Maroc : PJD et liberté d’expression, dérapage au Parlement 13:334 - 18/05/13

samedi, 18 mai 2013 13:28

La liberté d’expression prend un coup au Maroc. La guerre du Parti Justice et développement contre la chaîne nationale 2M reprend les devants de la scène. Lundi 13 mai, un parlementaire Pijidiste a accusé la chaîne de présenter « des reportages aux scénarii étudiés »

Maroc : PJD et liberté d’expression, dérapage au Parlement    

A l’origine de cette attaque contre 2M un reportage diffusé dans le cadre de l’émission, « Moubacharatan Maâkoum », du 17 avril dernier, et consacré à la décision du gouvernement de réduire le budget d’investissement de 15 milliards de dirhams. Pour la réalisation de l’émission l’équipe orchestré par Jamie Golahssine, le journaliste modérateur du débat a fait appel au ministre de l’économie et des finances, Nizar Baraka, un député PJD et 2 députés d’opposition, « soit un respect total de l’équilibre des opinions et du pluralisme », selon un communiqué de 2M. En ce qui concerne le reportage diffusé pendant cette émission, il s’agit « d’un reportage de 3 minutes dont le but était d’illustrer la problématique (inquiétude des entrepreneurs quant aux répercussions de cette décision gouvernementale), de susciter le débat et de permettre au gouvernement représenté par son ministre de l’économie d’expliquer sa décision et de dissiper les inquiétudes (ce qui d’ailleurs a été le cas). Le tout dans le respect total des normes professionnelles et dans la neutralité la plus irréprochable », explique le communiqué.

Lundi dernier et lors de la séance de questions orales au Parlement, les propos tenus par le député Abdessamad Haykar, comportaient des accusations « graves et infondées, des insultes envers les journalistes de la chaîne », il s’agit pour la chaîne d’Ain Sebaâ d’une « atteinte à la liberté de s’exprimer». Dans son intervention et qui était sous forme de question orale adressée au ministre de la Communication et porte parole du gouvernement, Mustapha el Khalfi, le député du PJD a incriminé le reportage en déclarant que « ce que fait la chaîne relève de l’apostasie », et d’ajouter -« 2M est un outil de déstabilisation du pays ».

Apparemment, les députés pijidistes ne savent pas à quel saint se vouer. Mustapha el Khalfi, premier le ministre responsable du secteur a présenté récemment devant la Chambre des Représentants un bilan positif de son gouvernement en matière de renforcement de la pluralité dans le paysage médiatique national. Il a même affirmé que 2M a enregistré durant 2012, « un taux de présence de l’opposition égal à 49% contre 51% pour le gouvernement et la majorité ». Le ministre de la communication qui exposait les conclusions de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA), a souligné « c’est une première pour la HACA qui note que lors des précédentes années la majorité en place avait droit à 60% de visibilité contre 30% pour l’opposition. A noter également que depuis une année, les émissions de débat ont triplé ». en effet, le rapport sur le pluralisme de la HACA pour l’année 2012 montre que la couverture des activités du gouvernement et de la majorité dans les journaux télévisés représente plus de 80% du temps d’antenne total alloué aux partis politiques (le gouvernement a lui seul représentant 70%, le PJD étant le 1er parti de la majorité en terme de temps d’antenne alloué sur 2M).

L’ensemble du corps journalistique de 2M qui fait preuve de « professionnalisme et de neutralité depuis 25ans », s’est indigné contre « l’utilisation de tout langage haineux et appelons à un climat de responsabilité, de liberté d’expression et de débat serein dépourvu de violence et de stigmatisation des personnes ».

 

Les Afriques

Rate this item
(0 votes)
Written by  Les Afriques
Read 4727 times Last modified on samedi, 18 mai 2013 14:15