Reconstruction: 3,25 milliards d’euros promis au Mali

Reconstruction: 3,25 milliards d’euros promis au Mali

jeudi, 16 mai 2013 08:39

[16-05-2013. 09h00] Le président malien visiblement satisfait de cette mobilisation de fonds pour la reconstruction de son pays, a soutenu que la « conférence des donateurs est allée au-delà de ses espérances ».

Reconstruction: 3,25 milliards d’euros promis au Mali

La conférence des donateurs pour le Mali a promis près de 3,25 milliards d’euros pour ce pays. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse, le 15 mai, à Bruxelles, suivie par fratmat.info sur France 24.

Cette conférence de presse était animée par le président de la commission de l’Union européenne, José Manuel Barroso, les présidents français François Hollande et malien Dioncounda Traoré.

D’entrée, le président Barroso a salué l’engagement des acteurs maliens qui ont su élaborer et s’accorder sur la feuille de route de la transition. « Il faut engager un processus politique inclusif de réconciliation nationale et de développement », leur a-t-il dit. En effet, cette aide est destinée à la relance de l'économie malienne et à la reconstruction de ses institutions.

Le président malien visiblement satisfait de cette mobilisation de fonds pour la reconstruction de son pays, a soutenu que la « conférence des donateurs est allée au-delà de ses espérances ».

Il a également souligné que la mobilisation de la communauté internationale au chevet du Mali, répond à la volonté de combattre le terrorisme sous toutes ses formes. « Ce n’est pas un combat pour le Mali, mais pour l’Afrique et le monde », a-t-il déclaré.

Toute chose qui est partagé par le président Hollande qui a affirmé qu’il y aurait un risque si la communauté internationale laisse le Mali à « l’épreuve de la reconstruction ». « La responsabilité de l’Europe est grande avec les pays donateurs. Nous devons maintenant faire en sorte que la paix revienne », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, il a insisté sur la tenue de l’élection présidentielle au Mali, prévue pour le 28 juillet prochain. « Les Maliens veulent que la transition se fasse, que le dialogue s’établisse et que les élections se tiennent », a-t-il souligné.

Avant de soutenir que les terroristes n’ont jamais été bien accueillis au Mali et que ces derniers s’y sont établis par la « force, la brutalité et la terreur ».

Pour conclure, M. Hollande a prévenu: « nous n’avons pas encore terminé avec le terrorisme autour du Mali. Il y a encore des forces qui sont à l’épreuve ».

Notons que cette aide est liée à la mise en place d'un État de droit au Mali.

CHEICKNA D. Salif

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 1130 fois Dernière modification le jeudi, 16 mai 2013 08:58