en Europe ont été acquis par des Ivoiriens qui les ont connus. On ne vendait pas en Côte d’Ivoire. Ils ont aimé la qualité des produits et ils nous ont alors encouragés à venir les vendre en Côte d’Ivoire. Nos premiers clients qui ont acquis les produits dans le réseau de distribution en Europe en sont très contents. Mais à la base, nos produits étant faits pour des professionnels européens, il y a une exigence de qualité supérieure qui n’est pas discutable. Nos produits sont de belle facture, de haute qualité eu égard à l’ADN même de J3A Technologies qui s’est dès le départ focalisée sur l’expertise dans toutes ses activités. Les produits sont donc très bien accueillis partout.

A ce jour, combien de tablettes ou smartphones avez-vous écoulé sur le marché ivoirien ?

Les produits n’étant disponibles sur le marché ivoirien que depuis peu, nous ne pouvons encore faire de statistiques. Cependant, je puis vous assurer que les entreprises et les premiers particuliers qui les ont acquis ont tous loué la qualité de notre travail et donc cela augure d’un avenir meilleur.

Avant SATURN, plusieurs autres marques existent déjà sur le marché. Qu’apportez-vous de nouveau sur le plan technologique ?

Les tablettes et smartphones SATURN sont des produits haut de gamme orientés performance et durabilité pour des activités à forte consommation de ressources (mémoire, puissance de calcul du processeur, gestion fluide du multitâche, etc.). La qualité et la noblesse des composants utilisés garantissent une expérience utilisateur exceptionnelle. Ils sont dotés des meilleures avancées technologiques (processeurs de dernière génération (64 bits 8 cœurs), Ecran large (10.1 pouces) Full HD, Carte Son Bang & Olufsen optimisée pour auxiliaires bluetooth et wifi, grande capacité de stockage (32GO), lecteur vidéo Ultra Haute Définition, Capteur Photo Sony IMX, etc.). Eu égard à cela nos concurrents sont les marques premium tel que Apple, Samsung, Sony, LG, Huawei, etc. Et nous sommes 25 à 50% moins chers que toutes ces marques citées plus haut à configuration équivalente.

Pensez-vous disposer de moyens pour vous positionner sur le marché ivoirien ?

Nous allons apporter le monde du premium et ses avantages multiples aux consommateurs ivoiriens qui auraient aimé accéder aux produits premium et qui n’ont pas nécessairement les moyens de se les offrir. Nous leur permettrons de bénéficier de l’expérience utilisateur unique des produits premium à un prix relativement accessible. Nous ferons accéder nos clients au monde du Premium et à ses avantages au meilleur prix car nous sommes moins chers que nos concurrents directs et cela malgré la qualité prouvée de nos produits. Ce sont donc les moyens qui nous permettront de nous positionner fortement et durablement sur le marché ivoirien et ouest-africain à moyen terme.

Dans le cadre du développement de J3A Technologies, envisagez-vous un jour la production ou l’assemblage des smartphones et tablettes en Côte d’Ivoire ?

Mon retour en Côte d’Ivoire est guidé dans un premier temps par la mise en œuvre d’une infrastructure pouvant servir à écouler facilement et à moindre coût les tablettes et les smartphones que nous allons produire à moyen et long terme. Ce projet comprend une université technologique pour apprendre aux jeunes ivoiriens à concevoir et à assembler des produits électroniques grand public et une unité d’assemblage où seront assemblés nos futurs produits. On va d’abord former certains jeunes ivoiriens dans la conception, dans le design et d’autres seront formés pour l’assemblage de telle sorte que ces gens puissent nous aider à monter les smartphones et les tablettes sur place, dans l’unité d’assemblage à moyen terme. L’objectif premier est donc la construction ici en Côte d’Ivoire de l’université technologique et de l’unité d’assemblage. Ce n’est donc pas un jour mais plutôt bientôt…

Pensez-vous que ces appareils seront donc des produits made in Côte d’Ivoire après l’implantation de ces infrastructures suscitées ?

