• Accueil
  • Economie
  • Lutte contre la dégradation des sols: Anne Ouloto pour un meilleur accès aux ressources du Fonds mondial

Lutte contre la dégradation des sols: Anne Ouloto pour un meilleur accès aux ressources du Fonds mondial

jeudi, 05 octobre 2017 13:54
Lutte contre la dégradation des sols: Anne Ouloto pour un meilleur accès aux ressources du Fonds mondial Crédits: Sercom Minsedd

Anne Désirée Ouloto séjourne depuis le 3 octobre Addis-Abeba en Ethiopie, où elle participe aux travaux de la 2e  réunion de la 7e reconstitution des ressources du Fonds pour l’environnement mondial (Fem7).

La ministre ivoirienne de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable (Minsedd) y conduit la délégation ivoirienne en qualité de représentante d’un pays contributeur, mais surtout en tant qu’invitée spéciale, appelée à partager l’expérience de la Côte d’Ivoire en matière de gestion des ressources allouées par le Fem.

La cheffe de la délégation ivoirienne a, dans son intervention, plaidé pour un financement accru et probant des programmes de lutte contre la dégradation des sols. « Si les projets dans ce domaine sont bien financés, cela peut contribuer à résoudre d'autres problématiques environnementales et certains Objectifs de développement durable (Odd) », a-t-elle indiqué.

Anne Ouloto a mis en exergue le leadership de la Côte d’Ivoire dans la sous-région. Elle a rappelé l'importance que les autorités nationales accordent à la préservation et à la protection de l'environnement. « La Côte d’Ivoire en a fait une priorité. Cela transparaît d’ailleurs dans sa constitution et le Plan national de développement (Pnd) », a-t-elle relevé.

La ministre ivoirienne en charge de l’Environnement a également présenté les dispositions institutionnelles relatives à la gestion du Fem, puis réitéré l'adhésion de son pays au programme d'impact proposé par le Fem7.

Le Fem est le mécanisme financier des conventions et thématiques portant sur l’environnement. Notamment, la biodiversité, les changements climatiques, la dégradation des sols, les produits chimiques, les eaux internationales. Tous les quatre ans, les contributeurs se réunissent pour s'accorder sur les domaines, les projets et les programmes prioritaires à financer, y compris les montants à mobiliser.

La rencontre d’Addis Abeba s’achève aujourd’hui. Elle réunit les pays contributeurs, les agences d'exécution du Fem (Onu-Environnement, Pnud, Banque Mondiale, Onudi, Bad), les secrétariats des conventions sur l'environnement, les représentants d’Ong parties prenantes, etc.

GERMAIN GABO
Infos: Sercom