Centrafrique : Les rebelles en route pour Bangui

vendredi, 22 mars 2013 22:52
François Bozizé François Bozizé Crédits: afp

Les rebelles centrafricains du Séléka ont fait sauter,  vendredi, à la mi-journée, le dernier verrou sur la route de Bangui, avec l’intention d’entrer dans la capitale centrafricaine où ils ont appelé les populations au calme.

Les rebelles centrafricains du Séléka ont fait sauter,  vendredi, à la mi-journée, le dernier verrou sur la route de Bangui, avec l’intention d’entrer dans la capitale centrafricaine où ils ont appelé les populations au calme. « Nos troupes viennent de prendre Damara, barrage tenu par les troupes de la force africaine à 75 km au nord de Bangui. Nous appelons tout le monde, civils et militaires, au calme en attendant l’arrivée de nos troupes à Bangui, afin d’éviter des combats inutiles », a déclaré Eric Massi, l’un des porte-parole de la coalition des rebelles, la Séléka, depuis Paris, à l’Afp. L’annonce de l’arrivée probable des rebelles a semé un début de panique à Bangui. Au port de la capitale, des centaines de gens tentaient de traverser le fleuve Oubangui pour rallier la Rdc, à bord de pirogues qui font régulièrement la navette. Parallèlement à l’offensive sur Bangui, la rébellion a mené une autre, vendredi, sur Bossangoa, importante ville de 40.000 habitants, dans le nord-ouest du pays, qu’elle affirme avoir prise.

Dix islamistes tués.

Au Mali, une dizaine d’islamistes et un soldat malien ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi, à Tombouctou, lors du premier attentat dans la mythique cité du nord-ouest du pays, ont annoncé les armées française et malienne. En outre, plusieurs soldats maliens ont été blessés dans les combats par un tir ami de l’armée française. D’après la source malienne, ce sont, au total, cinq soldats qui ont été touchés lorsque les Français ont tiré sur un véhicule de l’armée malienne.

Une visite sans résultat concret.

Barack Obama est en Jordanie, après 48 heures passées en Israël et en Palestine. Il repart avec un succès puisqu’il a annoncé lui-même la reprise des relations entre Israël et la Turquie, après plusieurs années de brouille. Sur le dossier israélo-palestinien, aucune avancée concrète ne s’est faite, malgré les propos très clairs de Barack Obama sur la nécessité, selon lui, de parvenir à une paix entre Israël et un Etat de Palestine.

Franck A. Zagbayou

 

Read 1227 times Last modified on vendredi, 22 mars 2013 23:05