Cissé Sindou: ‘’Notre région est dans la première classe du train de l’émergence’’

Cissé Sindou: ‘’Notre région est dans la première classe du train de l’émergence’’

dimanche, 24 mai 2015 15:49
Cissé Sindou, président du Conseil régional du Folon, dans le district du Denguélé. Cissé Sindou, président du Conseil régional du Folon, dans le district du Denguélé. Crédits: Ouattara Ouakaltio

[24-05-2015. 16h00] Dans le cadre de la visite d’État dans la région du Folon, le président du Conseil régional de cette région frontalière à la Guinée et au Mali a accordé un entretien à la presse

Quels enseignements tirez-vous de la visite d’État du Président de la République dans le Folon ?
La  mobilisation était totale. Tous ceux qui avaient dit que les Odienneka étaient fâchés avec leur neveu parce qu’il n’y avait pas eu d’investissements ici ou que les investissements n’avaient pas commencé, constatent que cette mobilisation témoigne que le Président de la République est notre digne fils. Quoi qu’il en soit, nous avons confiance en lui. A la suite de son passage dans notre région, nous sommes rassurés que les investissements prévus dans le cadre du Ppu vont se poursuivre, même après la visite et aussi que le Programme national de développement (Pnd) continuera ses investissements dans cette partie du pays pour le bonheur des populations et de la région du Folon. Mais, nous nous réjouissons surtout de l’appel de Daoukro lancé par le président Henri Konan Bédié qui est bien perçu dans cette région du Folon, pour qu’au soir du premier tour de l’élection présidentielle d’octobre 2015, les scores obtenus en 2010 soient les mêmes dans la région du Folon. C’est non seulement un appel que je lance aux populations locales du Folon, mais également à la diaspora du Folon présente en Afrique, en Europe et aux États-Unis.

Vous avez remis un livre blanc au Président de la République. Quelles sont les principales préoccupations soumises au Chef de l’État ?
Vous savez, les doléances du Folon ne sont pas moins nombreuses ou plus nombreuses que celles des autres régions. Partout en Côte d’Ivoire, les problèmes sont les mêmes. Il s’agit des questions d’eau potable, d’électricité, du travail pour la jeunesse et pour les femmes, des questions de santé et d’école. Mais nous, nous pensons qu’en quatre ans, ce qui a été accompli donne de grands espoirs. C’est d’ailleurs ce qui a amené l’ensemble des partis du Rhdp à vouloir donner un second mandat au Président de la République. Nous sommes confiants que l’émergence à l'horizon 2020 sera une réalité. En tant que président de région, j’ai coutume de dire qu’avec ce que nous avons vu, avec les travaux d’urgence dans le cadre du Ppu, la région du Folon est dans la première classe du train de l’émergence.

Justement en termes d’infrastructures,  qu’est-ce que le Folon a gagné dans le cadre de cette visite ?
Commençons déjà par le reprofilage de la route. Vous avez constaté que nous avons un taux de reprofilage de la voirie à près de 95%. Cela nous a permis d’acheminer aisément les produits agricoles. En termes d’électrification, Kaniasso est pris en compte à 100% dans le Ppu et par le programme de Côte d’Ivoire énergie. Quand je prends le département de Minignan, nous sommes à un taux de prise en compte de 95%. Et avec cela, je le dis encore, nous nous considérons à la première classe du train de l’émergence. Vous savez que le développement est un processus. Nous avons conscience que tout ce qui reste à faire ne pourra être réalisé en un coup de baguette magique. Mais, nous restons confiants car le Président de la République  réalise toujours ce qu’il promet. Dans la région du Folon, il a promis, il va réaliser et nous n’en doutons pas.

M. le président, en termes de voirie, à combien de Km peut-on estimer le bitumage dans la région du Folon ?
Je ne vais pas m’hasarder à faire cet exercice. Parce qu’en tant que président du conseil régional, je commence l’ouverture de l’axe Koro Oulé-Kaniasso. Et donc nous pouvons dire grosso modo que nous avons aux alentours de 2500 km de voies reprofilées. Mais nous n’allons pas nous arrêter là. Parce que le conseil régional est aussi un démembrement de l’État et bénéficiera des subventions venant de l’État. Donc de façon combinée, je peux vous dire que dans cinq ans vous n’allez pas reconnaître certains villages qui seront déjà transformés en ville dans cette région. Et c’est ma conviction.

Vous êtes membre fondateur du Monascau-Rhdp (Mouvement national de soutien à la candidature unique au Rhdp). Est-ce que l’alliance  Rhdp est une réalité dans le Folon ?
Le Monascau-Rhdp est né dans la région du Folon et dans la région de Sassandra avec le ministre Légré. Si vous vous souvenez, la première sortie du Monascau, au moment où personne ne croyait en la candidature unique, a eu lieu à Odienné. Nous nous réjouissons de voir qu’aujourd’hui toute la population de Côte d’Ivoire parle de la candidature unique. Le Monascau-Rhdp vise maintenant comme objectif de transformer l'appel de Daoukro en mandat. Vous avez entendu le Président, ici il n’y a pas de débats. Le taux de pourcentage sera de 99%.

Ouattara Ouakaltio
envoyé spécial dans le Folon

Lu 2624 fois Dernière modification le dimanche, 24 mai 2015 17:22