Print this page

Habib Bamba (Directeur de la transformation, du digital et des médias) : « Orange Digital Academy pour contribuer au renforcement des compétences digitales clés dans l'écosystème »

dimanche, 04 août 2019 18:09
Habib Bamba, directeur de la transformation, du digital et des médias chez Orange Côte d'Ivoire. Habib Bamba, directeur de la transformation, du digital et des médias chez Orange Côte d'Ivoire.

La première promotion de Orange Digital Academy (ODA), école d'élite pour une formation de haut niveau au code et aux métiers du numérique, a débuté les cours le 6 mai 2019. Après trois mois de formation, le Directeur de la transformation, du digital et des médias d’Orange Côte d’Ivoire, Habib Bamba fait le bilan et évoque les perspectives de cette école.

Vous êtes directeur de la transformation, du digital et des médias chez Orange Côte d'Ivoire. En quoi consiste votre mission au quotidien ?

Ma mission au quotidien est d'accompagner l'accélération du processus de transformation digitale d'Orange Côte d'Ivoire. Cela veut dire se transformer en interne et en externe en nous appuyant sur la technologie et l’innovation. En externe, c'est de pouvoir nous assurer de proposer des services, de plus en plus digitaux à nos clients, améliorer leur expérience et parcours clients, en leur permettant de passer moins de temps en agence ou au téléphone par exemple, mais plutôt d’être autonome via des applications sur leur smartphone ou via le Web ou la Boutique en Ligne.

En interne, c'est plus de 1400 collaborateurs dont nous souhaitons améliorer l’expérience au quotidien. Il s'agit également d’améliorer les processus et apporter plus d’efficacité opérationnelle. Notre mission consiste donc à nous transformer en nous appuyant sur les outils technologiques, offrir un meilleur service à nos clients et favoriser l'innovation.

Dans quel contexte avez-vous mis en place Orange Digital Academy ?

Orange Digital Academy est une première du genre initié par un opérateur télécom en Côte d’Ivoire. A travers notre mission d’Opérateur Digital Engagé, , il est nécessaire d’accompagner la montée en maturité de tout l’écosystème digital. L'un des points de douleur de cet écosystème digital, réside dans un manque de talents notamment sur des compétences digitales clés. Nous voyons aujourd'hui que nous avons une population jeune passionnée de digital et qui a envie de s'épanouir et de travailler dans les nouveaux métiers qui arrivent. En même temps nous avons des entreprises qui n'arrivent pas à combler leurs besoins sur des expertises clés. Lorsque nous avons des postes ouverts, nous avons du mal à trouver des compétences spécifiques. Et cela, notamment lorsqu'on cherche des responsables en développement Web, Design d’Interface, Analytics etc. Ce sont de nouveaux métiers pour lesquels nos jeunes ne sont souvent pas formés.

Est-ce également pour régler la question de l'adéquation formation-emploi ?

Effectivement. Tout l'écosystème a besoin de nouvelles compétences. Et les jeunes veulent s'y engager. Cependant, il y a un petit écart. Quand on prend ceux qui sortent des écoles - finissant des études en informatique ou en système d'information - ils n'ont pas toujours ce que nous souhaitons. C'est pour combler ce gap que nous avons pensé à Orange digital Academy qui est une école du code. Nous ne sommes pas les seuls à le faire, il en existe ailleurs dans le monde. Il faut noter que le besoin est énorme. Le modèle que nous avons choisi, c'est de mettre l'accent sur une formation pratique. Nous avons donc deux cycles de cinq mois par année où nous prenons une cohorte d'une vingtaine d'étudiants. Ce que nous appelons formation pratique, c'est qu'à la fin de la formation, les apprenants délivrent de vrais projets. Ils sont réunis en cinq équipes qui ont chacun un projet dédié. Ces équipes travaillent, entre autres, sur des projets autour de l'Internet des objets, de l'intelligence artificielle, d'applications mobiles et de jeux éducatifs. Chaque équipe a un projet dédié. Elles travaillent comme étant en entreprise. C'est un mix entre une formation et un stage. Ces projets sont généralement à caractère sociaux et/ou innovants. Il y a par exemple une équipe qui travaille sur une application pour les maisons digitales qui est un programme qu'on a lancé avec la Fondation Orange Côte d'Ivoire pour accompagner la formation des femmes au digital. Ces jeunes ont des coaches dédiés qui sont des employés d'Orange. Ces derniers leur apprennent dans les moindres détails comment finaliser une application de bout en bout dans une entreprise ainsi que les bonnes pratiques. A la fin du cycle, nous souhaiterions avoir des jeunes bien formés, prêts à l'emploi au-delà de leur formation de base.

