• Accueil
  • Focus
  • Interview
  • Euphrasie Yao (Coordonnatrice du Compendium des compétences féminines de Côte d’Ivoire): ‘’Les femmes chefs de village sont des modèles’’

Euphrasie Yao (Coordonnatrice du Compendium des compétences féminines de Côte d’Ivoire): ‘’Les femmes chefs de village sont des modèles’’

mercredi, 19 décembre 2018 18:53
Euphrasie Yao, Coordonnatrice du Compendium des compétences féminines de Côte d’Ivoire. Euphrasie Yao, Coordonnatrice du Compendium des compétences féminines de Côte d’Ivoire. Crédits: Bosson Honoré

Le sous-programme déploiement national du Compendium dont les interventions visent prioritairement les femmes rurales et péri urbaines et qui nous permettra avec l’aide des communautés locales de mettre en lumières nos braves chefs de village, a véritablement démarré au cours de l’année 2017 dans la région de Gbêkê.

Quelle appréciation faites-vous des femmes qui dirigent les communautés villageoises ?

Ces femmes sont des femmes modèles, qui ont su développer une excellente capacité de résilience pour se maintenir et se faire respecter dans un cercle de gouvernance qui reste encore aujourd’hui assez fermé aux femmes dans la grande majorité des cultures de notre pays. Bien qu’elles soient très peu nombreuses, nous avons pu constater, en approchant certaines d’entre elles, que ces femmes chefs de villages font du très bon travail au même titre que leurs homologues hommes. Dans la plupart des cas, les populations sont assez satisfaites de leur  gestion. L’exemple que je connais le mieux est celui de mon village Broukro, dans le département de Bouaké, qui a à sa tête une femme. Notre chef, Nanan Assouman Brou II, gère notre village de façon professionnelle avec le soutien de tous les hommes et de toutes les femmes qui ont pour elle beaucoup d’estime et de respect. Elle a un côté maternel qui fait qu’elle se préoccupe constamment des questions d’infrastructures de base et de l’emploi des jeunes, des femmes et des hommes.

Combien de femmes avez-vous recensé dans la région de Gbêkê?

Le sous-programme déploiement national du Compendium dont les interventions visent prioritairement les femmes rurales et péri urbaines et qui nous permettra avec l’aide des communautés locales de mettre en lumières nos braves chefs de village, a véritablement démarré au cours de l’année 2017 dans la région de Gbêkê. Dans cette Région, après six mois de travail scientifique, rigoureux et minutieux réalisé par le Comité Régional d’Identification installé par le Compendium et piloté par le corps préfectoral, plusieurs centaines de femmes de tout niveau qui excellent dans un domaine d’activité ont été identifiées par leurs communautés respectives sur la base de 10 critères objectifs définis par le Cocofci à partir de ses valeurs amour, solidarité et audace. Au nombre de ces femmes qui inspirent respect et reconnaissance à leur communauté pour leur exemplarité figurent entre 10 et 15 femmes chefs de villages. Nous nous apprêtons, avec le Comité Régional d’Identification, à honorer et distinguer ces femmes qui constituent de puissants leviers du développement dans leur région. Cette cérémonie d’hommage et de distinction est envisagée pour le mois de juin. Nous nous rendons d’ailleurs à cet effet dans la Région de Gbêkê pour finaliser avec le corps préfectoral et l’ensemble des acteurs qui ont part à ce processus les détails de cette importante cérémonie.

Avez-vous été saisie de crises de misogynie concernant ces femmes ?

Effectivement, les femmes chefs évoluent dans un cercle de pouvoir qui n’est pas aisé. En dépit des stéréotypes de tous genres, elles arrivent à jouer pleinement leur rôle. Toute cette expérience majeure qu’elles ont acquise mérite pour nous d’être documentée et d’être valorisée comme bonnes pratiques. Nous voulons faire ici un clin d’œil à la Reine mère des Baoulé pour sa grande valeur.

Comment comptez-vous accompagner ces femmes chefs qui rencontrent des difficultés de financement dans la réalisation des projets des jeunes et des femmes ?

Nous avons initié des formations en vue d’outiller nos membres à la rédaction de projet et de business plan afin de leur permettre de capter des fonds auprès des banques et programmes d’appuis financiers à l’entrepreneuriat féminin. Certaines d’entre elles ont reçu des financements de 5 à 30 millions dans le cadre du Fonds spécial pour la promotion des Pme et de l’entrepreneuriat féminin initié par le ministère du commerce avec l’appui financier du groupe Banque centrale Populaire du Maroc. Nous poursuivons ces formations et nous comptons mobiliser des ressources auprès des partenaires pour les aider.

Quel est l’apport du Compendium à l’amélioration de leur gestion ?

Le Compendium des Compétences Féminines de Côte d’Ivoire (en abrégé Cocofci) est un programme initié par le Président de la république, Son Excellence Alassane Ouattara, dans sa volonté de renforcer la participation des femmes dans la gouvernance aussi bien au niveau national que local. Piloté par la Chaire Unesco “Eau, Femmes et Pouvoir de Décisions” dont je suis la Titulaire, le Cocofci s’est donné pour objectifs au cours de sa première phase de  renforcer la participation, la visibilité et le leadership des femmes dans les affaires publiques et privées à tous les niveaux.

Interview réalisée par
EMELINE PEHE AMANGOUA

Read 5118 times Last modified on mercredi, 19 décembre 2018 19:11