Madagascar : Abdou Diouf s’inquiète de la situation 13:29 - 18/05/13

samedi, 18 mai 2013 13:17

Le dirigeant de la Francophonie appelle tous les acteurs de la crise malgache à revenir à l'application de la feuille de route à laquelle ils avaient souscrit et leur demande de respecter la lettre et l’esprit de leurs engagements.

Madagascar : Abdou Diouf s’inquiète de la situation

Le Secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf, s’est dit profondément inquiet pour Madagascar suite au récent arrêt de la Cour électorale spéciale de pays établissant la liste des candidats à l'élection présidentielle du 24 juillet prochain.

‘’Il  regrette que cette décision remette en cause l'ensemble du processus de sortie de crise’’, rapporte un communiqué reçu à l’APS, samedi à Dakar. La cour a rendu son arrêt le 3 mai, suscitant l’alerte de la Francophonie (57 Etats et gouvernements et 20 observateurs).

Selon le texte, le dirigeant de la Francophonie appelle tous les acteurs de la crise malgache à revenir à l'application de la feuille de route à laquelle ils avaient souscrit et leur demande de respecter la lettre et l’esprit de leurs engagements.

‘’Il appuie la demande de la troïka de l’organe de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) exprimée le 10 mai dernier pour un retrait des candidatures de Andry Rajoelina, de l’ex-président Didier Ratsiraka, et de Mme Lalao Ravalomanana’’, révèle le communiqué.

L’ex-chef de l’Etat du Sénégal, signale la même source, ‘’partage également l'appel lancé par le Conseil de paix et sécurité de l'Union africaine lors de sa réunion du 16 mai 2013 pour trouver une solution à la crise’’.

‘’Le Secrétaire général (l’OIF) réitère la disponibilité de la Francophonie pour accompagner la mise en œuvre de la Feuille de route, notamment par la tenue d'élections libres, fiables et transparentes et par un retour à un ordre constitutionnel durable.’’

Aussi rappelle-t-il l’importance pour la Francophonie d’un retour à une vie politique apaisée à Madagascar et à la consolidation d'un Etat de droit crédible conformément aux principes énoncés dans la Déclaration de Bamako.

 

APS

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  APS