Tout à fait. Parce que si les ingénieurs ivoiriens sont formés à la conception et l’assemblage et que les produits sont assemblés ici de bout en bout, de la conception jusqu’à l’assemblage, ce serait ivoirien. Même si les composants viennent d’ailleurs, la propriété intellectuelle, les tests de compatibilité viendront des Ivoiriens qui vont le faire donc ce sera véritablement des produits made in Côte d’Ivoire.

Est-ce que de telles initiatives auraient des impacts sur les coûts des appareils pour les populations ivoiriennes ?

Bien sûr ! Ça ne peut qu’avoir qu’un impact positif. Parce que ça nous permet de réduire les coûts de transports, les risques. Transporter une grande quantité de produits de la Chine vers l’Afrique engendre des risques divers. Il y a aussi des risques de manutention dus aux conditions extrêmes de température qu’on peut avoir dans les containers ou dans les soutes des avions. Assembler les appareils en Côte d’Ivoire va nous permettre de minimiser ces risques-là. Ensuite, il y a le raccourcissement des délais de livraison des réseaux de distribution,  la baisse des frais de dédouanement etc….. Lorsqu’un produit vient de l’extérieur il y a quand même des frais douaniers qui sont appliqués, on va aussi économiser sur les tarifs de dédouanement qui seront appliqués. Toutes ces économies mises bout en bout vont nous permettre de réduire considérablement le coût de fabrication des smartphones et des tablettes et donc cela va être répercuté sur le prix final au consommateur ivoirien et africain qui va payer moins cher.

A combien chiffrez-vous l’implantation d’une telle infrastructure ?

Déjà il n’y a pas que l’usine, il faut bien qu’il y ait des gens bien formés qui travaillent dans l’usine. C’est pour cela qu’il faut l’université technologique.

Le coût de tout cet ensemble ?

Nous l’avons chiffré à environ Trois (3) milliards de Francs Cfa mais le projet peut débuter avec un milliard. Le reste étant financé par le produit des ventes des smartphones et des tablettes.

Quand envisagez-vous le lancement des travaux de réalisation de ces infrastructures ? Disposez-vous des moyens pour y parvenir ?

Nous sommes à la recherche des financements pour l’implantation de l’université technologique et de l’unité d’assemblage. Nous disposons d’un terrain acquis depuis 2007 qui servira à accueillir lesdites infrastructures dès que les moyens et les conditions seront réunis.

En attendant, vous annoncez la sortie de nouveaux modèles de smartphones et de tablettes Saturn. Quelles en sont les caractéristiques et les avantages concurrentiels ?

Aujourd’hui, on est venu avec une configuration très puissante : Saturn Tab 10.1 Pro 4G - Tablette Tactile 10 Pouces, 4G, écran Full HD 1920*1200, 2G de Mémoire DDR3 / 34 GO de Stockage ROM, Processeur 8 Cœurs 64 bits cadencés 1,8 Ghz chacun, Fonctions Téléphone, Capteur photo Sony IMX, Batterie 7000 mAh (6h vidéos non-stop, 48h charge en utilisation normale) et bien d'autres fonctionnalités innovantes. Plus une housse de Protection siglée Saturn Tab. Notre premier avantage concurrentiel, c’est la qualité de nos produits. Nos produits sont des investissements, et non des dépenses. Je m’explique. La dépense est le fait d’acheter une tablette ou un smartphone non durable qu’on doit régulièrement remplacer par de nouveaux produits en raison de toutes sortes de défaillances. Sur le moyen terme, ça revient cher au consommateur qui croyait faire des économies. A contrario de ce type de marques, nos produits sont durables, ils ont une durée de vie moyenne de quatre ans. Cela permet donc d’amortir le coût d’acquisition pour le client final. Ils ne sont pas programmés pour être obsolescents au bout de quelques années. La qualité et la durabilité sont nos premiers avantages compétitifs en plus de la performance intrinsèque des composants que nous utilisons. Le tout à un prix inférieur de 25 à 50% à ceux pratiqués par nos concurrents du segment premium.

