• Accueil
  • Economie
  • Transport/Sommet mondial de l’UITP/Méité Bouaké (Dg Sotra): ''Le parc des autobus à gaz va augmenter dans les 10 prochaines années''

Transport/Sommet mondial de l’UITP/Méité Bouaké (Dg Sotra): ''Le parc des autobus à gaz va augmenter dans les 10 prochaines années''

jeudi, 13 juin 2019 17:45
Méité Bouaké, Directeur général de la Société des transports abidjanais (Sotra). Méité Bouaké, Directeur général de la Société des transports abidjanais (Sotra). Crédits: DR

Réunis du 9 au 12 juin dernier à Stockholm pour le sommet mondial des transports publics de l’Union internationale des transports publics (Uitp), la communauté des transports publics internationaux, les décideurs en matière de mobilité et les fournisseurs de l’industrie ont réfléchi sur le thème ‘’The art of public transport’’.

Le directeur général de la Sotra, à la fois président de l’Union africaine des transports publics (Uatp), Méïté Bouaké, a pris une part active à ce forum. Panéliste, dans l’atelier « Feuille de route pour la transition vers des autobus propres dans les économies émergentes », il en a profité pour partager l’expérience ivoirienne en matière de transport public.

Pour lui, la transition vers des autobus propres doit pouvoir intégrer toutes les énergies non polluantes. En effet, la Côte d’Ivoire a décidé de migrer vers des véhicules propres avec sa propre spécificité, contrairement à certains pays d’Europe qui battent des records en matière de véhicules électriques. « Cette migration ne s’est pas faite directement vers des bus électriques, mais avec des autobus à gaz.

C’est la toute première expérience pour une entreprise de transport public en Afrique subsaharienne. Nous avons acquis, l’année dernière, 50 autobus à gaz à Abidjan et cette année, nous allons encore en acquérir 50 autres, peut-être même plus », a-t-il promis.

Convaincu que l’utilisation des autobus à gaz sied vraiment à la Côte d’Ivoire qui est un grand producteur de gaz naturel et qui dispose d’un important réseau de distribution de cette source d’énergie. « En agissant ainsi, l’Etat de Côte d’Ivoire fait une économie de devises et anticipe sur la dégradation de sa balance commerciale », a précisé le patron de la Sotra.

Ce gain en devises et cette vision d’anticipation et de protection de l’environnement sont les sources de motivation pour le gouvernement et la Sotra pour envisager de renforcer le parc d’autobus de la plus importante entreprise de transport urbain, à la plus grande joie des populations abidjanaises.

«Dans les dix années à venir, l’Etat de Côte d’Ivoire et la Sotra augmenteront le parc des autobus à gaz qui sont des véhicules non polluants », soutient-il, sans pour autant écarter l’utilisation de véhicules électriques dans la migration vers des autobus propres, dans la mesure où des projets sont en cours à Abidjan, notamment avec le ‘’Best rapid transport’’ (Brt) et bien d’autres. « Il est donc possible que nous utilisions un jour des véhicules électriques », a-t-il révélé.

L’avis du directeur général de la Sotra est partagé par la ministre de l’Inde en charge des Routes et des Transports, Mme Leena Nan, également panéliste, qui considère que la mobilité électrique n’est pas la seule migration possible pour des autobus propres.

«Abidjan parle du gaz naturel par exemple, et nous en Inde, nous nous intéressons beaucoup au bio GNC », a-t-elle souligné. Quand la Sud-africaine Gail Jennings notait pour sa part que les coûts d’acquisition des autobus électriques étaient élevés. Selon elle, un bus électrique coûte trois fois plus cher qu’un autobus classique et nécessite d’importants investissements pour créer un environnement propice à l’utilisation de ces autobus.

Les autres panélistes, Francis Miniero (Yutong China) et Juan Carlos Gonzales Calderon (ministre chilien des Transports) ont aussi dit tout le bien qu’ils pensaient des autobus électriques.

GERMAINE BONI
(Source : Sercom Sotra)