La case des mots: Le crédit décrépi du képi

La case des mots: Le crédit décrépi du képi

mardi, 08 mai 2018 17:28
La case des mots: Le crédit décrépi du képi Crédits: DR

Nos tout-petits, lors de mardis gras, se choisissent comme habit, un treillis assorti d’un joli képi.

L’envie du kaki, du képi et du treillis sévi ainsi chez les tout-petits.

Jadis, les hommes en treillis, en kaki ou en képi avaient, pour ainsi dire, tout crédit.

Un treillis dans un maquis ou un taxi mettait à l’abri de l’ennui.

S’en est suivi une série de discrédits qui ont fait le lit du dépit et terni nos jolis treillis gris, kaki ou rubis.

Avec le prurit rougi du conflit, la panoplie de treillis s’est encore plus défraichie.

Des hommes en treillis ont agi sur des partis-pris, suivis ou subis des idéologies, au mépris et dans l’oubli de ce qui les lie à la patrie chérie.

Ce qui, en partie, a grossi la tragédie.

Aujourd’hui, le défi, c’est que le treillis retrouve son crédit, qu’il n’inspire ni apathie, ni phobie et que tout délit commis par un homme en treillis soit puni.

Avec énergie, sans bruit, ni répit, les ministres Hamed Bakayako et Sidiki Diakité sont inscrits dans cet esprit d’harmonie qui raffermit la batterie armée-patrie.

Benoît HILI

Lu 334 fois Dernière modification le mardi, 08 mai 2018 17:46