Print this page

Fonction publique internationale, le printemps des Ivoiriens ?

mercredi, 14 août 2019 16:29

Lors de la création en décembre 2014, de l’Association des Fonctionnaires Internationaux Ivoiriens (AF2I), une première dans l’histoire de notre pays, la Côte d’Ivoire a pris conscience de l’existence d’une masse critique de ses compatriotes opérant au sein de la fonction publique internationale.

Cinq ans après la création de cette association, la base de données de l’AF2I contient près de 700 cadres ivoiriens qui nous font honneur tous les jours dans des pays aussi éloignés que l’Afghanistan, la Barbade, la Papouasie-Nouvelle Guinée, le Japon, Haïti ou encore le Vietnam.

Au cours de ces deux dernières années, plusieurs de nos compatriotes se sont positivement illustrés par leur compétence et leur professionnalisme dans diverses organisations internationales. En effet, un nombre important d’entre nous ont connu des promotions au sein de leurs organismes respectifs ou ont été nommés, après des processus très sélectifs et compétitifs, à des responsabilités importantes. Leur triomphe et leur succès rejaillissent sur toute la nation.

On peut citer à titre d’exemple, Dr. Siméon Ehui qui occupe les fonctions de directeur du développement durable de la Banque mondiale pour l’Afrique. Toujours au sein de la Banque mondiale, notre compatriote Dr. Korotoumou Ouattara et Auguste Kouamé officient en tant que Directeurs Pays de la Banque mondiale au Congo et en Turquie.

Au Congo comme au Sénégal et dans bien d’autres pays, plusieurs de nos compatriotes occupent aussi des rôles de représentants d’organisations des Nations unies et autres organisations internationales.

La liste de nos compatriotes qui nous représentent dignement au sein des organisations comme la Banque mondiale, la Banque Africaine de Développement, les Nations unies, etc. est longue, très longue.

Cette masse critique représente une réelle opportunité pour la Côte d’Ivoire comme c’est le cas pour un pays comme le Sénégal qui dispose d’une réelle stratégie pour positionner ses cadres au sein de la fonction publique internationale.

Bien qu’ayant joué un rôle important dans les nominations des anciens ministres Jean-Claude Brou au poste de président de la Commission de la Cedeao (poste déjà occupé par le passé par l’Ivoirien Aboubacar Diaby-Ouattara) et Koffi Koffi Paul à la Commission de l’Uemoa, nous pensons qu’il est grand temps que notre pays se dote enfin d’une stratégie pour le suivi et la promotion de la carrière de ses ressortissants qui évoluent dans les organisations internationales. Les récents épisodes malheureux où certains de nos membres ont été démis de leurs fonctions sans ménagement sont là pour justifier la nécessité d’une telle stratégie.

En effet, il existe une très forte corrélation entre la représentation à un haut niveau d’un pays au sein des organisations internationales pertinentes et son développement ainsi que son rayonnement dans le monde.

Le Président de la République, ainsi que le vice-Président de Côte d’Ivoire, étant eux-mêmes d’anciens fonctionnaires internationaux, sont la preuve vivante que les fonctionnaires internationaux en activité ou à la retraite, ont une partition importante à jouer dans le développement du pays.

Il ne nous reste plus qu’à œuvrer, avec l’aide du gouvernement, comme cela se fait ailleurs, afin que notre pays montre au monde entier toute la dimension de son talent en accédant au moins une fois dans son histoire à un poste important de la fonction publique internationale comme le Sénégal en prenant la tête jadis de l’Unesco, la Fao, etc.

Aussi, l’octroi cette année du Prix du meilleur ivoirien de la diaspora à un membre de notre association est le signe que les lignes bougent et qu’une véritable collaboration est possible entre la Côte d’Ivoire et ses fonctionnaires internationaux à la retraite ou en activité.

Tous ces experts sont disponibles pour contribuer à leur niveau, au développement du pays dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’énergie, l’éducation, l’économie, l’industrialisation, la santé, la gouvernance, etc sur la base de leurs expériences professionnelles au niveau international.

L’AF2I appelle de tous ses vœux à une telle collaboration afin d’aider à l’accélération du processus de transformation de notre pays qui est actuellement en cours.

 

Abou Bamba

Economiste

Président de l’Association des Fonctionnaires Internationaux Ivoiriens (AF2I).