• Accueil
  • Economie
  • Zone de libre-échange continentale africaine : La Sifca signe la charte des AfroChampions

Zone de libre-échange continentale africaine : La Sifca signe la charte des AfroChampions

mercredi, 30 mai 2018 20:06
Jean-Louis Billon et Edem Adzogenu échangeant les parapheurs. Jean-Louis Billon et Edem Adzogenu échangeant les parapheurs. Crédits: DR

La signature a réuni, hier, les deux parties en présence de représentants de l’Union africaine et de la Chambre de commerce et d’industrie dans les locaux de cette dernière institution.

Zone de libre-échange continentale africaine : La Sifca signe la charte des AfroChampions

Jean-Louis Billon, PDg du Groupe Sifca, a paraphé hier à la Chambre de commerce et d’industrie (Cci-Ci), la charte de l’Initiative AfroChampions en compagnie d’Edem Adzogenu et Victoria Bright, respectivement conseiller spécial et conseillère juridique du Comité exécutif de l’institution. Par ailleurs vice-président de l’Initiative des AfroChampions pour l’Afrique de l’Ouest, Jean-Louis Billon engage ainsi son Groupe dans ce programme basé à Accra au Ghana et qui rassemble différents projets et partenariats public-privés mobilisant les institutions et ressources africaines, afin de faciliter l’émergence de champions économiques africains, à l’échelon du continent et au-delà.

L’économie continentale tirée par le secteur privé.

Cela passe par un plaidoyer en faveur d’une intégration africaine efficace, sous l’impulsion du secteur privé, un encouragement des politiques publiques innovantes pour développer le commerce intra-africain et l’incitation des entreprises africaines à adopter les meilleures pratiques. L’Initiative AfroChampions aura également à favoriser le développement de compétences en gestion, créer et animer des réseaux d’entreprise, faire progresser la recherche, le benchmarking et le partage des connaissances, promouvoir l’agenda international des AfroChampions et récompenser ses derniers.  Pour l’ancien ministre ivoirien du Commerce, de l’Artisanant et de la Promotion des Pme, « pour que la Zleca fonctionne, nous devons mieux travailler entre Africains et définir des ambitions communes et des standards pertinents pour notre continent, afin de guider l’intégration économique dans la bonne direction. Et c’est tout l’objet de cette Charte que nous soumettons à l’attention des opérateurs privés ». Lancé par le cabinet de conseil Konfidants, l’Initiative AfroChampions est présidée par Thabo Mbeki, ancien président de la République d’Afrique du Sud et Monsieur Aliko Dangote, fondateur et P-Dg du Groupe éponyme. À travers ce programme, les entreprises devront notamment aider à porter les pme et prendre en compte le soutien à l’entrepreneuriat, le développement des start-ups, le respect de l’environnement dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca) qui se met en place. D’où la présence à la cérémonie d’Albert Muchanga, commissaire en charge du commerce et de l’industrie de l’Union africaine (Ua) qui a indiqué que l’accord entrera dans sa phase active, lorsque 22 Etats l’auront ratifié.

Zleca : entrée en vigueur avant 2019

Muchanga a ajouté qu’à ce jour, les textes de la Zleca ont fait l’objet de ratification par 18 pays et que trois pays dont le Niger et l’Éthiopie, devraient le faire incessamment. À en croire le commissaire en charge du commerce et de l’industrie de l’Ua, le secrétariat sera mis en place dès l’entrée en vigueur de l’accord pour travailler sur les secteurs économiques prioritaires dans ce qui sera « à terme le plus grand marché unique du monde ». Puisqu’il s’agira de supprimer plus de 90 % des taxes douanières notamment. Et d’ajouter que la période 2019-2020 sera consacrée à la sensibilisation qui s’appuiera sur les chambres consulaires dont les répertoires serviront de base de travail. C’est en cela que Faman Touré, président de la Cci-Ci, a réitéré l’engagement de son institution en faveur de l’évolution de la Zleca « qui pourrait faire passer rapidement la part de l’Afrique d’environ 2 % à 53,2 % du commerce mondial, surtout que son potentiel est estimé à 2 500 milliards de dollars ».

ABOUBAKAR BAMBA

 

Read 437 times Last modified on mercredi, 30 mai 2018 20:11