La nation forte est une nation qui fait la promotion du mérite aux dépens du népotisme, de la médiocrité et que sais-je encore. La nation forte, c’est celle qui a des institutions fortes et impartiales, fidèles à des idéaux.

Élections et cohésion sociale en Afrique

mercredi, 16 septembre 2015 13:10
La problématique des élections en Afrique avec son cortège de désolation et de psychose se pose dans la mesure où les conditions en amont, depuis les candidatures jusqu’à la proclamation des résultats en aval, en passant par l’organisation pratique du scrutin ne sont pas respectées.
En dépit de cette disposition pertinente de la Déclaration universelle des droits humains, on observe dans notre société contemporaine un réel déséquilibre de la représentativité homme – femme aux postes de décisions. Les fonctions politiques apparaissent encore comme une chasse gardée des hommes, qui exercent une certaine hégémonie dans ce…
La Côte d’Ivoire semble confirmer parfaitement cette tendance avec sa Constitution du 1er août 2000. Nous en présenterons l’architecture générale avant de porter une attention à la place qu’elle accorde aux droits de l’homme.
L’entrée en vigueur du protocole de Kyoto a été entravée de beaucoup de difficultés et si, à l’heure actuelle, 195 « parties » (194 pays et l’Union européenne) ont déposé leurs instruments de ratification, d’accession, d’approbation ou d’acceptation du protocole, il n’engage réellement que 37 pays industrialisés. Les États-Unis, par…
Au moment où les sangaristes se désolidarisent de leur nouvelle coalition Cnc, avec en ligne de mire le boycott de l’élection présidentielle de 2015, Affi N’Guessan dépose son dossier de candidature à la Commission électorale indépendante (Cei) pour le compte du Fpi.
L’école obligatoire aura pour première conséquence d’accroître indubitablement le besoin en enseignants, en formateurs dans les différents niveaux de l’Éducation nationale la première concernée. En tenant compte du taux de scolarisation actuel sur l’ensemble du territoire, il est possible de prévoir un accroissement d’effectif élèves d’au moins 30%.
Dans le débat sur le Franc Cfa, ses partisans mettent en avant ses « avantages » pour les pays membres pour justifier le maintien du statu quo.
La Bceao gagnerait à accepter que le débat soit ouvert sur ses orientations économiques et sur ses politiques monétaires. Il serait pertinent que ce débat soit ouvert à la communauté des chercheurs africains pour qu’ils puissent réfléchir et proposer des solutions endogènes à ces questions. Refuser un tel débat ne…
Page 27 sur 27