Production de diamant en Côte d’Ivoire : Le pays veut se repositionner
  • Accueil
  • Economie
  • Production de diamant en Côte d’Ivoire : Le pays veut se repositionner

Production de diamant en Côte d’Ivoire : Le pays veut se repositionner

lundi, 13 mai 2013 23:18

La Côte d’Ivoire veut promouvoir l’exploitation de son diamant. A cet effet, un atelier portant sur « L’exploitation artisanale et à petite échelle des diamants » dans l’espace de l’Association des pays africains producteurs de diamants (Adpa) se tient à Abidjan, depuis lundi.

L’objectif de cette rencontre est d’élaborer un plan commun sur le développement du secteur de l’exploitation artisanale avec l’ensemble des pays africains. Il s’agit non seulement de définir le rôle du gouvernement et de s’accorder sur les mesures administratives que les Etats de l’Adpa peuvent adopter, en vue de formaliser l’exploitation. Mais aussi de faire des études et des recommandations, afin d’obtenir un financement et une assistance technique pour l’exploitation artisanale et à petite échelle dans l’industrie diamantifère. Cette importante rencontre se tient au moment où la Côte d’Ivoire s’est engagée dans un processus devant aboutir à la levée de l’embargo imposé par le Conseil de sécurité de l’Onu, depuis 2005, sur la commercialisation du diamant. Noël Guetta, directeur de cabinet du ministre du Pétrole, des Mines et de l’Energie, a, au nom d’Adama Toungara, invité les Etats africains producteurs de cette pierre précieuse à contribuer au développement de leur pays. Et cela, par une politique de commercialisation qui s’inscrit dans un environnement assaini, respectant les droits de l’homme et l’environnement. Selon le directeur de cabinet, le diamant ne doit pas se produire « avec la sueur et le sang d’enfants innocents, servir de fonds de commerce à des seigneurs de guerre ou à des mafias ». Il a expliqué que la Côte d’Ivoire veut relancer le modèle d’encadrement de la Société de développement minier (Sodemi), dans le cadre de la mise en place d’un système de certification, conformément aux exigences du processus de Kimberley. Un processus de certification des diamants bruts qui réunit gouvernements et industriels de cette pierre précieuse, dans l’objectif d’éviter de négocier sur le marché mondial l’achat des diamants présentés par des mouvements rebelles, dans le but de financer leurs activités militaires.

Anoh Kouao (Stagiaire)

 

Lu 1331 fois Dernière modification le lundi, 13 mai 2013 23:21