Pour faciliter la réalisation de l’école obligatoire (1)

jeudi, 13 août 2015 17:06
Pour faciliter la réalisation de l’école obligatoire (1) Crédits: DR

L’école obligatoire aura pour première conséquence d’accroître indubitablement le besoin en enseignants, en formateurs dans les différents niveaux de l’Éducation nationale la première concernée. En tenant compte du taux de scolarisation actuel sur l’ensemble du territoire, il est possible de prévoir un accroissement d’effectif élèves d’au moins 30%.

Pour faciliter la réalisation de l’école obligatoire (1)

La décision du Chef de l’État Ouattara de rendre l’école obligatoire jusqu’à l’âge de 6 ans, présente d’énormes avantages, susceptibles de booster les efforts de notre pays dans son évolution sur le chemin du développement. Cette mesure est donc à saluer chaleureusement et doit pouvoir impliquer chacun de nous pour une réussite totale.

L’école obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans n’ira pas sans difficultés, mais il faut y croire.Tous les parents sont interpelés. La réussite de cet ambitieux programme repose en grande partie sur eux, s’est-il dire finalement sur tout le monde. Il faudra affronter crânement les difficultés qui joncheront le dur chemin de la mise en œuvre de la décision. Ayons à l’esprit que découragement n’est pas ivoirien. Les conséquences sont multiples. Avec détermination, notre pays, avec à sa tête un Président déterminé, dispose de bien d’atouts pour obtenir d’excellents résultats sur tous les plans: économique, institutionnel, pédagogique, social et culturel.


Conséquences pédagogiques

L’école obligatoire aura pour première conséquence d’accroître indubitablement le besoin en enseignants, en formateurs dans les différents niveaux de l’Éducation nationale la première concernée. En tenant compte du taux de scolarisation actuel sur l’ensemble du territoire, il est possible de prévoir un accroissement d’effectif élèves d’au moins 30%. Cette forte augmentation en formateurs et encadreurs va mettre l’École normale supérieure à contribution. Actuellement, la majorité du personnel de l’Éducation nationale est formée dans cette institution.

Chaque année, cet établissement met à la disposition de l’Éducation nationale les enseignants des lycées et collèges titulaires du Certificat d’aptitude pédagogique pour l’enseignement secondaire (Capes), le Certificat d’aptitude pédagogique des collèges modernes (Cap/Cm), les professeurs des Centres d’animation et de formation pédagogique (Cafop) titulaires du Certificat d’aptitude pédagogique pour les Cafop (Cap/Cafop) et des encadreurs de la vie scolaire: les inspecteurs de l’enseignement primaire, titulaires du Certificat d’aptitude pour l’inspectorat de l’enseignement primaire (Caiep), les conseillers), les conseillers d’éducation et les éducateurs d’internat.

La question que l’on peut logiquement poser, c’est de savoir si l’ENS seule pourra faire face à tant de besoins résultant des nouvelles mesures ? Faut-il envisager une ou deux Écoles normales supérieures ?

Les investissements étant très lourds, ne peut-on pas rechercher d’autres moyens moins onéreux, sans toutefois altérer la qualité de la formation donnée ? Cela me paraît fort possible, mais à la condition que tous les partenaires impliqués jouent le jeu.

En effet, j’ai toujours pensé que l’on pouvait réduire le coût de la formation en ramenant la formation du Capes à un an, le Cap/Cm à deux ans. Cela à condition que la collaboration soit sans faille entre l’ENS et les universités. Que les universités acceptent de descendre de leur piédestal pour s’entendre sur le contenu de la licence et sur la composition du programme du Cap/Cm.

Il existe une certaine méfiance allant jusqu’au mépris parfois envers la structure de formation du personnel du secondaire, toute chose qui aboutit à une humiliante attitude envers l’ENS (voir le cas des encadrements de thèses par les enseignants de l’ENS). Aujourd’hui, une telle attitude ne se justifie pas, la promotion des enseignants des deux institutions étant omise au Cames.

Avec la bonne volonté de part et d’autre, il est possible de créer une licence bien adaptée à la formation d’enseignants du secondaire. Dans la même veine, on pourrait réduire le Cap/Cm d’un an, et passer à deux pour la durée du diplôme. La formation des deux diplômes serait surtout pratique, sous la supervision de l’ENS (la suite de cette contribution dans notre édition de demain).

Par le PR VAKABA TOURE
ANCIEN DIRECTEUR DE L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Read 3230 times Last modified on jeudi, 13 août 2015 17:47