Temps difficiles à venir

Temps difficiles à venir

mercredi, 07 novembre 2018 08:50

Abou Drahamane Sangaré, celui que de nombreux commentateurs ont appelé le « gardien du temple » du Front populaire ivoirien (Fpi), est décédé samedi dernier. Il était le responsable de la branche la plus intransigeante du Fpi, celle qui refusait tout dialogue avec le pouvoir et toute participation au jeu électoral tant que Laurent Gbagbo ne serait pas libéré. Il était le chef de file de ceux que l’on appelait les « Gbagbo ou rien » (Gor).

Son décès va-t-il contribuer à infléchir cette ligne? Il est trop tôt pour se prononcer. En tout état de cause, son départ définitif est une immense perte pour le Fpi dans son ensemble et pour le monde politique ivoirien. En ce qui me concerne, il était assistant lorsque j’étais en première année de droit et j’avais gardé un excellent souvenir de l’élégant enseignant qu’il était. Au point que, bien que ne partageant aucune de ses idées politiques, je m’insurgeai lorsqu’un ministre de Bédié le fit fesser dans son bureau à la suite d’une expression jugée injurieuse par le ministre en question utilisée par un journaliste du quotidien dont Sangaré était le directeur de publication.

Mais ce n’est pas par rapport à Abou Drahamane Sangaré que je parle de temps difficiles à venir. C’est plutôt par rapport à la guéguerre qui oppose le parti démocratique de côte d’ivoire (Pdci) au pouvoir.

La semaine dernière, le Pdci a passé la vitesse supérieure, donnant une autre configuration au conflit. Il a sorti une arme que personne n’avait vu venir et qui va certainement changer le cours de toute l’histoire. On est dans du lourd maintenant. Du très lourd même. Et je ne sais pas encore comment le pouvoir pourra réagir face à cela. Appréciez vous-mêmes : le Pdci a recruté deux avocats internationaux, qui plus est, des Français ! Qui dit mieux? Et nous apprenons par les médias proches du Pdci qu’il ne s’agit pas de n’importe quels avocats français. L’un d’eux a fait partie de l’équipe qui a obtenu l’acquittement de O.J. Simpson aux États-Unis. Ce dernier, ancienne gloire du sport, était accusé d’avoir tué son ancienne épouse et le petit-ami de cette dernière, et à première vue, il n’avait aucune chance de s’en sortir. Comprenez donc bien le message, vous, policiers, gendarmes et magistrats qui aurez envie d’accuser des militants du Pdci de je ne sais quel infraction ou crime.

Leur acquittement sera un jeu d’enfant. On apprend aussi que dans l’affaire dite «angolagate», ce brillant, que dis-je, ce brillantissime avocat, spécialiste des dossiers dits «sous-tension» (sic) avait obtenu que les menottes ne soient pas «présentées» à son client, arrêté à l’audience.

Quel avocat peut-il se targuer d’avoir réussi une prouesse similaire? il a aussi défendu le fils du président équato-guinéen dans l’affaire des biens dits « mal acquis», avec le succès que l’on sait. Quant à son compère, il est tout simplement surnommé «le serial winner ». Cela veut tout dire. Lui, il ne perd donc aucun procès.

Quiconque voudrait donc s’amuser à chercher des poux dans les cheveux du Pdci sait maintenant à quoi s’en tenir. Les Zorro du barreau français sont arrivés. D’ailleurs, à peine arrivés, ils ont déjà vu et dénoncé «des fraudes avérées extrêmement graves ayant, pour certaines, accompagné jusqu’à la mort d’homme.» N’est-ce pas qu’ils sont vraiment des génies ! Mais attention, leurs prouesses ne se limitent pas aux seuls tribunaux.

Nos confrères proches du Pdci nous informent, avec des trémolos dans la plume, qu’ils sont aussi de grands communicants qui ont des connexions dans le milieu des médias internationaux. Cela veut donc dire que nos palabres électorales à Bassam ou Port-Bouet seront peut-être bientôt à la «une» des journaux du monde entier, de la Mongolie à la Patagonie, en passant par la Gambie et les Maldives. Le pouvoir ivoirien a cherché palabre, il a trouvé garçon! Que lui reste-t-il à faire? Trouver plus fort que ces avocats français. Ce ne sera pas facile. Qui est plus fort qu’un avocat français ? Un avocat chinois? Tchétchène? Guatémaltèque? Somalien? J’imagine que depuis quelques jours, on ne dort plus du côté du pouvoir. En attendant, cette histoire me fait penser à la pathétique équipée des avocats français Jacques verges et Roland Dumas dans notre pays durant notre crise, à la demande de Laurent Gbagbo. Comme ce dernier était encore au pouvoir, nous eûmes droit à la télévision à leur descente d’avion, à leur conférence de presse et tout le reste.

On nous annonça que nous allions voir ce que nous allions voir. Nous vîmes deux vieillards qui étaient venus faire les clowns afin d’avoir un peu d’argent pour leurs vieux jours, et Laurent Gbagbo, leur client, se retrouva en prison à La Haye.

Nous ne souhaitons pas un tel sort à celui qui a fait venir ces jeunes avocats qui ne savent probablement pas encore dans quel marigot plein de crocodiles ils ont été jetés. Mais en attendant que nos confrères proches du Pdci retrouvent leurs esprits, il serait bien que leur patron nous explique ce qui n’a pas marché dans cette histoire de Rhdp qu’il avait appelé lui-même de tous ses voeux et dans laquelle plusieurs de ses militants avaient sincèrement cru.

Est-ce vraiment parce qu’il veut revenir au pouvoir et que ceux qui y sont actuellement ne veulent pas lui faire la passe qu’il s’est fâché ? Nous avons besoin de savoir.

Venance Konan

 

Lu 335 fois Dernière modification le mercredi, 07 novembre 2018 08:59