• Accueil
  • Focus
  • Enquête
  • Chine: Pourquoi ce pays n’a pas peur de la guerre commerciale avec les Etats-Unis

Chine: Pourquoi ce pays n’a pas peur de la guerre commerciale avec les Etats-Unis

mardi, 01 octobre 2019 12:41
La Chine maintient une croissance économique forte. La Chine maintient une croissance économique forte. Crédits: ALAKAGNI HALA

La cinquantaine de journalistes de pays d’Afrique francophone invités à un séminaire de formation à Beijing, du 15 août au 4 septembre 2019, ont vu de près la détermination des Chinois.

« Les 80% du marché américain de drones sont détenus par la Chine ». Ou encore « les sanctions commerciales des Etats-Unis n’ont pas eu d’impact sur l’économie chinoise ». Ce sont là des propos parmi tant d’autres qui ont été entendus par la cinquantaine de journalistes de huit pays africains francophones participant à un séminaire de formation à Beijing, du 15 août au 4 septembre 2019. Ce genre de comparaison avec le monde occidental, notamment, les Etats Unis, était récurrent. Cette rencontre de trois semaines, particulièrement en ce qui concerne son volet Conférences, s’est déroulée, comme il fallait s’y attendre, sur fond de guerre commerciale avec l’Amérique du Président Donald Trump.

A écouter les personnalités politiques chinoises, les diplomates et les intellectuels qui, tour à tour, chacun dans son style, ont instruit les participants au « séminaire des commentateurs connus ou chroniqueurs des principaux des pays francophones africains », la Chine n’a rien à craindre de cette guerre commerciale enclenchée par le Président des Etats-Unis Donald Trump. Elle est suffisamment forte pour y faire face.

A première vue, certains propos, notamment ceux de Ding Yifan, chercheur au Centre de recherche sur le développement du Conseil des affaires d’Etat, peuvent ressembler, à première vue, à de la vantardise. Que non ! Vu les réalités. La Chine est vraiment un monstre économique.

Grâce aux différentes réformes entreprises à partir de 1978, l’empire du milieu (Chung Kwoh) s’est embarqué dans le train « le plus sûr » du développement pour devenir cette puissance économique. La preuve en 2018, « l’économie de la Chine est devenue plus grande que celle de l’Union européenne, y compris l’Angleterre après seulement 10 années d’efforts », lance avec beaucoup de fierté le chercheur au Centre de recherche sur le développement du Conseil des affaires d’Etat qui, avec humour, fait dans le patriotisme. S’exprimant dans un français impeccable, cette personnalité démontre, avec statistiques à l’appui, la puissance économique de son pays… Toujours en comparaison avec les pays d’Europe occidentale et les Etats-Unis.

Les produits chinois manufacturés sont les plus vendus au monde avec des gains en 2018  de plus de 4000 milliards de dollars. La Chine est le plus grand exportateur de machines et équipements industriels. Elle détient 43% du marché mondial en la matière, 70,6% du marché mondial de la téléphonie mobile… « La Chine est la première puissance commerciale du monde depuis 2014 », clame fièrement Ding Yifan avec un sourire en coin.

Sur de nombreux secteurs, notamment, celui des hautes technologies, le chercheur au Centre de recherche sur le développement du Conseil des affaires d’Etat est convaincu que son pays reste imbattable. Il en veut pour preuve la reculade du Président américain, entre autres, en ce qui concerne le secteur des drones. Cela aurait été une catastrophe pour les utilisateurs américains s’il avait pris des mesures restrictives en la matière. Dans la mesure où ceux-ci auraient été confrontés aux difficultés de mise à jour des logiciels de leurs appareils, observe-t-il, toujours avec le sourire.

Toujours dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, la Chine reste maîtresse de son destin. « Elle possède le réseau de fibre optique le plus important du monde, avec la construction des infrastructures de la 5e génération », apprend-on.