A quand la sortie officielle en Côte d’Ivoire ?

Nous sommes sur le marché depuis le 18 février 2018. Les produits sont disponibles sur Jumia et dans le réseau Librairie de France.

Vos produits ont vraiment un intérêt pour les Ivoiriens, vous dites ?

Il y a un intérêt évident pour les clients en ce sens que ce sont des produits de très bonne qualité qui sont accessibles  car vendus jusqu’à 50 % moins chers que les produits des concurrents à configuration et à segments comparables. Oui, on baisse le coût d’acquisition du consommateur en lui permettant d’avoir tous les services et tout le bénéfice qu’apporte le haut de gamme. On rend le haut de gamme accessible c’est-à-dire à un coût relativement accessible au consommateur. C’est quelque chose qui va leur permettre de bénéficier d’une expérience utilisateur exceptionnelle. Parce que les produits premium apportent une expérience utilisateur supérieure que ceux du bas et du milieu de gamme ne peuvent apporter. Nous, on permet à ces consommateurs-là d’accéder au premium et à un univers d’avantages et de services à forte valeur ajoutée non pas aux coûts habituels du premium mais à un coût abordable. On baisse la facture tout en leur fournissant une qualité supérieure à un prix accessible.

Quelles stratégies mettrez-vous en place les années à venir pour hisser la marque parmi les leaders du marché? Parce que c’est un secteur assez concurrentiel quand même?

Tout à fait. On va continuer de faire bénéficier aux consommateurs ivoiriens de toute l’expérience acquise en Europe en fournissant des matériels de qualité. C’est très important parce que le marché à terme va se déterminer par rapport à la qualité des produits. On va communiquer de manière importante vers nos segments cibles et on va continuer de tout faire pour que la conception, le montage et l’assemblage des produits ici en Côte d’Ivoire soit une réalité afin d’avoir quand même un impact positif sur l’économie ivoirienne. Mais aussi que les Ivoiriens puissent s’approprier cette marque-là et la soutenir.

A part ces nouveaux téléphones et tablettes, quels autres produits le pôle électronique de J3A Technologies peut promettre à l’avenir aux Ivoiriens?

Après les tablettes et les smartphones nous proposerons bientôt des téléviseurs à écran LCD. Nous sommes aussi en train d’analyser des possibilités de monter des enceintes Wifi ou Bluetooth, des home cinéma qui vont être intégrés dans nos offres pour couvrir tout l’univers du multimédia domestique.

En termes de responsabilité sociétale, comment est-ce que la société compte s’inscrire dans la politique d’emploi-jeunes, notamment en Côte d’Ivoire ?

C’est pour cela qu’on veut former les Ivoiriens d’abord. Nous allons créer des emplois de haut niveau, de l’ingénierie de haut niveau. Nous contribuerons en formant dans l’institut technologique. Ensuite, les meilleurs de l’institut vont être embauchés par l’unité d’assemblage. C’est notre manière de contribuer à rendre à ce pays ce qu’il nous a donné. Pour ce qui est des autres pôles, notre mode de recrutement n’a pas changé. Pour le Conseil en stratégie, on continue toujours de recruter en Europe dans les meilleures écoles de commerce. Pour l’ingénierie informatique, on recrutera aussi ici mais des ingénieurs diplômés des meilleures écoles.

Vos smartphones et tablettes se vendent à combien sur le marché ivoirien ?

Ce sont de vrais bijoux technologiques que nous vendons à seulement 175 000 Fcfa pour la tablette là où la concurrence à configuration équivalente propose entre 250 000 et 700 000 Fcfa. Nous proposons à 175 000 Fcfa justement parce qu’on veut que les Ivoiriens accèdent vraiment à la très haute qualité à un tarif acceptable. Pour les smartphones, nous sommes en train de travailler sur une configuration aux alentours de 100 000 Fcfa pour les premiers prix mais il y aura aussi des configurations pour des clients beaucoup plus exigeants.

Interview réalisée par Edouard Koudou
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Read 934 times Last modified on lundi, 26 février 2018 16:04