C'est vous qui le dites: La démission des syndics, associations de résidents et associations de transporteurs

lundi, 04 décembre 2017 08:44
C'est vous qui le dites: La démission des syndics, associations de résidents et associations de transporteurs Crédits: DR

Cette fois nous n’allons accabler ni l’Etat ni ses démembrements, ni les collectivités territoriales. Il s’agit de nous-mêmes, syndics de copropriété, associations de résidents, mutuelles, association de transporteurs, etc...

Comment comprendre que pour fermer quelques crevasses menant à une cité comptant plus d’un millier de résidents dont plus de la moitié possèdent des véhicules on ne puisse pas le faire nous-mêmes ? À raison de 500 francs tout au plus par résident, on peut colmater quelques brèches ; Et cette opération peut se répéter tous les 3 mois.

Comment comprendre que des associations de transporteurs (les vraies) ne puissent pas lever une cotisation de 1000 F par conducteur pour restaurer un tronçon beaucoup emprunté par des véhicules de transport en commun et sérieusement dégradé et pour lequel quelques gravats suffisent à faire l’affaire pour quelques mois ?

Pourtant il ne se passe pas de jour sans qu’un « wôrô-wôrô» ou taxi empruntant cette voie ne subisse de dégâts mécaniques liés à l’état de la chaussée.

Un collègue de service me faisait savoir récemment que le dernier tronçon de voie menant à son domicile était tellement dégradé qu’il serait prêt à donner jusqu’à dix mille francs (10 000 F) pour sa restauration mais hélas il ne trouve aucun interlocuteur. Il ne fait pourtant pas partie des plus nantis de la cité ; Comprenne qui pourra !

Moi, j’ai beau me torturer les méninges je ne comprends pas. Est-ce une fatalité ?

CHARLES SÉKA
ABIDJAN

Read 298 times Last modified on lundi, 04 décembre 2017 08:55