ALAKAGNI HALA


Fin de la pauvreté en 2020

« En 2020, la Chine sera le premier pays au monde à éradiquer la pauvreté absolue. Ce, dans le cadre du programme qui a cours en la matière depuis bientôt 10 ans ». Parole d’un membre du Centre de recherche sur le développement du Conseil d’Etat, Ding Yifan. 100 millions de personnes ont déjà été sorties de la pauvreté. Il ne reste plus qu’une vingtaine de millions à tirer de là.

Le gouvernement, les gouvernements locaux des provinces et autres autorités se sont engagés dans des actions incisives qui ont fini par porter fruits.

De gros efforts ne cessent d’être faits, notamment en matière de santé. Le pays compte, entre autres, près d’un millions d’établissements sanitaires publics et près de 7,5 millions de médecins ou de personnes spécialisées.

Le gouvernement a réussi à mettre en place le plus grand réseau de protection sociale au monde. La totalité des citoyens sont couverts par l’assurance maladie. Et près d’un milliard de personnes sur une population de 1,3 milliard sont couvertes par l'assurance vieillesse.

Des logements sociaux sont construits à tour de bras à une vitesse vertigineuse pour la population. Plus de 27 millions d’appartements ont été réalisés ces dernières années dans ce sens.

Dans un souci d’équilibre, le gouvernement met un accent particulier sur les zones défavorisées. C’est le cas de l’Ouest considéré comme pauvre.

Quand on pose la question à une personnalité chinoise sur le secret de la réussite du programme d’éradication de la pauvreté, voici sa réponse : « Un gouvernement doit travailler à la satisfaction de la population. C’est à ce prix qu’il acquiert sa confiance pour réaliser, à terme ou avant terme, tous les programmes qu’il a annoncés. Et surtout il ne sert à rien d’annoncer des choses et de ne pas les faire », Sun Jiwen, ancien ambassadeur de la Chine au Gabon.

Une image utilisée par un dignitaire de la Chine ancienne permet de comprendre l’état d’esprit des autorités de la Chine nouvelle.  Qi Jianhua, Professeur à l’Institut de diplomatie de Chine, l’a invoquée le 17 août lors de sa communication sur le Système d’aide de la Chine à l’Afrique : « Dans un pays, il y a le bateau et l’eau. Le bateau, ce sont les dirigeants, l’eau, c’est le peuple. Et l’eau peut renverser le bateau ».

A. HALA


Rigoureux partage des richesses

En Chine, le partage des richesses du pays prend tout son sens. C’est le leitmotiv du gouvernement central et les autorités provinciales s’y tiennent strictement.

Ce propos du diplomate et ancien ambassadeur de la Chine au Gabon, Sun Jiwen, permet de comprendre le volontarisme exemplaire des autorités publiques quant à cette préoccupation : « Un gouvernement doit travailler à la satisfaction de la population. C’est à ce prix qu’il acquiert sa confiance pour réaliser, à terme ou avant terme, tous les programmes qu’il a annoncés. Et surtout, il ne sert à rien d’annoncer des choses et de ne pas les faire ».

Aussi, un programme d’éradication de la pauvreté a-t-il été mis en place. Il est suivi rigoureusement. Et les résultats sont là. Chaque Chinois, dans sa zone de résidence, ressent le super développement de son pays. Les routes, l’eau, l’électricité, les hôpitaux, les écoles, les logements sociaux et modernes… sont là. Quand ce n’est pas encore le cas, c’est en route. Et c’est perceptible.

En tout cas, les journalistes des pays d’Afrique francophone ont été émerveillés par ce modèle de développement où l’Etat est très proche des citoyens dans la quête de l’épanouissement. Les voyages effectués de la capitale Beijing aux provinces leur ont permis de voir cela de manière concrète. Le soutien apporté aux agriculteurs pour améliorer leurs revenus, l’apport à la modernisation de leur cadre de vie en campagne… l’accent est mis sur tout ce qui concourt à l’épanouissement des citoyens.

Devant un tel tableau, les touristes ne peuvent être qu’admiratifs. Et nous l’avons été.

AH