• Accueil
  • Economie
  • Sécurité maritime dans le golfe de Guinée: Le groupe du G7++ prépare la rencontre internationale d’Abidjan

Sécurité maritime dans le golfe de Guinée: Le groupe du G7++ prépare la rencontre internationale d’Abidjan

vendredi, 14 septembre 2018 13:45
Sécurité maritime dans le golfe de Guinée: Le groupe du G7++ prépare la rencontre internationale d’Abidjan Crédits: Jean Bavane Kouika

« Il est donc question de plancher et de mettre en place cette architecture de Yaoundé pour être plus efficace ensemble. La criminalité au-delà de nos états est une réalité », a-t-il relevé.

Sécurité maritime dans le Golfe de Guinée: Le groupe du G7++ prépare la rencontre internationale d’Abidjan

Abidjan abritera en décembre 2018, la rencontre internationale sur la sécurité maritime. En prélude à cette mobilisation internationale qui sera coprésidée par la Côte d’Ivoire et le Canada, s’est tenue le jeudi 13 septembre, au Radisson Blu Hôtel, la réunion préparatoire qui se situe dans le cadre de la mobilisation internationale autour de la lutte contre la piraterie et autres crimes maritimes dans le golfe de Guinée.

Organisée par le Groupe des Amis du Golfe de Guinée dit G7 ++, la réunion a pour objectif d’aider les pays du Golfe de Guinée à améliorer la sécurisation de leurs espaces maritimes, à harmoniser les différents cadres législatifs dans le cadre de la lutte contre la criminalité maritime, à renforcer la coopération inter-État et à promouvoir l’économie bleue.

Ainsi, la cinquantaine d’experts africains du secteur maritime ont porté leurs réflexions autour des diverses thématiques aux fins de mettre en place une synergie d’actions devant conduire de manière efficiente à l’application de solutions issues d’une vision commune.

Procédant à l’ouverture de la réunion préparatoire, le ministre des Transports, Amadou Koné, a situé l’intérêt de la séance qui, pour lui, revêt un intérêt capital dans la bonne tenue de la rencontre internationale de décembre, à Abidjan.

« Il s’agit de préparer la rencontre d’Abidjan et de faire le point de la mise en œuvre de l’architecture de Yaoundé qui a été adoptée en 2013 pour une meilleure coordination. Cela, dans la vision de coordonner et de lutter contre la criminalité dans nos eaux, protéger nos ressources et nos peuples », a-t-il indiqué. « Il est donc question de plancher et de mettre en place cette architecture de Yaoundé pour être plus efficace ensemble. La criminalité au-delà de nos États est une réalité », a-t-il relevé.

Le secrétaire permanent du comité interministériel chargé de l’action de l’État en Mer, M. Abroulaye Fofana, qui s’est réjoui de la rencontre, a fait savoir que c’est une première pour les États riverains du golfe de Guinée à mettre en place une plate-forme de discussions qui leur permet d’arriver à la réunion du G7 avec des recommandations et des résolutions qui ont été adoptées en commun.

A l’en croire, il s’agit pour cette plate-forme d’accompagner les États du golfe de Guinée dans la mise des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et dans l’implémentation de l’architecture de Yaoundé validée lors du sommet des Chefs d’État et de gouvernement de juin 2013. L’architecture de Yaoundé est une organisation pour la sécurisation de l’espace maritime du golfe de Guinée.

Elle consiste à mettre en place des centres de coordinations en matière opérationnelle pour la gestion de la sécurité maritime. Il y a un centre à Yaoundé qui coordonne toute la sécurité du golfe de Guinée qui s’appuie sur deux centres régionaux, à savoir celui d’Abidjan qui s’appelle le Cresmao (Centre régional de sécurité maritime de l’Afrique de l’Ouest) et un autre à Pointe Noire le Cresmac (Centre régional de sécurité d’Afrique centrale).

Notons que le Groupe des amis du golfe dit G7 ++ est composé de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni, de la France, de la Belgique, du Brésil (observateur), de la Corée du Sud, du Danemark, de l’Espagne, de la Norvège, des Pays-Bas, du Portugal, de la Suisse, de l’Union européenne, de l’Onudc et d’Interpol.

Jean Bavane Kouika

Read 133 times Last modified on vendredi, 14 septembre 2018 16:08