Ghana: Les rêves d'une éducation s'éloignent des enfants ouvriers 18:25 - 05/06/13

mercredi, 05 juin 2013 18:18

Il n'est pas un vilain garçon. Pour un mois de travail de 7 heures à 18 heures on lui paie 10 dollars et on lui donne un sac de 25 kg de riz ou de maïs pour chaque demi-hectare de terre qu'il protège en chassant les oiseaux.

Ghana: Les rêves d'une éducation s'éloignent des enfants ouvriers

C'est un jour d'école, mais Musah Razark Adams, 13 ans, un élève du cours moyen première année à Wuba, dans le nord du Ghana, est debout dans un champ de riz, brandissant un "koglung" - un lance-pierre utilisé pour chasser les oiseaux.

Il n'est pas un vilain garçon. Pour un mois de travail de 7 heures à 18 heures on lui paie 10 dollars et on lui donne un sac de 25 kg de riz ou de maïs pour chaque demi-hectare de terre qu'il protège en chassant les oiseaux.

Adams et d'autres élèves comme lui sont obligés de s'engager dans la tâche ardue communément appelée dans le nord du Ghana "Away" - qui signifie empêcher les oiseaux de se nourrir dans les rizières. Et cela se fait généralement aux heures d'école.

L'éducation est nominalement gratuite dans ce pays d'Afrique de l'ouest, bien que chaque école applique ses propres frais supplémentaires.

Et les enfants, ironie du sort, sont employés dans "Away" afin de payer ces droits de scolarité supplémentaires, tels que les frais de l'Association des parents d'élèves et des enseignants, et d'acheter des fournitures scolaires.

"Quand l'école a commencé cette année, j'ai demandé à mon père de me donner de l'argent pour acheter mes fournitures scolaires et il m'a dit de faire ce que font les autres pour acquérir les articles nécessaires pour l'école. Il a indiqué qu'il n'avait pas d'argent.

Alors, je suis obligé de faire cela (chasser les oiseaux) parce que tous nos produits agricoles ont été vendus pour prendre en charge la nourriture de notre famille", explique Adams à IPS.

Il rêve de pouvoir gagner de l'argent pour acheter des chaussures et ses besoins éducatifs fondamentaux - un uniforme scolaire, des livres et des crayons. Mais pour l'instant, cela paraît un rêve lointain puisqu'il n'a pas les 60 cedis ghanéens, soit 30 dollars, pour les acheter.

"Away" est une pratique culturelle courante dans les régions du Nord, du Haut-Est et du Haut-Ouest du Ghana, qui maintient les enfants hors de l'école pendant au moins un mois, d'avril à mai, puis encore d'août à septembre.

Ips

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Ips