Print this page

Programme des opérateurs économiques agréés: Les acteurs du secteur public et privé sensibilisés

samedi, 28 juillet 2018 17:52
Le programme Oea va créer une confiance mutuelle entre la douane et ses clients. Le programme Oea va créer une confiance mutuelle entre la douane et ses clients. Crédits: Narcisse Angan

Informer, sensibiliser et former les principaux acteurs du secteur public (agents des douanes) et ceux du privé (les entreprises) sur le programme des Opérateurs économiques agréés (Oea). Afin de leur présenter la règlementation et les avantages liés à l’adhésion dudit programme. Tel est le but des ateliers de formation.

Ces ateliers ont été organisés les 26 et 27 juillet, à Abidjan-Plateau, par le projet Leadership in public financial management II (Lpfm II) et financés par l’Agence américaine pour le développement international (Usaid), en collaboration avec la Direction générale des douanes (Dgd). Ce, dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord sur la facilitation des échanges (Afe) de l’Organisation mondiale du commerce (Omc).

La première session qui s’est déroulée dans la journée du 26 juillet était dédiée surtout aux agents des douanes. À en croire le directeur pays du projet Lpfm II, Félix Kouakou, l’objectif est de favoriser l’amélioration de leurs compétences en matière d’audit des entreprises et de rédaction des rapports y afférents.

Ainsi, le consultant commis pour la formation, Dr Thomas Orliac, économiste, spécialiste des questions de facilitation des échanges, a, d’entrée, indiqué que le programme Oea appelé encore «opérateurs dignes de confiance», vise à créer la confiance mutuelle entre la douane et le secteur privé.

Il a signifié que ledit programme offre de nombreux avantages aux deux parties. A savoir, une sécurité de la chaîne logistique à l’endroit des douanes. Et pour ce qui est des entreprises, un enlèvement rapide des marchandises,  une simplification au niveau des exportations.

Relevant que les critères d’éligibilité à ce programme exigent une conformité volontaire et de façon constante aux lois et réglementations douanières, Dr Thomas Orliac a souligné que l’obtention finale du statut Oea émane d’un rapport d’audit de ladite administration fiscale. Avant d’insister: «cela ne doit pas être perçu comme un contrôle».

Le formateur a également précisé que le statut d’Oea est valable deux ans et est renouvelable. Non sans ajouter que son lancement officiel passera par une phase pilote avec une dizaine d’entreprises. Et par la suite avec le retour d’expérience, le généraliser à l’ensemble de la chaîne logistique. Dr Thomas Orliac a conclu que «tout ceci entre dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord sur la facilitation des échanges (Afe) de l’Organisation mondiale du commerce (Omc)».

Au nom de l’administration douanière ivoirienne, le directeur de la réglementation et du contentieux, le colonel Awedé Hugues, a lancé un appel aux douaniers. Afin qu’ils s’approprient la réglementation relative aux Oea et marquer ainsi leur pleine adhésion au programme, pour booster le commerce en Côte d’Ivoire.

La seconde session du 27 juillet a été consacrée au secteur privé qui a reçu ces mêmes enseignements ci-dessus indiqués. Les représentants des organisations d’entreprises ont fait au cours des échanges, leurs remarques et observations, en vue d’une meilleure compréhension de ce nouveau programme.

Intervenant à cette occasion, le Représentant pays de l’Usaid-Côte d’Ivoire, Glenn Slocum, a relevé que ladite institution est disposée à soutenir les efforts de l’administration douanière et du secteur privé « visant à créer un environnement favorable aux échanges commerciaux internationaux ». Mieux, a-t-il ajouté, l’agence américaine veut aider les entreprises ivoiriennes à s’intégrer dans les chaînes de valeurs et contribuer par conséquent au développement économique du pays.

Narcisse Angan
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Read 231 times Last modified on samedi, 28 juillet 2018 17:59