Pour la première promotion, combien de candidats ont postulé à ODA ?

Nous avons reçu plus de 6500 candidatures, ce qui montre l'engouement des jeunes pour cette opportunité. Nous avons développé une plateforme pour la réception des candidatures et les tests en ligne. Nous avons reçu les meilleurs en entretien et sélectionnés 23 académiciens pour cette première cohorte.

Après trois mois de formation, est-ce que vous avez un réel motif de satisfaction ?

Nous sommes très satisfaits jusqu’ici. Je suis avec Léonce Koné qui coache les Académiciens au quotidien. Il ressort de notre premier point d'étape que nous avons des projets avancés avec une vision claire des fonctionnalités, interfaces et parcours et des démos disponibles. Nous sortons de la théorie et avons maintenant des projets concrets et des équipes en pleine action. Finie la période d’acclimatation et de formation de base. Nous voyons également les académiciens monter en compétence. Ils ne sont déjà plus les mêmes. Pour nous, c'est un double motif de satisfaction, de les voir évoluer d'une part. Et de voir les projets prendre forme, d'autre part. S'il faut évaluer la performance de cette école à la fin, nous devons voir premièrement quels types de projet, d'application nos apprenants ont réalisé. La deuxième chose, c'est la qualité de ceux qui sortent de l'ODA. Le but, dans quelques années est d’avoir de futurs champions du numériques, cadres et dirigeants d’entreprise ou entrepreneurs à succès, formés à cette Académie.

Quel est le profil des jeunes qui ont accédé à l'Academy ?

La particularité de cette école, c'est que nous avons d’une part des finissants et diplômés en Informatique mais également d’autres jeunes parfois auto-formés qui ont réussi les différents tests en ligne. Nous nous sommes rendu compte que ceux qui gagnent lors des hackathons par exemple n’étaient pas toujours des étudiants ou diplômés en informatique. Ce sont souvent des petits génies passionnés d'informatique qui se sont formés tout seuls. Il faut préciser que ce n'est pas une école de formation où on vient découvrir l'informatique. Mais plutôt une école d'excellence ouverte à des jeunes qui ont déjà du talent. Nous voulons qu'ils soient prêts à l'emploi et formés sur des métiers spécifiques. L'objectif est de leur permettre d'avoir de bonnes bases et surtout leur permettre de pouvoir piloter des projets de bout en bout.

Au-delà de la formation, est-ce que ces jeunes bénéficieront d'un suivi particulier ?

Nous entendons les accompagner en termes d'insertion professionnelle. Notre souhait est que 100% des formés trouvent un emploi à la sortie et nous allons les accompagner dans ce sens. Il faut souligner que les entreprises ont envie d'embaucher des jeunes. Mais elles veulent s'assurer qu'ils ont de vraies compétences. Signalons également que pour ceux qui souhaiteront plutôt entreprendre, nous mettrons à contribution Orange FAB notre accélérateur de Startup pour les accompagner dans ce sens.

A quand l'appel à projet pour la 2ème promotion ?

L'appel à projet ne devrait pas tarder, sans doute au cours du mois de Septembre pour une promotion qui devrait démarrer en novembre.

Il faut souligner que la formation est entièrement gratuite et que les académiciens sont rémunérés comme des stagiaires et bénéficient d’un cadre moderne et d’équipements de dernières générations pour leur permettre de profiter de conditions idéales pour libérer leur créativité.

Salif D. CHEICKNA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.