Pour une alternance homme-femme à la présidence de la République

mardi, 06 décembre 2016 11:13
Pour une alternance homme-femme à la présidence de la République Crédits: DR

Pour une alternance homme-femme à la présidence de la République

Notre espace politique s’est pollué ces temps-ci par certains débats autour du parti unifié au Rhdp et l’alternance 2020 au sommet de l’état. Cette atmosphère risque de contrarier notre projet d’émergence porté par un ivoirien nouveau selon les vœux du président Alassane Ouattara.

Le portrait-robot de cet ivoirien nouveau a été dressé par de nombreux contributeurs au débat ouvert par Fraternité Matin sur le sujet. Le président de la République vient d’y contribuer par le gouvernement Duncan 2 du 12 janvier 2016: 25% de femmes pour la première fois dans un gouvernement en Côte d’Ivoire, et à des postes clés ! L’Ivoirien nouveau dans sa version féminine pourrait-on dire ? Pour ma part, je renvoie le lecteur à l’orchestre Bembeya jazz national de Guinée: « Si tu ne peux exprimer courageusement ta pensée en tout temps et en tout lieu, cède ton sabre de guerre aux femmes qui t’indiqueront le chemin de l’honneur ».

Les défis de l’Ivoirien nouveau commandent que nous donnions plus de responsabilités aux femmes. La loi Kandia Camara pour l’école obligatoire est une révolution dans notre pays. Le leadership du ministre Goudou Raymonde et ses qualités managériales ont préservé notre pays contre l’épidémie d’Ébola. Les hommes ont rendu le sabre de guerre aux ministres Anne Ouloto et Ly Ramata pour attaquer l’insalubrité à Abidjan et croiser le fer avec les organisations « criminelles » sur les campus universitaires.

Une femme pour s’occuper des droits de l’Homme et des libertés publiques. Bravo, mesdames les ministres. Les hommes vous soutiennent. Les hommes s’occupent des droits de la Femme ! Pour une culture de l’égalité homme-femme. En 2012 les réformes sociales instituant l’égalité homme-femme dans la direction de la famille ont failli faire éclater le Rhdp. Il faut changer les mentalités pour notre projet d’émergence sociale. Nous devons pouvoir compter sur les femmes. Elles ont les qualités humaines, politiques et managériales pour changer qualitativement nos comportements. Elles savent donner la vie. Elles sauront créer l’Ivoirien nouveau mieux que les hommes. S’il est vrai qu’en zone rurale elles sont plus conservatrices que les hommes, en ville elles sont de véritables agents du changement.

L’Ivoirien nouveau doit être porteur d’une culture de l’égalité homme-femme dans tous les compartiments de la société de liberté de ce XXIe siècle. Pour le progrès de notre société, il faut faire émerger des femmes de qualité en politique et dans l’entrepreneuriat par une discrimination positive dans notre loi fondamentale. Le féminisme pour créer l’Ivoirien nouveau est l’une des clefs du projet de transformation de la société pour l’émergence 2020.

Alternance homme-femme à la présidence de la République, les réformes constitutionnelles que le pouvoir envisage de soumettre à la nation cette année ont pour objectifs, entre autres, de créer des institutions fortes, stables et capables de résister à tous les chocs sociaux. Ces institutions seront animées par des femmes et des hommes politiques forts ayant une vision à long terme et une ambition pour notre pays. Au nombre de ces institutions, la vice-présidence de la République. Au lieu d’une répartition du pouvoir entre partis politiques, il me semble judicieux, pour la stabilité à long terme de notre pays, d’instituer plutôt une alternance homme-femme à la tête de l’État. Ainsi, si le Chef de l’État est un homme, le vice-président serait une femme et vice-versa.

Cette alternance homme-femme aux postes de président et vice-président serait une avancée sociale pour notre pays dans la promotion de la femme. Je conviens que cette proposition va créer un choc émotionnel pour certains esprits dont je mesure l’État dans cette mare politique. Le succès mondial de certaines femmes au pouvoir me conforte: Margaret Thatcher, cette ultra libérale a marqué le Royaume-Uni et le monde entier par ses réformes audacieuses. Angela Merkel dirige l’économie la plus puissante d’Europe. Plus près de nous Ellen Johnson Sirleaf a fait oublier que des hommes ont dirigé le Liberia. Alors pourquoi pas une femme en Côte d’Ivoire? On me dira que la France, notre tutelle culturelle n’a accepté qu’une seule femme comme Premier ministre dans son histoire politique.

Essayons d’abord une comme Premier ministre avancera-t-on ? Écoutons Frantz Fanon et nous oserons cette proposition.


CAMARA LOUKIMANE
Expert financier, auteur de « Dans l’élan de l’émergence de la Côte d’Ivoire selon Alassane Ouattara (Fratmat éditions)

Read 1621 times Last modified on lundi, 14 août 2017 02:02