• Accueil
  • Economie
  • Projet Filets sociaux productifs: Un séminaire pour faire le bilan à mi-parcours

Projet Filets sociaux productifs: Un séminaire pour faire le bilan à mi-parcours

mardi, 14 novembre 2017 13:54
Projet Filets sociaux productifs: Un séminaire pour faire le bilan à mi-parcours Crédits: Archives

Cet atelier visait à informer les membres du Comité interministériel de protection sociale (Cips) des avancées réalisées dans la mise en œuvre du projet et valider les perspectives de réalisations...

Projet Filets sociaux productifs: Un séminaire pour faire le Bilan à mi-parcours

D’après une Enquête du niveau de vie des ménages (Env), les zones centre-nord-ouest (Cno) sont les plus touchées par le taux de pauvreté, notamment le Kabadougou  avec un taux de pauvreté de 83,1%, le Gbêkê 67,2% et le Tonkpi 68,2%. C’est le coordonnateur du projet Filets sociaux productifs Koné Kipeya qui a donné ces informations le vendredi dernier à Grand-Bassam, lors d’un séminaire portant sur le bilan et les perspectives de la mise en œuvre dudit projet.

Cet atelier visait à informer les membres du Comité interministériel de protection sociale (Cips) des avancées réalisées dans la mise en œuvre du projet et valider les perspectives de réalisations, tout en renforçant les capacités des directeurs régionaux de la protection sociale (Drps) sur les différents protocoles de mise à échelle et de suivi des opérations du projet.

C’est le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, Jean Claude Kouassi, qui a présidé ce séminaire. A l’en croire, « en ce qui concerne le projet Filets sociaux productifs, la présentation faite par le coordonnateur du projet permet de noter, après la mise en route de la phase pilote, quelques bonnes pratiques ». Mais, avoue le ministre, il faut encore plusieurs ressorts pour consolider les acquis et les bonifier autant que possible. Car, « le défi de la pauvreté est le défi majeur de la politique sociale du gouvernement qui fait beaucoup pour l’amélioration des conditions des vies des populations les plus pauvres où qu’elles se trouvent le territoire national », a-t-il ajouté.

Jean Claude Kouassi a félicité le directeur des Opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et la Guinée, Pierre Laporte. Parce que c’est grâce au guichet de l’Association internationale de développement (Aid), filiale du groupe de la Banque mondiale, que le projet Filets sociaux reproductifs a vu le jour. 

Pour la bonne marche de ce projet, un décaissement de 25 milliard Fcfa  a été effectué. Selon Koné Kipeya, sur 8000 ménages éligibles, 5000 ont pu bénéficier du fonds (36000Fcfa/Trimestre). Le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale a indiqué à cet égard que l’expérience de la première phase pilote permettra de conduire avec plus d’efficacité les localités des 30000 nouveaux ménages.

Kamagaté Issouf
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Read 136 times Last modified on mardi, 14 novembre 2017 16:46