Sécurité sanitaire des aliments : Secteurs public et privé à la recherche de solutions efficaces
  • Accueil
  • Economie
  • Sécurité sanitaire des aliments : Secteurs public et privé à la recherche de solutions efficaces

Sécurité sanitaire des aliments : Secteurs public et privé à la recherche de solutions efficaces

vendredi, 12 octobre 2018 09:20
Sécurité sanitaire des aliments : Secteurs public et privé à la recherche de solutions efficaces Crédits: DR.

Selon Claude Koutoua, le l’étude indique que parmi ces personnes, 420 000 en meurent, dont 125 000 enfants de moins de cinq ans.

Sécurité sanitaire des aliments : Secteurs public et privé à la recherche de solutions efficaces

Un atelier d’information et d’échanges a réuni hier les deux parties au siège du patronat au Plateau.

De l’atelier organisé le 11 octobre au siège de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci) autour du thème ‘’Système de sécurité sanitaire (Ssa) des aliments en Côte d’Ivoire : cadre institutionnel, défis et perspectives’’, il ressort la nécessité d’accélérer le processus qui  permettra à terme au pays de se doter d’un dispositif globale et efficace en la matière. Le patronat qui a organisé l’atelier en collaboration avec la forme Coca Cola et le Comité national du Codex alimentarius, a souhaité attirer l’attention des opérateurs économiques et des pouvoirs publics sur les risques liés à l’absence d’un mécanisme d’alerte adéquat. Parce qu’au dire de Claude Koutoua, président de la Commission énergie, qualité, hygiène, sécurité et environnement (Eqhse) de la Cgeci, « le Rapport 2015 de l’Organisation mondiale de santé (Oms) sur l’Estimation de la charge de morbidité imputable aux maladies d’origine alimentaire estime que, chaque année, près de 600 millions de personnes tombent malades dans le monde pour avoir consommé des aliments contaminés ». Selon Claude Koutoua, le l’étude indique que parmi ces personnes, 420 000 en meurent, dont 125 000 enfants de moins de cinq ans. Et d’ajouter que le Rapport précise que les causes de ces maladies, sont les agents pathogènes (bactéries, virus, parasites), les toxines et les produits chimiques. Dans un tel contexte, tout doit être fait pour « assurer la sécurité alimentaire pour les 24 millions de personnes vivant en Côte d’Ivoire », comme l’a souligné Brou Ahoua, directeur des affaires scientifiques et réglementaires de Coca Cola en Côte d’Ivoire, représentant le Dg de la firme dans le pays. Pour Brou Ahoua, « une fois que la qualité est garantie, la clé d’une alimentation saine réside dans la consommation avec modération, d’une variété d’aliments et de boisson ».

Quelques recommandations

Pendant les échanges, la mise en place d’un programme de monitoring des contaminants des denrées alimentaires et écotoxicologiques a été préconisé par Ardjouma Dembélé, Dg du Laboratoire national d'appui au développement agricole (Lanada). C’était lors de la conférence inaugurale qu’il a prononcée. Ardjouma Dembélé a également appelé à l’organisation des structures en charge de la sécurité sanitaire et du contrôle de la qualité des denrées alimentaires. La mise en place d’une coordination de la gestion des données scientifiques (épidémiologiques, niveau de contamination), mais également d’une autorité compétente chargée entre les différents acteurs du système de santé Ssa font partie des suggestions formulées par le Dg du Lanada.

L’atelier a aussi été meublé par deux panels respectivement autour des sous-thèmes ‘’la Ssa : cadre légal, procédures et moyens de contrôle, et coûts des prestations en Côte d’Ivoire’’ et ‘’la Ssa : contribution du Comité national du Codex alimentarius et de Codinorm’’.

ABOUBAKAR BAMBA

Lu 201 fois Dernière modification le vendredi, 12 octobre 2018 10:05