• Accueil
  • Focus
  • Enquête
  • Enquête Express / Vols à l’arraché, agressions... : La délinquance juvénile gagne du terrain à Yopougon

Enquête Express / Vols à l’arraché, agressions... : La délinquance juvénile gagne du terrain à Yopougon

mercredi, 06 septembre 2017 12:38
Enquête Express / Vols à l’arraché, agressions... : La délinquance juvénile gagne du terrain à Yopougon Enquête Express / Vols à l’arraché, agressions... : La délinquance juvénile gagne du terrain à Yopougon Crédits: DR

Les cas d’agression dans la plus grande commune de Côte d’Ivoire se multiplient au fil des jours au grand dam des populations.

La délinquance juvénile gagne du terrain à Yopougon

Il va le tuer ! Il va tuer le monsieur ! Oh là là ! Monsieur, il faut courir ! Cours… » Cri de détresse d’une dame, témoin oculaire d’une scène qui se passe à Yopougon, le mercredi 05 juillet 2017. Il est 20 h passées de quelques minutes. L’embouteillage est monstre sur la plupart des artères de la commune. La voie principale qui relie les quartiers Siporex et Sideci n’est pas épargnée. Entre le commissariat du 16e arrondissement et le carrefour Saguidiba, la circulation est pratiquement bloquée dans les deux sens. Un véritable calvaire…            

Au niveau de la maison des jeunes, située à une centaine de mètres du carrefour Saguidiba, trois jeunes gens surgissent d’un couloir obscur. Ils sont sales et visiblement nerveux. Faisant fi des passants et autres usagers, et même des agents de la police en service au niveau du carrefour susmentionné, ils foncent tout droit sur un véhicule personnel à bord duquel se trouvent un homme et sa compagne. L’un des délinquants introduit sa main à l’intérieur du véhicule, du côté de la jeune dame, en vue, certainement, de lui arracher quelque chose. Les deux autres s’en prennent à l’homme qui se défend comme il peut.

Une lutte s’ensuit. Elle dure une minute environ. Puis les trois voyous se retirent dans le couloir obscur. Quelques secondes plus tard, ils réapparaissent, armés cette fois, de machettes et de couteaux. Ils foncent à nouveau sur le couple qui, face à la menace, descend de son véhicule. L’un des délinquants essaie de frapper l’homme avec une arme blanche. Ce dernier, reculant au fur et à mesure, évite de justesse les coups. Finalement, il prend la fuite, abandonnant sa compagne à côté du véhicule. Après quelques secondes de course-poursuite entre les véhicules, le monsieur réussit à s’éloigner de son agresseur qui rebrousse chemin.

Pendant ce temps, ses deux acolytes s’en prennent à sa compagne. Affolée, celle-ci appelle au secours. En vain ! Les uns s’empressent de s’éloigner des lieux. Les autres préfèrent monter les vitres de leur véhicule. Les apprentis « gbaka », eux, prennent plaisir à suivre la scène. Les agresseurs arrachent à la jeune fille son sac à main et son téléphone. Ils fouillent le véhicule et récupèrent un sac appartenant certainement au conducteur et retournent dans le couloir dont ils sont sortis.

Voie express Adjamé-Yopougon

Autre lieu, autre scénario

Samedi 15 juillet 2017. 19h passées de quelques minutes. Comme tous les jours, à pareille heure, les différentes entrées de Yopougon sont bouchées. Il y a notamment un ralentissement sur la voie express Adjamé-Yopougon. Peu avant le « premier pont », on aperçoit 4 jeunes gens aux abords de la chaussée. Tout à coup, l’un d’eux se détache du groupe et court après un taxi. Une fois à son niveau, il introduit la main à l’intérieur du véhicule et arrache le téléphone du passager assis à côté du chauffeur. Il se faufile rapidement entre les véhicules et disparaît dans les broussailles.   

Non loin de là, au carrefour appelé « au Sable ». Un mois auparavant, un monsieur âgé d’une cinquantaine d’années s’était fait arracher son téléphone à bord d’un ‘’gbaka’’, alors qu’il était en communication. Au carrefour « Siporex », dans la même période, une jeune dame a été agressée sous le regard impuissant de passants. Sous la menace d’un couteau, le badaud lui a arraché son sac à main et son téléphone alors qu’elle attendait un véhicule au feu tricolore.                                        

Les cas de vol à l’arraché, avec ou sans arme, sont désormais récurrents dans la plus grande commune de Côte d’Ivoire. Piétons, automobilistes, personne n’est épargné.

Ce qui en ajoute au stress des habitants de Yopougon.

CASIMIR DJEZOU


Encadré

Mettre de l’ordre…

La délinquance juvénile est, malheureusement, en train de gagner du terrain à Yopougon. Cette belle commune, jadis réputée pour son ambiance et la joie de vivre de ses populations, fait désormais peur. Les vols à l’arraché sont fréquents. Et souvent, sous le regard complice des populations.

Nous pensons qu’il est temps que chacun prenne ses responsabilités. Il est temps que la police joue son rôle. Il est temps que les populations se remettent en cause. Il n’est pas normal que deux ou trois badauds s’attaquent à d’innocentes personnes et que personne ne réagisse. Il faut mettre de l’ordre dans la commune de Yopougon avant qu’il ne soit trop tard.

CASIMIR DJEZOU

 

Read 511 times Last modified on mercredi, 06 septembre 2017 12:54