• Accueil
  • Economie
  • Gestion financière: Une nouvelle faîtière pour fédérer les professions comptables

Gestion financière: Une nouvelle faîtière pour fédérer les professions comptables

mercredi, 06 mars 2019 18:03
Yao Koffi Noël (au pupitre) a invité toutes les composantes de la profession comptable à rejoindre ce mouvement. Yao Koffi Noël (au pupitre) a invité toutes les composantes de la profession comptable à rejoindre ce mouvement. Crédits: IPPC

L'hôtel Palm Club a servi de cadre au lancement des activités de la nouvelle organisation.

Le monde des professions comptables compte désormais une nouvelle organisation. L’Institut panafricain des professionnels comptables (Ippc) dont les activités ont été lancées le 28 février à l'hôtel Palm Club de Cocody, avec pour objectif de fédérer tous les acteurs de la profession comptable. D'autant plus que pour les initiateurs de l’Ippc, la profession comptable ne se limite pas seulement au métier d’expertise comptable. Il faut également compter avec tous les corps de métiers dont le champ d’action touche à la comptabilité.

Pour Yao Koffi Noël, président de cette organisation, « avec l’évolution du monde actuel, la profession d’expertise comptable ne peut plus s’exercer comme par le passé.  Il faut des horizons pluriels pour faire la profession comptable. Donc, l’Ippc est né pour fédérer tous les partenaires qui touchent à la profession comptable. L’institut est un centre qui nous permettra d’échanger et de faire des recherches touchant à la profession tout en défendant l’exercice et les intérêts de la profession comptable », explique-t-il.

Aussi, avec la création de l’Ippc, ses membres espèrent bâtir ensemble une famille de comptables plus élargie et plus diversifié. Dans cette grande famille, on trouvera outre les experts comptables, les enseignants, les fiscalistes, les comptables d’entreprises, les comptables publiques, entre autres.

Yao Koffi Noël a également indiqué que l'Ippc fonctionnera comme un syndicat avec pour objectifs de permettre aux professionnels de la comptabilité venant de divers horizons, d’exercer leurs activités en intégrant l’obligation de formation continue permanente, d’assurer le rayonnement de la profession comptable comme acteur à part entière de la société civile et de préserver les spécificités de l’activité des différents membres.

« La formation occupe une place centrale dans le fonctionnement de l’Ippc dont l’une des missions est de promouvoir la compétence au milieu de ses membres. C'est en cela que nous mettons en place un groupe de travail dont le rôle sera d’apporter cette formation. Elle se déclinera sous deux formes à savoir la formation classique à travers des séminaires, conférences et une autres, sous la forme d’une tribune dénommée ''Je suis expert en...'' au cours de laquelle seront abordées des thématiques précises pour permettre aux membres de devenir expert dans un domaine précis », fait savoir Yao Koffi Noël. La première formation aura lieu dans le courant du mois de mars et portera sur la Tva.

Au-delà de la compétence, l’éthique figure au nombre des valeurs que défend l’Ippc. Cette posture vise à amener la profession comptable à assumer la responsabilité d’agir dans l’intérêt général en respectant le code d’éthique de la Fédération internationale des comptables (Ifac).

Pour Sié Koffi, président du groupe de travail fiscalité de l’Ippc, « le respect de l’éthique est primordial pour l’institut car elle détermine la qualité de l’information financière ». Et « Le non-respect de l’éthique conduit à donner la mauvaise information financière aux investisseurs et à l’État, qui en sont les premiers destinataires. Par conséquent, l’Etat ne pourra plus apprécier correctement. Les investisseurs également, lorsqu’ils arrivent dans le pays, ne pourront plus bien apprécier le dispositif comptable qui a été appliqué sur la base du faux, d’où la nécessité de mettre l’accent sur l’éthique », prévient-il.

ABOUBAKAR BAMBA
SOURCE: IPPC