• Accueil
  • Etranger
  • Incendies meurtriers en Grèce: trois jours de deuil national

Incendies meurtriers en Grèce: trois jours de deuil national

mardi, 24 juillet 2018 19:07
Les voitures de la localité de Mati, calcinées après les incendies. Les voitures de la localité de Mati, calcinées après les incendies. Crédits: REUTERS/Alkis Konstantinidis

Le bilan provisoire des tragiques feux déclarés autour d'Athènes s'est alourdi à 60 morts, ce mardi 24 juillet 2018, selon un conseiller municipal de Rafina, chef-lieu d'une zone balnéaire ravagée par les incendies, sur la côte est de l'Attique.

Les partenaires européens de la Grèce disent avoir entendu l'appel à l'aide. « Aujourd'hui, la Grèce est en deuil », a déclaré le Premier ministre Alexis Tsipras à la télévision, décrétant trois jours de deuil national. C'est une catastrophe d'ampleur, et traumatisante, à laquelle fait face la Grèce actuellement. « Nous avons décompté 60 morts », a déclaré à l'Agence France-Presse Myron Tsagarakis, conseiller municipal de Rafina, tandis que le gouvernement maintient pour le moment son bilan de 50 décès confirmés.

La dernière fois que des incendies ont fait autant de victimes dans ce pays, c'était en 2007. Et selon M. Tsagarakis, le bilan risque de s'alourdir, des personnes se trouvant encore prises au piège dans leurs habitations. Le choc est énorme, après la découverte de 26 personnes carbonisées sur un même site, dont des « petits enfants ».

« Tout sera fait pour apporter un soutien » de l'UE.

Dans le village de Mati, une localité balnéaire située à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Athènes, les flammes ont vraiment avancé jusqu’au bord de l’eau, relate notre correspondante présente sur place, Charlotte Stiévenard. A certains endroits, dans les rues, des voitures sont complètement carbonisées.

L’incendie est descendu des collines aux alentours, explique notre envoyée spéciale. Il a poussé une partie des habitants à essayer de fuir par la mer. Surtout des vacanciers grecs. Les plus chanceux n’étaient pas encore là quand les maisons sont parties en cendres. D’autres se sont retrouvés bloqués par les flammes.

Après l'appel lancé par les autorités grecques, « tout sera fait pour apporter un soutien aujourd'hui, demain et aussi longtemps qu'il le faudra » à la Grèce, a promis le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Ça vaut pour la Grèce, mais aussi pour la Suède, également touchée par les incendies, et la Lettonie.

Le système européen actuel atteint ses limites

La multiplication des incendies plaide pour l'adoption de RescUE, une proposition de la Commission datant de 2007, censée doter l'UE de ses propres ressources opérationnelles européenne. Le mécanisme de protection civile actuel de l'UE, mis en place en 2001, est actuellement fondé sur un système volontaire.

La proposition de 2007 ferait que l'UE ne se contenterait plus de coordiner les contributions. Elle avait été proposée aux Etats membres après les terribles incendies meurtriers de l'été et de l'automne 2017 au Portugal, en Italie, en Espagne et en France. Une « réserve de capacité » serait constituée.

RFI

Read 239 times Last modified on mardi, 24 juillet 2018 19:14