Le débrief: La route ne sera plus comme avant

lundi, 19 mai 2014 10:49

[19-05-2014. 11h00] En Europe, les pays qui appliquent le péage ne se comptent plus. Belgique, France, Danemark ou encore Allemagne. Tous des pays développés qui en ont fait une culture.

Le débrief: La route ne sera plus comme avant

Mardi. Les prix du péage sur l’autoroute du Nord ont été révélés. Cela s’est passé au cours d’une conférence de presse co-animée par les ministres des Infrastructures économiques, des Transports et du Commerce. Jeudi, soit deux jours après, le Premier ministre ivoirien est allé lui-même donné le coup d’envoi de ce nouveau système. 

« Je suis heureux du lancement du péage qui est très important. Car, il va permettre d’entretenir l’ouvrage et aussi permettre de rembourser le prêt de 35 milliards de Fcfa », a déclaré Daniel Kablan Duncan. « Des infrastructures de qualité supposent aussi des contreparties. Si l’État devait tout financer, nous ne pourrions pas avancer dans le développement. Or, il faut que les choses avancent rapidement », a-t-il ajouté.

Ainsi, la route se finance elle-même, désormais. L’usager doit payer pour le service qu’elle lui rend ou qu’elle va lui rendre. L’idée est nouvelle en Côte d’Ivoire, mais pas dans le monde. Selon le dictionnaire numérique Wikipédia, le péage remonte à avant le XIIe siècle. « 
Le péage est un droit que l'on doit acquitter pour franchir un passage ou emprunter un ouvrage d'art. Il peut s'appliquer aux personnes, aux véhicules ou aux marchandises transportées », dit le dictionnaire. Puis, il ajoute: « de nos jours, le péage est essentiellement un moyen de remboursement du financement des travaux par les usagers des ouvrages d'art importants et de certains réseaux de communications, ce qui évite à l'État de recourir à l'impôt. Ces ouvrages sont généralement gérés par des sociétés privées ou d'économie mixte, titulaires d'une concession d'exploitation ».

En Europe, les pays qui appliquent le péage ne se comptent plus. Belgique, France, Danemark ou encore Allemagne. Tous des pays développés qui en ont fait une culture. En Afrique, le Cameroun fait office de pays expérimenté dans la pratique du péage. La route principale entre Yaoundé, la capitale politique et Douala, la capitale économique, est équipée, à elle seule, de trois postes à péage. Même si le péage camerounais n’est pas des plus « modernes », selon les experts en la matière, le pays peut se vanter d’avoir été un visionnaire…


La route devient intelligente

Entre l’annonce des prix et la mise en service du péage, il s’est passé un autre événement dédié à la route. Mercredi, un projet de Panneaux à messages variables (Pmv) pour l’information routière a été officiellement lancé. Initié par Acturoutes, opérateur privé de l’information routière, le projet a mobilisé les partenaires clés de la route ivoirienne. Agence de gestion des routes (Ageroute), Fonds d’entretien routier (Fer), ministère des transports, Office de sécurité routière (Oser), Office ivoirien des chargeurs (Oic), la gendarmerie nationale, la police nationale, le District autonome d’Abidjan… Tous étaient représentés à de très haut niveau, pour ce projet dont la phase pilote démarre avec quatre panneaux à installer sur les routes de la capitale économique ivoirienne.

Pour les initiateurs, le projet vise à rendre la route désormais intelligente, capable de signaler à l’usager tous les événements qui ont lieu sur son trajet. Cela, en temps réel et en continu. Des routes également capables de faire des prévisions afin de permettre aux usagers de mieux gérer leurs déplacements et leur temps de parcours. Là aussi, l’idée est nouvelle en Côte d’Ivoire.

Elle est également nouvelle en Afrique, mais très vieille dans les pays développés, notamment en Europe. Et pour la mettre en œuvre, il a été fait appel à Trafic technologie système (Tts), une entreprise française habituée à la construction et à la mise en service de ce genre de panneau. Tts a fait le déplacement de la France à Abidjan, à travers son responsable des Pmv. Avant fin 2014, le projet devrait être opérationnel.

Bonne semaine à toutes et à tous !


Barthélemy KOUAME
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.