Tilapia amélioré: "Un pas important pour la sécurité alimentaire", selon Eduardo Benedito

mardi, 22 juillet 2014 11:34

[22-07-2014. 14h00] « Nous avons reçu de la Côte d’Ivoire, il y a 40 ans, environ 60  alevins vivants d’un spécimen de la souche Bouaké de tilapia (Oreochromis niloticus).  Aujourd’hui, nous vous rendons avec une amélioration génétique, 2000 alevins », a indiqué Eduardo Benedito Lopes.

Tilapia amélioré: "Un pas important pour la sécurité alimentaire", selon Eduardo Benedito Lopes

Le ministre brésilien en charge de la Pêche et de l'Aquaculture, Eduardo Benedito Lopes, a estimé, le lundi 21 juillet,  à Abidjan,  que  le don de souches de « 3000 tilapias génétiquement améliorés à la Côte d’Ivoire est un pas important pour la sécurité alimentaire, la croissance économique, la qualité de vie,  donc une bonne aide au pays ». Le premier responsable de l'Aquaculture brésilienne a tenu ces propos à la sortie d’une audience  avec  le Premier ministre ivoirien, Daniel  Kablan Duncan.

« La rencontre a été très positive. Notre entretien a porté sur la chaîne de production des tilapias. Et également sur  le  travail que nous sommes en train de réaliser avec notre ministère au Brésil dans le sens pratique de la production complète. Et ce, depuis le laboratoire, le développement de la génétique...
», a-t-il ajouté.

Avant de revenir sur la bonne marche de la  coopération ivoiro-brésilienne. «  Nous avons reçu de la Côte d’Ivoire, il y a 40 ans, environ 60  alevins vivants d’un spécimen de la souche Bouaké de tilapia (Oreochromis niloticus). Aujourd’hui, nous vous rendons, avec une amélioration génétique, 2000 alevins », a indiqué Eduardo Benedito Lopes. Qui a aussi précisé:  « selon notre accord de coopération, il y a encore 3000 alevins qui arriveront. Ce qui donnera un total de 5000 poissons , avec une amélioration de qualité ».

Ces alevins seront mis en quarantaine pour une période d’environ deux mois au Centre national de recherche agronomique (Cnra) de Bouaké. Avant qu’ils ne soient multipliés et mis à la disposition des stations d’élevage et des producteurs. En six mois, le tilapia génétiquement amélioré  peut peser un kilogramme contre 350 à 400 grammes maximum pour l’espèce initiale.

Dans le cadre de l’accord de coopération technique d’août 1972, le Brésil avait reçu de la Côte d’Ivoire un spécimen de la souche Bouaké de tilapia (Oreochromis niloticus). 40 ans après, il ramène ce tilapia, après un programme d’amélioration soutenue.


Isabelle Somian
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.