Print this page

Faire le bon choix

vendredi, 09 août 2019 17:52
Faire le bon choix Crédits: DR

La Côte d’Ivoire est, depuis quelque temps, sur un nuage. La politique économique du Président Alassane Ouattara a réussi à la sortir du chaos où elle avait été plongée, comme nous l’écrivions dans notre parution de jeudi.

L’économie ivoirienne a un taux de croissance qui fait pâlir d’envie plus d’un. Lisons ensemble ces quelques lignes pris sur le site de la Banque mondiale : ‘’En 2018, les principaux résultats macroéconomiques enregistrés par la Côte d’Ivoire auraient fait le bonheur de la plupart des ministres de l’Économie et des Finances de la planète. Le dernier rapport de la Banque mondiale sur la situation économique en Côte d’Ivoire constate, en effet, que pour la septième année consécutive, le taux de croissance devrait dépasser 7 % et atteindre 7,4 % en 2018.

Sur la même période, le Pib réel par habitant a augmenté de 32 %. À ce rythme, la Côte d‘Ivoire pourrait rejoindre le groupe des pays à revenu intermédiaire d’ici une quinzaine d’années’’.

Y a-t-il eu meilleur résultat que celui-ci en Côte d’Ivoire depuis le décès du premier Président, le père fondateur, Félix Houphouët-Boigny ? Lorsque le Chef de l’Etat, dans l’interview qu’il a accordée à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti) mardi, veille de la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, déclarait qu’en huit ans, son équipe avait réussi à quasiment tout doubler, ce n’était pas de la fanfaronnade.

Lui si modeste, s’il le dit, c’est qu’il y a encore des pas à poser pour que la Côte d’Ivoire franchisse définitivement et pour toujours les portes du paradis. C’est pourquoi il a indiqué, dans cette interview, qu’il continuera sur cette lancée, en donnant le meilleur de lui-même, aujourd’hui et demain.

Certaines personnes peuvent dire que leur ‘’jugement sur le bilan du Chef de l’Etat est moins euphorique et triomphaliste’’, c’est leur jugement, même s’il est erroné, nous l’acceptons.

Ce que nous leur demandons en revanche, c’est juste un brin de constance. On ne peut pas crier : ‘’A bas le Président !’, alors qu’il n’y a pas longtemps l’on chantait : ‘’Vive le Président !’’ Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui, chacun a pris son chemin que nous allons tomber dans des attitudes qui ne sont pas loin de la jalousie et de l’aigreur. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas pu préserver l’héritage du père fondateur et qu’on a ’cassé le canari de bandji’’ qu’on doit souhaiter que les autres échouent.

En réexaminant les propos des différentes interviews accordées en France par le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, nous nous interrogeons sur sa réconciliation avec le Président Ouattara. Etait-elle feinte ? Nous n’osons le croire. Mais ce n’est pas l’objet principal de notre rendez-vous de ce jour. Passons donc. Nous voulons plutôt, ici, demander aux Ivoiriens de refuser de s’aligner derrière des hommes politiques prêts à tout passer à l’autodafé pour leurs ambitions égoïstes. ‘’Voulons-nous revivre le drame et les divisions que nous avons vécus ? Si comme je le crois, nous refusons cette fatalité, alors je vous le dis, comme une mère à ses enfants, un sursaut s’impose : il est impérieux de changer nos comportements, aussi bien dans nos mœurs politiques que dans nos fonctionnements quotidiens’’.  Cet appel au sursaut lancé par la Grande chancelière doit être pour chacun des Ivoiriens sa ligne de conduite. Il est impérieux de jouer la carte de la préservation des acquis.

La Côte d’Ivoire, nous ne cesserons de le dire, ne doit plus retomber dans des mains inexpertes. Fort heureusement, nous sommes tous témoins de l’histoire de ces vingt dernières années du pays. Nous avons vu comment tous ceux qui ont succédé au Président Félix Houphouët-Boigny ont géré la Côte d’Ivoire. Il est donc plus aisé pour chacun de faire son choix.

Voulons-nous régresser avec des adeptes de politiques politiciennes ou continuer sur la voie du succès tracée depuis 2011 avec des bâtisseurs, dignes héritiers de Félix Houphouët-Boigny, portés par le Président Ouattara ? Que voulons-nous pour notre pays ? N’est-ce pas un Etat où il fait bon vivre, qui a les deux pieds plongés dans le développement ? Les actions posées par le gouvernement Rhdp nous indiquent clairement qu’en lui renouvelant notre confiance, nous pourrons monter la dernière marche des escaliers.

Qui voulons-nous à la tête de la Côte d’Ivoire ? N’est-ce pas un homme, comme l’a dit Henri Konan Bédié, multidimensionnel, doublé d’un bâtisseur infatigable ? En 2020, sachons faire le choix. Mais surtout, évitons de nous asseoir sur la baïonnette.

Bonne fête de la Tabaski !

ETIENNE ABOUA