• Accueil
  • Economie
  • Lutte contre la corruption: La Haute autorité sollicite le concours des guides religieux

Lutte contre la corruption: La Haute autorité sollicite le concours des guides religieux

mercredi, 10 juillet 2019 17:16
 L’archevêque d’Abidjan, Jean-Pierre Cardinal Kutwa, et les représentants de l’institution étatique se sont engagés dans la lutte pour mettre fin au fléau qui gangrène le pays. L’archevêque d’Abidjan, Jean-Pierre Cardinal Kutwa, et les représentants de l’institution étatique se sont engagés dans la lutte pour mettre fin au fléau qui gangrène le pays. Crédits: Bonne gouvernance

La lutte contre la corruption et les infractions assimilées entamée, depuis sa création, par la Haute autorité pour la bonne gouvernance (Habg) suit allègrement son chemin.

Le mercredi 10 juillet 2019, une délégation de cette institution dont faisait partie le chef de cabinet du premier responsable, Bamba Moussa, et le chef de service chargé de l’analyse juridique et de la documentation, Ekra Antoine, s’est rendue respectivement à la Cathédrale Saint Paul d’Abidjan Plateau puis à l’église évangélique des Assemblées de Dieu de Cocody où elle a échangé avec l’archevêque Jean-Pierre Kutwa et le bureau de la Fédération évangélique de Côte d’Ivoire (Feci), représenté par le révérend Gueu Siméon, son vice-président.

Pendant les entretiens, Bamba Moussa a indiqué que cette rencontre vise, dans un premier temps, à convier les guides religieux à une table-ronde d’échanges qui aura lieu les jours à venir, et à les impliquer dans la lutte contre la corruption et les infractions assimilées que son institution a entamée. « Nous voulons obtenir de vous un appui dans la sensibilisation de nos citoyens en faisant cas des méfaits de la corruption, du gain facile lors de vos prédications », a-t-il indiqué.

Pour l’archevêque d’Abidjan, le Cardinal Jean-Pierre Kutwa, qui saluait la démarche, la Côte d’Ivoire en tant que pays qui aspire au vivre-ensemble ne pourrait y arriver si ses populations n’accèdent pas aux différents services publics sans débourser d’autres montants que ce qui est prévu par la loi. Pour lui, la corruption est une pratique terrible pour le pays. Qui peut compromettre son développement et le « conduire à autre chose ».

Toutefois, il salue les actions de la Haute autorité pour la bonne gouvernance qui, précise-t-il, ne sont pas faciles mais pourront, un jour, permettre au pays de réduire voire enrayer ce fléau. « C’est la mentalité des gens même qu’il faut toucher dans ce processus de lutte parce que les gens se disent qu’il faut que les services qu’ils rendent leurs procurent quelque chose hormis leur salaire mensuel », précise le responsable religieux. C’est pourquoi, fait-il remarquer, la corruption s’amplifie dans le pays et est en train d’atteindre un niveau dramatique.

Se réjouissant de la rencontre, Jean-Pierre Kutwa a indiqué qu’il n’y a pas meilleures personnes que les guides religieux pour accompagner l’institution dans la lutte. Par ailleurs, il a invité les responsables religieux à être des modèles pour leurs fidèles afin que la sensibilisation porte des fruits. Parce qu’on ne peut pas sensibiliser sans être de bons exemples.

HERVE ADOU