• Accueil
  • Economie
  • Un couvoir moderne de 2 milliards de FCfa voit le jour à Azaguié

Un couvoir moderne de 2 milliards de FCfa voit le jour à Azaguié

mardi, 16 avril 2019 17:52
: Le ministre de la Promotion de la jeunesse, de l'Emploi des jeunes (droite), a représenté son collègue des Ressources animales et halieutiques au cours de la cérémonie d’inauguration : Le ministre de la Promotion de la jeunesse, de l'Emploi des jeunes (droite), a représenté son collègue des Ressources animales et halieutiques au cours de la cérémonie d’inauguration Crédits: DR

Le ministre de la Promotion de la jeunesse, de l'Emploi des jeunes, Touré Mamadou, en présence des élus locaux, autorités préfectorales, la chefferie traditionnelle, des acteurs du secteur, a inauguré 15 avril 2019, à Azaguié un couvoir, le « Poussin d’or d’Azaguié ».

Touré Mamadou représentait, à cette occasion, son homologue des Ressources animales et halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani, en déplacement hors du pays. Cette initiative de l’entreprise privée, Koudjis distribution society, bénéficie du soutien de l’État ivoirien, à travers le ministère des Ressources animales et halieutiques et des Pays-Bas. Bâti sur 1200 m2 et comprenant des salles de stockage, de tri, de vaccination, de contrôle machines et des incubateurs, ce couvoir, présenté comme l’un des systèmes les plus modernes en Afrique de l’Ouest dans la production de poussins d’un jour, a coûté deux milliards de FCfa.

Selon ses promoteurs, ce projet devrait générer plusieurs centaines d’emplois directs et indirects. Il vise à contribuer à la sécurité alimentaire en protéines animales, notamment à travers la fourniture de poussins de qualité pour l’aviculture en Côte d’Ivoire. Chaque, semaine, ce couvoir qui table sur la production de 120 000 poussins de chair par jour arrive dans un contexte où les besoins des populations en produits avicoles sont de plus en plus croissants. « Cette contribution à la production de poussins conduira définitivement notre pays à l’autosuffisance en viande de volaille tandis que nous le sommes déjà pour les œufs de consommation », a déclaré le ministre. « La Côte d’Ivoire attend beaucoup du secteur avicole et de sa modernisation pour baisser les coûts de production afin de mettre à la disposition des consommateurs des produits de qualité très compétitifs », ajoute le représentant du gouvernement. A cette occasion, il a invité la jeunesse à initier des projets dans le secteur des ressources animales et halieutiques et les opérateurs économiques encore réservés, à créer des opportunités d’emplois pour les jeunes.

 Au cours de ces dernières années, les performances relevées, notamment dans le secteur avicole, sont le fruit de la mise en œuvre de la politique du ministère traduite dans le Plan stratégique de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture (Psdepa) adopté par le gouvernement en décembre 2016. Ces performances sont aussi et surtout soutenues par la promotion des investissements privés. En effet, la contribution de ce secteur a permis d’atteindre une production de 61 000 tonnes en 2018, avec une consommation par tête de 2,1 kg/hbt/an en 2018 contre 0,84 kg/hbt/an en 2012. Aujourd’hui, l’aviculture moderne se présente comme la filière d’élevage offrant des emplois stables. Cette filière, en effet, enregistre plus de 200 000 emplois et plus d’une trentaine d’usines ou sociétés agro-industrielles.

ANOH KOUAO